Un ballon…d’oxygène

Un ballon…d’oxygène

Les esprits décadents et les mondialomélangistes s’appliquent à nous convaincre, depuis quelques décennies, que le patriotisme est désuet, obsolète et complètement ringard. Quoique je sois loin d’être un fanatique des compétitions sportives, je me félicite de ce que le Mondial de football leur inflige un cinglant démenti. Car, malgré tous les excès de la liesse populaire et les aspects ridicules d’un chauvinisme impudent, que les médias étalent sous nos yeux avec complaisance et redondance, il est impossible de nier que le sentiment d’appartenance nationale révèle une vigueur insoupçonnée chez tous les humains, à travers cette émulation passionnée saisissant les peuples au cours d’une compétition qui les met tous au défi. 

Au fur et à mesure que l’on approchait de la finale, tous ceux qui, dans les deux pays qui restaient en lice, affichaient encore des attitudes condescendantes d’intellectuels “très au-dessus de ça”, se sentaient emportés malgré eux par la passion concurrentielle. Et même s’ils ne braillaient pas comme les supporters peinturlurés, ils avaient bien du mal à se défendre d’un sentiment naturel de fierté qui bouleverse leur froideur de commande. Quant à moi, je l’avoue sans honte, je me laisse volontiers frémir à l’unisson des espoirs ou des anxiétés que suscitent les péripéties de ces parties de ballon au cours desquelles se mesurent d’admirables champions. Leur habileté, leur pugnacité, leur rapidité de réflexes forcent l’admiration des plus sceptiques. Leur mental est à la hauteur de leur physique. Autant que des athlètes, ce sont des artistes, et Zinedine Zidane, pour ne pas le nommer, est un authentique virtuose du regard, de la cheville et du genou.

Oui, je crois qu’on peut le dire, le ballon du championnat du monde de football est pour le patriotisme un vrai ballon d’oxygène. Les hymnes nationaux retentissent sur toutes les ondes, les drapeaux multicolores sortent à la chaîne des manufactures pour se répandre sur les balcons, les magasins ou les voitures et l’on se prend à rêver que les conflits internationaux puissent un jour se régler dans un stade, comme les anciens Grecs y songeaient déjà.

Les Gaulois ont bien du mérite !

Et pourtant, cet émouvant processus d’identification des citoyens à leur équipe nationale a bien failli être gâché par l’argent et par l’idéologie. Ces transferts incessants de joueurs entre les clubs, qui les transforment en mercenaires vendus au plus offrant, auraient bien de quoi ruiner les purs élans patriotiques. Quant à l’équipe de France, il aura fallu que l’obsession de l’intégration fasse orienter les sélections au point d’obtenir le résultat grotesque que la France soit le seul pays européen représenté par une équipe composée en majorité de gens de couleur.

Notez bien que je ne mets en doute ni leurs mérites ni la sincérité de leur appartenance française. Mais ces gens ont été choisis et instrumentalisés pour servir malgré eux d’alibis et de cautions. Et personne ne me fera croire qu’un pays de 60 millions de Blancs au moins ne peut pas constituer une équipe représentative et de haut niveau, quand des nations cinq ou dix fois plus petites comme la Suisse, le Portugal ou la Croatie y parviennent sans difficulté.

Tout cela pour nous imposer la formule imbécile “Black-Blanc-Beur” et présenter la France comme un capharnaüm multiracial et multiculturel. Le seul résultat obtenu par cette politique débile, c’est que des réactions racistes apparaissent, qui ne se seraient jamais manifestées si l’on était resté dans une proportionnalité raisonnable de deux ou trois joueurs “colorés”. Néanmoins, les Gaulois ont l’intelligence de surmonter tout cela et ils n’ont pas marchandé leur soutien à l’équipe de France, qu’ils veulent considérer malgré tout comme le symbole de leur Patrie. Ils ont bien du mérite…

Cette coupe du monde 2006 a donc été remportée par l’Italie, mais il s’en est fallu de bien peu. Et ce qui est à mes yeux le plus important, c’est que cette compétition apporte la preuve que, contrairement à ce que nous annoncent les oiseaux de mauvais augure, les nations ne sont pas près de disparaître.

