Trois questions quant au retour en politique de Nicolas Sarkozy

Posté le septembre 22, 2014, 5:52
3 mins
Nicolas-Sarkozy-replique-au-Conseil-constitutionnel_article_popin

Pour Nous Citoyens, le retour de Nicolas Sarkozy en politique souligne trois interrogations :

  • Quelle crédibilité ? Certes, Nicolas Sarkozy a su reconnaître ses erreurs, le besoin de plus déléguer et de tenir un discours moins clivant, mais comment croire qu’il puisse redonner à la France un nouvel élan ? Il a déjà tenu à plusieurs reprises la promesse face aux français de changer, suite aux erreurs politiques qu’il avait commises. De plus, les attentes élevées qu’il avait crée en 2007 ont été déçues. 17 mois avant le début de la crise de la zone euro, il avait toutes les cartes en main pour lancer une véritable projet de réformes. Le fonctionnement de notre Etat, son organisation ultra centralisée et la gestion très archaïque des ressources humaines de la fonction publique, doivent être en particulier repensés. Nicolas Sarkozy n’a jamais attaché d’importance à cette dimension structurante comme l’ont rapporté certains proches comme Valérie Pécresse. Il moquait encore récemment François Fillon qui voulait faire campagne en parlant des vrais sujets que sont les 35 heures et la nécessaire réforme des retraites. Nous Citoyens fait des propositions concrètes pour refonder l’Etat et laisser toute sa place à la société civile.

  • Quelle capacité à fédérer ? Comment croire qu’un Président qui a souvent provoqué des clivages forts dans la société française à travers son style, soit capable de rassembler au-delà de son parti, comme il le prétend ? Il se présente comme un homme politique rassembleur, mais affirme ouvertement qu’il souhaite prendre la tête d’un parti de droite. Nous Citoyens fédère des Français de tous horizons, au sein d’une plate-forme non partisane crédible pour redonner une voix aux citoyens.

  • Sa sincérité : Comment croire que son retour soit uniquement motivé par l’ambition de servir l’intérêt général ? Nous Citoyens dénonce l’hyper professionnalisation de la vie politique française, un système dominé par des « politiques de carrière » qui privilégient l’élection et le pouvoir plutôt que la prise de risques induite par des réformes courageuses mais parfois impopulaires. Nous Citoyens propose de revoir le fonctionnement de la vie politique française, notamment en limitant le nombre de mandat dans la durée.

9 réponses à l'article : Trois questions quant au retour en politique de Nicolas Sarkozy

  1. BRENUS

    24/09/2014

    Sarko s’annonce en nouveau « rassembleur ». Encore une formule pleine de vide sidéral. Dans la situation actuelle de la France, vouloir rassembler avec les c…es molles du centre, les traitres genre NKM, les partisans de l’immigration pseudo estudiantine comme Lemaire et autres nuisibles, c’est nous enfoncer encore plus vite. Dans ces conditions autant faire en sorte de laisser le mistigri à la gôche pour qu’elle finisse le job de démolition.

    Répondre
  2. Thierry Theller

    23/09/2014

    . Sarkozy et… son « devoir »

    « Sarko » a parlé. Pendant 40 longues minutes ! Oui !… Mais pour quoi faire… Et pour dire quoi ?

    Que le « devoir » d’amnésie des Français, qui n’ont pas la mémoire courte, devrait-être rendu obligatoire ? Il ne l’a pas dit. C’est vrai. Sauf que… là, euh…il a peut-être pas osé ?

    Quoi d’autre ?… Eh bien, il a encore parlé… beaucoup !

    Très bien. Mais que n’a-t-il donc parlé, par exemple, de la trahison du Traité de Lisbonne ?…

    D’un peuple qu’il a cocufié bien avant Hollande …

    De la démocrature euro-atlantiste de l’UE…

    Des « narcissiques » non élus qui la dirigent…

    Des gibets socio-économiques qu’ils élèvent…

    Des emplois que l’on tue !

    Des Français knockoutés…

    Et des nations qui crèvent…

    Il n’importe ! M. Sarkozy, mieux que personne, sait que l’important n’est pas là. Et qu’il a autre chose à faire.

    Par exemple, s’occuper de son Arbre présidentiel et de ses branches euro-atlantistes.

    Rappelons nous sa saillie, diffusée sur Youtube : « Le Nouvel Ordre Mondial », etc. Ironiquement suivie d’un : que vous le vouliez ou non… etc. etc.

    Y a-t-il un antidote ? Une authentique antithèse ? Oui ! D’ailleurs, de ce point de vue, il serait peut-être temps de se transporter du côté de François ASSELINEAU. Si fait, Citoyen !

    Conclusion :
    Nicolas Sarkozy ? F. Hollande ? Marine Le Pen ?…

    Ecoutes, citoyen ! Reposes toi la question : une cuisine repeinte ne fait pas les plats nouveaux !…

    La liberté ? C’est que, toi aussi, t’as le droit d’éteindre ta TV et couper ta radio !