Partager cette publication

Comments (20)

  • grandpas Répondre

    Pour kikinos Petite erreur,un des plus grand joueurs de la NBA est un chinois,il mesure environ 2m20.Le champion et recordman du monde du 110 métres haies et aussi d’origine chinoise. Vous utilisez le mot(jaune) qui dans ce contexte est suceptible de connotation raciste(même si ce n’est pas le cas) Pouquoi les descendants de Cham ne sont ils pas représentés dans des disciplines comme le vélo,le décathlon,le marteau,le disque,le javelot etc…….. Pour les deux guerres beaucoup de français bien blancs sont morts en tant que résistants et selon les propos d’un général américain »La résistance aurait eu la valeur d’une division ».

    18/07/2006 à 14 h 24 min
  • vautrin Répondre

    Merci monsieur Pierre Lance pour votre article. J’ajoute que les Français font trop souvent appel à des mercenaires pour satisfaire leurs ambitions. Durant les 2 guerres mondiales du 20° siècle, les armées françaises comptaient une proportion non négligeable de soldats maghrébins ou africains ; aujourd’hui les succès sportifs sont assurés par une forte proportion d’éléments allogènes. Tout se tient, les Français se réservent les tâches nobles et comptent sur les mercenaires pour le « boulot dur ». Une révolution culturelle est nécessaire pour éviter de trop dépendre d’éléments extérieurs devenus de plus en plus exigeants pour le prix des services rendus.

    18/07/2006 à 7 h 57 min
  • orion Répondre

    Je rentre d’une virée de trois jours dans le valais (Suisse). Saisissant! À maintes reprises je me suis vu dans la posture des gallinacés braillards découvrant avec stupéfaction de l’autre côté du grillage (1) la beauté des « blonds transalpins ». Un pays en état de marche, pas ou peu de dysfonctionnements visibles, une fluidité palpable aussi bien dans les rapports humains que dans la circulation, une courtoisie bonhomme doublée d’une sérénité déconcertante, un respect mutuel, à commencer par celui de soi. L’exact contraire de l’immondice hexagonal … (1) Pour ceux qui ont vu la scène (à peine allégorique désormais) du film « Affreux Sales & méchants »…

    17/07/2006 à 17 h 59 min
  • kikinos Répondre

    S’il s’agissait de la Miss France, je serais 200 % d’accord avec Monsieur Lance. En la matière, je dirais même qu’il faut en exclure toutes personnes qui ne sont pas ethniquement européennes parce qu’elles ne sont pas là pour représenter physiquement la France si belles soient-elles mais pour apporter de la force à la France dans tas d’autres domaines. (Je répète que je ne suis pas physiquement européen.) Mais s’agissant du sport, on ne saurait nier qu’il y ait quand même une part de vérité physique et sportive, donc, objective. (Regardez les 100 mètres, ils sont tous noirs quelle que soit la nationalité, sauf les russes.) Si un jour la France est envahie par les chinois, je ne pense pas qu’ils mettent une majorité jaune chétive dans l’Equipe de France. Ils devront toujours avoir recour à des grands noirs bien musclés. C’est une intelligence que de placer de bon soldats aux bons endroits pour la victoire du peuple pour qui ces gladiateurs se battent. Il s’agit d’un combat du peuple français et non de celui des soldats qui composent son armée. On a eu des sénégalais ou autres sur les fronts du champs de bataille. Ils ne représentaient pas la France mais la France les a utilisés pour son intérêt. En cas de victoire, c’est avant tout celle du peuple français, de la France et accessoirement celle de ces gladiateurs. Je voulais dire que s’il y a une ferveur patriotique, une liesse populaire, c’est que les français comprennent parfaitement qu’il s’agit de l’honneur d’eux-mêmes qui est en jeu dans ce genre de compétition et ils s’en fichent du reste. (Monsieur Lance appelle ça le mérite des gaulois, mais on n’a pas besoin d’être gaulois pour le faire…) Ceci dit, je ne préconise en aucun cas le mercenariat car un ukrainien naturalisé ne parlant que du français footballistique représenterait la Fance moins bien qu’un noir franco-français.

    17/07/2006 à 16 h 59 min
  • raptor Répondre

    Parce que vous trouvez qu’un match de foot suffit à redonner du peps au patriotisme? Ben z’êtes pas difficiles vous. Sérieusment, cette équipe Black black black est composée d’arrivistes et de racailles qui se foutent de la France te n’hésitent pas à lui cracher dessus pour certains (notamment les joueurs de couleur). Le vrai patriotisme est celui qui fait vibrer les français à tel point qu’ils sont prêts à mourir pour leur patrie à Sedan, Verdan, Vercors et Alger. Quant à Jacques, sûrement un grand ami de Jaures, si le patriotisme vous déplait tant, sachez que c’est lui qui a motivé les résistants de 1940. Sont-ce aussi d’horribles va-t-en guerres? Et pour ramener les religions au stade de flklore touristique, j’aimerai bien en faire autant avec vos idéologies putrides: socialisme, marxisme, fascisme soft, maoisme, trotskysme. Je les verrai bien empaillés au Muséum d’Histoire Naturelle.

    17/07/2006 à 11 h 22 min
  • Helios Répondre

    Vos commentaires élogieux m’encouragent à persévérer, je vous en remercie du fond du coeur. J’aimerai vous dire que j’éprouve de l’admiration pour le patriotisme profond et émouvant des américains que d’aucuns décrient le considérant comme naïf et dépassé. Les Français ont donné par le passé l’exemple en patriotisme, comment auraient-ils pu mobiliser leurs citoyens tant dans la métropole que dans les colonies sans éveiller le sentiment d’amour pour la patrie et celui du devoir envers elle? Dans les moments de grand danger, avant et immédiatement après la défaite de 1940, le patriotisme a fait cruellement défaut à la France. À l’extrême gauche, les communistes téléguidés par un Staline allié et complice d’Hitler, ont littéralement saboté matériellement et moralement l’effort de guerre français. À l’extrême droite les défaitistes et les partisans d’une alliance avec le fascisme n’ont eu aucun scrupule à utiliser le « patriotisme » pour justifier la capitulation et la politique de collaboration. C’est ainsi que l’extrême gauche et l’extrême droite ont fortement contribué à faire perdre leurs repères à un nombre considérable de français. Ceux qui, en ce moment, observent la scène d’une certaine distance ne peuvent se défendre d’un sentiment de déjà vu, cette fois c’est la montée en puissance du totalitarisme islamique en France (comme en Europe) qui menace la civilisation, les français autant que les européens semblent avoir perdu leurs repères et cette fois la gauche et l’extrême droite y contribuent activement. La gauche par son anti-américanisme et sa collaboration active à réaliser l’agenda islamiste, l’extrême droite qui, par son anti-américanisme et son antisémitisme, fait le jeu de la gauche et des islamistes. Quand à la pseudo droite au pouvoir, elle n’a d’autre vision à proposer que celle de la gauche, assaisonnée d’un pseudo-gaullisme pro arabe et stupidement anti-américain. Et le patriotisme dans tout ça? On prend soin de le cacher comme une maladie honteuse, tout est dit et fait pour que les jeunes et les moins jeunes éprouvent de la culpabilité et de la honte d’être français particulièrement pour tout ce qui a trait à l’histoire de la France, des croisades à la colonisation. Le communautarisme de rejet est donné comme modèle d’une société ouverte et tolérante: les immigrants qui crachent leur mépris et leur haine à la France sont d’avance excusés et encouragés à récidiver, on se prosterne devant les islamistes qui habilement tiennent le double langage: celui de l’allégeance à la République à l’adresse des français de souche, et celui de la Conquête islamique pour les jeunes des banlieues. Mais il y a plus, on encourage le processus de décadence à se poursuivre, on évite soigneusement de donner l’heure juste aux centaines de milliers de jeunes descendus dans la rue pour protester contre le CPE et contre la « précarité » de peur de remettre en question l’état providence qui trompe déresponsabilise et maintient dans la dépendance des millions de français. L’état obèse et tentaculaire dirigé par des technocrates serviles à la solde de politiciens opportunistes et dénués de vision voilà ce que les français désorientés confondent avec la notion de Patrie. On ne s’identifie pas à une structure impersonnelle comme l’État pas plus qu’on ne s’identifie à une machine distributrice de tablettes de chocolat. Alors que reste-t-il si ce n’est le repli sur soi ponctué à l’occasion d’excès de fièvre partisane en faveur d’un club ou d’une équipe sportive dite nationale? Esprit partisan à saveur nationaliste que certains nostalgiques prennent pour du patriotisme. Helios