    Et ensuite ? Eh bien, ça nous fera peu d’air frais…

    Ah ! Encore un petit coup pour la route ?…

    « Une cuisine repeinte ne fait pas les plats nouveaux »

    Répondre
  3. 23/09/2014

    Sarko traîne des casseroles nous plombé avec le traité de Lisbonne . déni de démocratie mensonge guerre de Lybie le peuple n’a pas de mémoire et sa mise sous tutelle financière de Bruxelles sera pour la nation une calamité
    Cette Europe de conception Américano sioniste est contre les peuples elle détruit nos souverainetés

    Répondre
  4. Serge-Jean P.Peur

    23/09/2014

    Moi,je l’aime bien Sarkozy.Aussi petit qu’il soit il a quand même prouvé sa stature en gérant pas trop mal des crises (automne des banlieues 2005,crise des subprimes) que l’autre pingouin n’a pas eu,heureusement’ pour tous, à essuyer.
    Mais bon il devrait quand même balayer un bon coup cette France moribonde à coups de réformes,quitte à ne plus se réprésenter après tellement il serait devenu impopulaire.Comme ce chancelier allemand (Schroeder) que tout le monde loue depuis.
    Et puis son atlantisme fait tache après la Chiraquie qui avait refusé de suivre les américains en Irak.Un peu plus de Gaullisme,Nico,s’il te plait!
    Et nul doute que les journalistes (naturellement de gauche) l’apprécient plus que l’autre endive pas cuite:au moins il assure le Sarko.Trop sans doute, car c’est plus sa personnalité que sa politique qui l’a fait chuter.

    Répondre
  5. HOMERE

    22/09/2014

    Je suis d’accord pour reconnaître que Sarkozy est une somme de contradictions en apparence et qu’il intègre assez mal le fait que les français ne veulent pas de changement….ceci est valable pour tous les dirigeants politiques,syndicaux…d’ou la difficulté à diriger ce fichu pays ! Pire on a artificiellement découpé la société française en tranches marketing (Terra Nova)de manière à dégager des minorités agissantes pouvant faire « basculer » des votes….çà a marché en effet !!
    Méfions nous de la voix des « citoyens » dont les approches sont souvent tronquées et les analyses parfois insuffisantes!!
    Sarkozy est un bateleur qui sait convaincre,mais il a été battu par un autre bateleur pire que lui au plan de la démagogie…..alors me direz vous qui croire qui prendre qui suivre ? c’est en effet une gageure dont les conséquences sont graves pour les citoyens……qui eux mêmes expriment des avis largement contradictoires et incompatibles…
    Je crois Sarkozy capable de réunir une majorité hétéroclite dont les composantes seront à peu près d’accord sur un socle politique suffisamment large pour gagner….l’unité nationale est un mythe car le peuple français n’en veut pas…
    Je pense que si le FN entrait complètement dans le jeu politique,alors on pourrait espérer un maximum de consensus des français…..le drame vient de là….la manière dont ce parti se comporte est très frustrant !! il immobilise 20% des français pour rien !!

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      22/09/2014

      –  » Sarkozy est une somme de contradiction(s) … en apparence  » … en apparence seulement car pour ce qui est du fond c’est sans apparence, tout, son contraire et simultanément l’ inverse des deux

      –  » Sarkozy est capable de réunir une majorité hétéroclite  »

      définition du mot hétéroclite :

       » se dit de ce qui est fait d’ un mélange bizarre d’ éléments disparates  »

      Avec Homère tout est clair ! Suivez le vous arriverez sain et sauf en Ithaque

      Répondre
  6. DeSoyer

    22/09/2014

    Sarkozy est-il de Droite? Pour moi, la réponse est non. Il est de centre-droit.
    Etait-il clivant? La réponse est non. Il n’a eu de cesse que de chasser sur les terres de la gauche. Il n’a pas su ni voulu stopper l’immigration, il n’a pas su réduire les dépenses publiques.
    Dans l’Administration, il n’a pas cessé de nommer des « hauts fonctionnaires » de gauche à des postes importants.
    FIllon est encore plus centriste que Sarkozy.
    Je suis stupéfait de l’amateurisme et de la naïveté de nombreux intervenants de ce site.
    Il va falloir se réveiller et agir un peu plus sur une vraie ligne de droite à la fois nationale, libérale et sociale.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      22/09/2014

      parce que vous croyez encore qu’ un ambitieux complexé comme l’ est Sarkozy a des convictions ? Pour ce qui concerne Fillon, bien entendu qu’ il est centriste lui au moins est  » modéré  » , réfléchi, constant … entre Juppé et Fillon je n’ hésite pas je choisi Fillon

      Répondre
    • Jaures

      23/09/2014

      Mais alors, DeSoyer, qui est de droite ?

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)