    16/07/2006 à 21 h 54 min
  • Gino Répondre

    A JAC, même constat pour moi. J’ai regardé le match France-Brésil à l’étranger aux cotés de Brésiliens, qui me savaient Français et sont restés tout étonnés que je sois resté complètement inexpressif quand la soit-disant équipe de France a marqué ses buts.

    16/07/2006 à 19 h 20 min
  • JAC Répondre

    D’accord avec Pierre LANCE, cette équipe aurait dû être plus représentative de la France. Comment se sentir concerné quand les joueurs de cette équipe « dite de France », représentent une minorité éthnique ( mais pour combien de temps encore) de la population. Il évident que la composition de cette équipe était avant tout politique, destinée à faire passer un message anti raciste. Comment aller dire après cela qu’il y a trop d’étrangers en France, qu’ils sont une charge beaucoup importante pour notre économie quand on est allé supporter une équipe qui comporte de nombreux joueurs d’origine étrangère. C’est pour cette raison, que je n’ai regardé aucun match, et que, dès que l’on abordait ce sujet devant moi, je signalais haut et fort, que cela ne m’intéressait absolument pas…J’ai parfois été surpris par la réponse de gens qui pensaient comme moi.

    15/07/2006 à 23 h 49 min
  • Pauvre France Répondre

    Merci encore, cher Helios, pour ces commentaires, qui non contents d’être frappés au coin du bon sens et de la vérité, sont également écrits en Français ! Je me fais une joie de vous lire chaque semaine. Amicalement, Pauvre France

    15/07/2006 à 19 h 24 min
  • grandpas Répondre

    Rome 1 million de personnes dans la rue,aucune voitures brûlées,aucun drapeaux de l’autre côté de la Méditérannée que du « Vert Blanc Rouge ». Allez savoir pourquoi! J’ai bien un début de réponse,mais je vais me prendre un coup de boule.

    15/07/2006 à 11 h 46 min
  • Helios Répondre

    Il n’y a rien de rassurant dans le constat de Pierre Lance. Le patriotisme qui de toute évidence est une vertu ne trouve que les compétitions sportives entre équipes « nationales » pour se manifester. On a déjà vu mieux! Au fond tout cela cache un profond désarroi et une perte d’identité, le système éducatif (à commencer par les parents) et les médias « d’information » en sont responsables mais en partie. L’étatisme, l’état providence, l’assujettissement des individus aux grands ensembles qu’ils ne contrôlent pas et leur déresponsabilisation qui en est le sous-produit ont faussé à jamais le lien qui unit les citoyens à leur pays. Patriotisme ne va pas sans la notion d’engagement personnel envers la patrie c’est à dire envers les siens, engagement pour atteindre l’excellence dans son champ de compétence, et engagement pour rendre service aux siens et les aider à progresser. Patriotisme signifie sens du devoir et même sacrifices consentis pour atteindre un idéal. Mais cela ne s’enseigne plus! Ce n’est pas Chirac, Sarkozy, Villepin, Le Pen, Hollande ou Royale qui oseront dire comme Kennedy: « Cesser de vous demander ce que votre pays peut faire pour vous, pensez plutôt à ce que vous pouvez faire pour votre pays! » Patriotisme signifie amour de la patrie et fierté d’en être citoyen, enseigne-t-on aux enfants à aimer la France et à tirer fierté de leur appartenance à leur pays? Le patriotisme du « Mundial » en est un de pacotille, il ne débouche sur rien, les énergies demeurent inemployées, les citoyens sont blasés et repliés sur eux-mêmes, la France c’est pourtant eux mais, comme eux, elle n’a pas de boussole. Le pays a eu sa dose de foot (son ballon d’oxygène), les français ont expérimenté collectivement un « High », grand bien leur fasse, mais n’allez pas dire que c’est du patriotisme. Helios

    15/07/2006 à 5 h 17 min
  • Jean-Claude Lahitte senior Répondre

    En écho aux propos pleins de bon sens de Pierre Lance, j’ajouterai que seuls les « intellectuels » qui prétendent imposer leurs vues au bon peuple qu’ils méprisent (pas seulement parce que, par définition, « le peuple sent mauvais »)(1), font profession de mépriser les sports populaires. Ce qui n’empêche pas certains d’aller s’encanailler dans la foule, à condition que ce soit sous l’oeil des caméras… Par ailleurs, on l’avait vu déjà avec le Tour de France où la disparition des équipes nationales au profit des équipes « sportives » (entendez par là « de marques ») avait modifié profondément l’intérêt du « Tour », il est probable, sinon certain, que l’influence grandissante des « marques » internationales qui parrainnent dans le football aussi bien les équipes que les grands « acteurs » a faussé l’esprit de compétition « cocardier » d’une compétion de l’importance de la Coupe du Monde de Footbal (dont l’appellation aurait dû rester « Jules Rimet ». Toute question d’origine « ethnique » des joueurs sélectionnés mise à part, il serait nécessaire, pour redonner cet esprit d’émulation saine entre nations, que chaque équipe ne soit constituée que par des joueurs (certes de la nationalité du pays qu’ils représentent, ce qui est la condition sine qua non) opérant UNIQUEMENT dans le pays dont ils portent les couleurs. CE QUI A ETE LE CAS DE L’ITALIE. Il est difficile à des joueurs opérant qui en Angleterre, qui en Espagne, qui en Italie ou en Allemagne, de se sentir 100 % Français, surtout lorsqu’ils affrontent des adversaires dont ils sont habituellement les partenaires(2) ! Essayez d’aller faire comprendre cela à un Raymond Domenech, champion de l’altermobndialisme qui veut précisément gommer toutes les différences pour faire un « homo universalis », tout en prétendant, la main sur le coeur, qu’il faut, précisément, cultiver les différences ! De préférence lorsqu’elles sont « communautaures » ! Cordialement, Jean-Claude lahitte senior (1) davantage parce qu’il « pense mal » dès lors qu’il pratique le bon sens et refuse de s’en laisser conter ! (2) tout le monde n’a pas la force de caractère du jeune Ronaldo portugais qui a fait expulser un camarade du club anglais où il opère ! Au risque de compromettre son retour dans le championnat anglais …

    14/07/2006 à 17 h 30 min
  • sas Répondre

    Nous allons bientot avoir la gueule de bois….de déceptions en déceptions, de contrission en excuse….la vérité se fait jour…et elle ne colle aucunement avec les explications nauséeuses de nos énarques « initiés »… l’honneur et la dignité ne sont pas un du…..comme les méchants veulent nous le faire croire…. »ils se gagnent  » fusse à coup de « boule »….mùais il faut être rebeu de 2 eme génération pour y avoir recours… A force d’être phare de l’humanité, de voir loin….en france nous n’arrêtons plus de nous pisser sur les pompes….c’est ce qui arrive lorsqu’on se surestime… sas qui lit ce délecte de ces commentaires…prouvant que les gaulois ne sont pas tous annesthésiés… sas

    14/07/2006 à 14 h 12 min
  • Guillermo Répondre

    Bien d’accord sur la récupération immonde faite ou tentée par notre vérole politique. Pour le reste j’ai un avis contraire de celui de PL. Le patriotisme est mauvais conseiller. Ce pays passe sans arrêt de la position de se croire un génie et celle de broyer du noir. Je préfèrerais vivre dans un pays qui cherche moins à « porter la voix de la France » aux confins de l’univers, moins à se croire génial, moins de prestige, mais qui fasse plus de boulot, un peu à la façon des pays du Nord de l’Europe. Surtout le foot on s’en tape complètement. Que les pays (tous les pays et pas seulement la France) se mettent à croire à leur génie sur la foi d’un ballon tiré dans un filet c’est d’un ridcule qui devrait tuer des foules et pas seulement les abétir. Ce ridicule est surtout patent pour les français qui sont représentés presque exclusivement par des joueurs venant d’autres continents. Contrairement à PL, je pense que le Gaulois n’a pas de mérite mais s’est comporté en beauf à qui on peut tout faire avaler. Gageons que Chichi ou la gauche font passer aux prochaines présidentielles.

    14/07/2006 à 10 h 07 min
  • pébé Répondre

    Entièrement d’accord avec vous, Pierre Lance, avec la presque totalité de votre article … sauf concernant l’avant dernier paragraphe, où vous reconnaissez « le grand mérite des Gaulois de surmonter cela … ». Non ! Les français n’ont pas de mérite à « considérer malgré tout cette équipe comme le symbole de leur patrie », ils sont tout simplement formatés (et comment faire autrement !) par une formidable entreprise de lobotomisation et de conditionnement des esprits. On ne peut pas dénoncer comme vous le faite (d’ailleurs à juste titre) le « capharnaüm multiculturel » et l’imbécilité du slogan « black-blanc-beur », et reconnaître un quelconque mérite à ceux qui tombent dans le panneau. Les français sont aveuglés. Et cette façon de s’accrocher à cette équipe pour la soutenir me laisse penser que peu importe la valeur du symbole pourvu qu’on ait l’ivresse. On est en plein dans le « Panem et circenses » de la Rome décadente.

    13/07/2006 à 16 h 01 min
  • sas Répondre

    A pierre lance…l’insu de son plein gré….extraordinaire article mon pierre….ou il y en a pour tout le monde…c’est un peu comme au marché : l’étalage proprounet attire le chaland , tous les chalands…y a pu ensuite qu’à vendre tout et n’importe quoi….tu étais bien parti(1er paragraphe)…et puis le 2 eme et le naturel reprend le galop (un peu comme zizou…)….tu es pour ou contre….mais toi aussi tu ne peux mettre un coup de boule et ensuite t’excuser sans regrets sincères….sauf à nous prendre pour des ânes et noircir des feuilles…. est-ce ton but ???? car ton article est la thèse et l’antithèse du mariage du lapin et de la carpe , voir de son contraire. sas qui te lis toujours…. « frère »

    13/07/2006 à 13 h 43 min
  • Philippe Landeux Répondre

    Jacques, Les vrais patriotes ne déclenchent pas les guerres ; ils cherchent à les prévenir & les terminent (ou du moins sont encore les derniers à soutenir l’honneur de la patrie) quand elles ont éclaté malgré eux. En fait, vous confondez patriotisme et nationalisme ou chauvinisme. Quant à une nation mondiale ou seulement européenne elles ne pourront voir le jour que lorsque les nations, telles qu’elles existent aujourd’hui, auront résolu le problème antisocial de l’inégalité qui de fait dissout la Société. Car il n’y a qu’au niveau de ces nations que les peuples ont encore le pouvoir d’intervenir. De grands ensembles, conduits par l’intérêt des puissants, ne peuvent a contrario qu’être antidémocratiques, ce dont l’Europe a donné jusqu’à présent un bel exemple. Espérer que les unions supranationales résoudront les problèmes des nations à la place des nations est une vue de l’esprit. Croire que l’union de plusieurs malades peut engendrer un grand corps sain ou un grand corps malade qui, parce qu’il est grand, saura mieux guérir ses membres, alors qu’il ignore tout autant le remède &, s’il le connaissait, aurait bien plus de mal à l’innoculer, étant paralysé par le nombre, relève là encore d’une logique qui m’échappe, & elle m’échappe parce que toutes les expériences la contredisent.

    13/07/2006 à 11 h 10 min
  • Ado Répondre

    « à mesure que la mondialisation progresse se sera un sentiment puissant chez les individus d’appartenir à une communauté mondiale que nationale » Pas franchement l’impression que les grecs avaient le sentiment d’être romains, mais tout au contraire, d’être encore plus grecs qu’avant.. « le cantonnement des multiples religions à la sphère privée et leur manifestation mis à profit comme activité touristique ou folklorique » Dans le même genre, pourquoi ne pas organiser du tourisme dans les services des hopitaux des malades en phases terminal ? Ca serait trés humain, et on pourrait à l’occasion admirer le folklore que constitue pour la famille la mise en biere..

    13/07/2006 à 6 h 53 min
  • jacques Répondre

    En fait, l’article écrit l’opinion répandue et commune sur le patriotisme et passe complètement sous silence que le patriotisme est aussi une source importante de misère à travers les guerres meurtrières entre « nations » (cf conservateurs militaristes présents dans tous les pays et même parfois, hélas, sur ce site supposémment libéral) Continuer votre reflexion et penser: nation « mondiale ». Aujourd’hui il n’y a plus de patriotisme de « cité » et donc plus de conflit armé entre Lyon et Paris comme il y en avait en antiquité ou à la renaissance en Grêce ou en Italie. Bref l’union des villes en une entité plus grande a permis la fin des guerres entre cités. De même on espère que l’union européenne mettra fin aux guères intra-européennes. Et puis à mesure que la mondialisation progresse se sera un sentiment puissant chez les individus d’appartenir à une communauté mondiale que nationale avec répulsion devant toute forme de terroriste (d’individus ou d’états) avec disparition de guerres entre grandes alliances, et avec le rassemblement de toutes les forces militaires sous une commande internationale unifiée. Présentement des obstacles de langues et cultures s’y opposent mais avec l’explosion et la diminution des communications internationales, l’utilisation de l’anglais comme langue internationale, le cantonnement des multiples religions à la sphère privée et leur manifestation mis à profit comme activité touristique ou folklorique ou lieu de source de haine et d’ostracisme, avec la mise en place d’une monnaie internationale unique, on ne peut qu’y voir un monde franchement meilleur pour toute personne qui nait aujourd’hui.

    12/07/2006 à 12 h 28 min
  • EIFF Répondre

    Non seulement les nations ne sont pas près de disparaître mais cette coupe du monde est une nouvelle preuve que l avenir de l Europe passe par l émulation et la concurrence entre les nations, et non pas, par une europe virtuelle coupée des peuples et des réalités, fondue dans un magma uniforme indigeste qui nie les identités. L effervescence tricolore en France, le patriotisme apaisé retrouvé de l Allemagne, la ferveur des italiens…etc…font apparaitre au grand jour les mensonges et les illusions des technocrates euro-mondialistes de Bruxelles qui persistent dans leur rêve de transformer et de réduire cette europe à un système mécanique unique. La vérité, après plus de 50 ans de propagande social-démocrate pour une UE supranationale, c est qu il n y a toujours pas de pays « Europe », toujours pas de peuple « européen » unique avec son drapeau, son hymne ou son histoire propre, mais des patries et des peuples qui s accrochent à leurs souverainetés, à leurs symboles, à leurs génies particuliers respectifs. Espèrons que ces petits signes nous conduirons vers une Europe des nations vraiment libres bien assez tôt.

    12/07/2006 à 3 h 21 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: