Avril 1915, le génocide arménien : quelques rappels.

Posté le 10 mars , 2015, 2:10
6 mins


genocide-4.1240021273Les commémorations du centenaire de ce que l’on appelle « le génocide arménien » vont commencer un peu partout en Arménie et dans la diaspora arménienne, notamment au Liban où elle est importante et chez nous en France où près de 150 000 de nos compatriotes portent un nom arménien.

On retient d’ordinaire comme premier élément avant-coureur du génocide la nuit du 16 au 17 avril, où est exécuté l’ordre du gouvernement Jeune-Turc d’assassiner tous les notables arméniens de la province de Van. Les jours suivants, les premiers massacres systématiques frappent tous les villages arméniens autour de Van.

À partir du 24 avril, où on arrête pour les déporter sans retour les notables d’Istanbul, le plan d’extermination de tous les chrétiens de la Turquie va alors se dérouler méthodiquement en trois phases de 1915 à 1918. La Turquie s’étend encore alors sur le nord de l’Irak actuel et sur le Vilayet d’Alep aujourd’hui en Syrie.

Il faut ici rappeler tout d’abord que le génocide du fait des Jeunes-Turcs, débutant en 1915, a été le prolongement des immenses atrocités déjà perpétrées en Cilicie, à Adana, six ans auparavant en avril 1909, mais sous le sultan Abdul-Hamid II. Ces massacres avaient déjà été précédés en maintes régions d’indicibles tueries sadiques au long des années 1890.

Comme lors des grandes tueries des chrétiens du Mont Liban en 1860, les témoignages des religieux étrangers et des diplomates européens ou américains en poste évoquent les supplices des hommes passés à la baïonnette puis enterrés vivants ou brûlés, ceux des femmes violées puis tenaillées, les femmes enceintes éventrées, les bébés embrochés, les enfants empalés. Ces scènes d’enfer se répètent dans les années 1860, puis 1890, puis 1909.

Sœur Marie-Sophie et le Père Benoît, de la mission française, et des journalistes, rapportent les jeux des bourreaux découpant des enfants sur les genoux des mères aux pointes des seins arrachées, fourrant dans leurs bouches des morceaux de leurs enfants ; des femmes encore, écorchées vivantes…

Dans le rapport des missions catholiques on lit la déclaration du courageux consul de France à Alep, M.  Roqueferrier. Ayant déjà été le témoin des massacres dans la région d’Erzeroum en 1895, il déclare à propos de ceux de 1909 : « Je croyais avoir vu tout ce qu’un être humain peut voir d’horreurs. Ce que j’ai vu cette fois l’a surpassé ».

Les massacres évoqués portent sur des milliers ou dizaines de milliers de victimes. Avec le grand génocide au long des trois années de 1915 à 1918 ce sont des centaines de milliers de chrétiens qui vont être assassinés, le plus souvent sataniquement martyrisés, avec un final d’extermination d’un million et demi de victimes.

Nous ne manquerons pas de rappeler dans nos évocations que le gouvernement des Jeunes-Turcs qui ont succédé à Abdul-Hamid II était essentiellement composé de francs-maçons au point que l’on pouvait parler « d’État maçonnique » comme d’ailleurs on peut le lire à l’article « Empire ottoman » de la très maçonnique « Encyclopédie de la franc-maçonnerie » (Livre de Poche – La Pochotèque).

Mais dans toutes les étapes hamidiennes ou jeunes-turques, et kémalistes enfin, de l’éradication des Arméniens, Assyro-chaldéens, grecs et autres chrétiens de toutes Églises, c’est la haine anti-chrétienne la plus hystérique qui porte les foules de bourreaux musulmans à rivaliser dans les délires de la cruauté. À noter d’ailleurs que lors des massacres d’Adana et dans bien d’autres ensuite tous les musulmans massacreurs, turcs, kurdes ou circassiens, arborent le turban blanc, coiffure des docteurs en théologie islamique, en l’occurrence à la fois emblème mahométan et signe distinctif pour ne pas être éventuellement confondus avec les chrétiens que l’on assomme.

Depuis 1920, il n’y a plus de chrétiens en Turquie. Mais il y en avait encore en Syrie et en Irak, rescapés ou habitant des régions non génocidées. Aujourd’hui, les monstres de l’État islamique, très aidé jusqu’à récemment par la Turquie, notre alliée, n’innovent en rien dans la sophistication des horreurs. Ils parachèvent le « travail » des Turcs et des Kurdes au siècle dernier. Il n’y a que les ignorants ou les amnésiques pour ne pas le savoir.

Bernard Antony,
Président de l’AGRIF et de Chrétienté-Solidarité

genocide-armenienAcheter le livre ici

12 Commentaires sur : Avril 1915, le génocide arménien : quelques rappels.

  1. Derkal

    11 mars 2015

    Bonjour,
    Merci de rectifier car il y a dans notre pays 500 à 600 000 français d’origine arménienne, et non 150 000 comme il est mentionné.

    Très bon article quand même.

    Répondre
  2. kafirpride

    11 mars 2015

    Il est une chose passée sous silence à propos de ces génocides et autres massacres effectués par des musulmans contre des chrétiens. Dès les massacres de Chios au début du 19° siècle toute rébellion ou acte considéré comme tel était vu dans le cadre de la charia comme une rupture du pacte D’Omar, cet “accord protecteur” des chrétiens et juifs, par les dhimmis. En conséquence les foudres de la charia pouvaient dès lors s’abattre sur eux et ceci en toute “légalité” selon le point de vue islamique.
    Contrairement à ce qu’expriment certains sur cet article, tous ces génocides (y compris ceux perpétrés récemment au sud Soudan et au Darfour et par l’état islamique) se font dans le cadre de la loi islamique.
    Désolé…

    Répondre
  3. Trannod

    11 mars 2015

    et 100 après on recommence…..et le comble le GVT TURC est complice de l’état ISLAMISTE…mais chut faut pas le dire

    Répondre
  4. druant philippe

    11 mars 2015

    Islam = cancer du cerveau comme Jojo la cancrelure (dixit JS)
    l’ est pour le site infortuné des 4 Truthes (sic) .

    Répondre
  5. euréka

    11 mars 2015

    “c’est la haine anti-chrétienne la plus hystérique qui porte les foules de bourreaux musulmans à rivaliser dans les délires de la cruauté”

    C’est l’islam qui rend dingue. Les Turcs ne sont pas des Arabes. Leur cruauté ne s’explique que par cette religion infâme.
    Pourtant chez les Ottomans il y avait une tradition d’hospitalité. Par exemple dans tout l’empire ils ont accueilli des populations sinistrées comme les séfarades d’Espagne après leur expulsion en 1492.
    Deux siècles plus tard, les voyageurs témoignèrent que des quartiers entiers de séfarades parlaient encore andalou.
    Pendant longtemps les Turcs ont coexisté avec les chrétiens d’orient.. Puis la furie islamiste s’est déchaînée.
    La pratique zélee de l’islam est un terrain favorable pour déclencher les pires psychopathies. Mahomet drogué halluciné et pervers sanguinaire est le modèle de tous les musulmans. Il n’a même pas laissé de descendance, ce qui est une tare en terre musulmane. Allez comprendre !.

    Répondre
  6. De Soyer

    10 mars 2015

    Déjà, géographiquement, la Turquie ne fait pas partie de l’Europe. Alors, politiquement, il ne me semble pas souhaitable qu’elle en fasse partie. Les Turcs doivent quitter toutes les instances auxquelles ils appartiennent. Ils sont un cheval de Troie du monde musulman en Europe.

    Répondre
  7. GAILLARD

    10 mars 2015

    Je suis d’origine arménienne, mes parents étant des rescapés du génocide. Ma mère était âgée de 17 ans en 1915. Elle a perdu ses parents et sa petite soeur sur la route de l’exil.
    Elle ne les a jamais retrouvés. A chaque fois qu’elle voulait en parler, elle fondait en larmes. C’était vraiment l’horreur absolue. Et ce sinistre Erdogan se permet de qualifier cela de “prétendu génocide” On ne peut être plus pervers. Il paraît que la Turquie est l’alliée de l’Europe !!! Et puis quoi encore ?? Comme vous le dites, l’Etat Islamique continue le travail commencé il y a plus d’un siècle par les Turcs et le Kurdes. A noter que ces derniers, qui font actuellement partie des “gentils” qui luttent contre l’E.I., ont aidé la Turquie contre la promesse de leur indépendance. Ce qui n’a jamais eu lieu.
    Il faut aussi préciser qu’au début les élites arméniennes soutenaient le gouvernement des Jeunes Turcs contre le gouvernement du sultan Abdul Hamid. Ils ne connaissaient pas la takkya et faisaient confiance.

    Répondre
    • Jacky Social

      10 mars 2015

      Vous avez raison, Gaillard. Mais vous oubliez les trois Pacha: Enver, Djemal et surtout Talaat Pacha. Ce dernier, un “progressiste”, leader des Jeunes Turcs, était le sinistre Grand Vizir. Il a été assassiné à Berlin par Soghomon Tehlirian, l’un de vos héros national, dont je possède en russe le compte-rendu et les minutes du procès qui le conduira à l’acquittement grâce aux témoignages tous plus terribles de ses compatriotes arméniens réfugiés en Allemagne et présents au procès. Pour moi, Gaillard, le 24 avril signifie quelque chose. On essaie de nous faire croire que l’islam n’a rien à voir, alors que c’est tout le contraire. Il est vrai que Talaat Pacha était athée, mais voulait un grand Caliphat islamique turc, l’islam étant le ciment de l’ultra-nation aux tenants facho-religieux. Erdogan est un salaud, c’est clair. Mais c’est aussi un petit malin. Reconnaître le génocide le grandirait au nom de tous les Turcs, c’est vrai. Mais la question, c’est pas tellement ça. C’est surtout que l’Arménie demandera va l’ONU et autres instances genre Conseil de l’Europe des comptes à la Turquie, càd. un dédommagement sonnant et trébuchant, ce qui serait bien légitime. Mais personne ne veut évidemment payer les errements du passé. Et un fanatique comme Erdogan, cela n’aide en rien la cause juste des Arméniens de cette Arménie, civilisation plusieurs fois millénaire, qui a tant souffert. Aujourd’hui le Grand et le Petit Ararat se trouvent en Turquie. Parlez-vous arménien?
      Allez sur youtube et tapez “Isabel Beyrakdaryan Dle Yaman”. Elle chante avec le Minassian Duduk Quartet. J’écoute souvent pour remettre la tête à l’endroit après avoir les ankarabistouilles de Jojo-la-Cancrelure. La Foi des Arméniens m’impressionne.

      Répondre
  8. 10 mars 2015

    Personne n’est dupe , c’était un PROGROM majuscule anti chrétien et ça continue en 2015 ! Le Musulman REFUSE les autres religions l Seuls les politiciens nous enfument en nous faisant croire à un combat “racial” . Honte à nos dirigeants qui tendent la main à ces envahisseurs pour des raisons de survie politique !! ( Voir ce que disait Valls , PREMIER Sinistre” quand même :! ..quand même ! “(sic) ,Cazeneuve , Peillon ….
    Sur google , Il suffit de taper leur nom à côté des mots christianisme ou racines chrétiennes etc… et vous aurez les yeux mieux ouverts pour leur fermer vos oreilles .
    C’est honteux de faire risette à nos futurs conquérants ( mais ça peut rapporter gros !)

    Répondre
  9. Alain de Catalogne

    10 mars 2015

    J’espère que la presse se fera écho du souvenir de cette tragédie, quelques chroniqueurs sont concernés, je pense à Léa Salamé libanaise dont la famille a des origines arméniennes !!!

    Répondre
    • Jacky Social

      10 mars 2015

      Si vous lisez le dernier Obertone “La France Big Brother”, vous comprendrez que la presse s’en fout du génocide arménien qui n’a en fait rien à voir avec l’islam.

      Répondre
      • Jacky Social

        10 mars 2015

        qui n’a en fait rien à voir avec l’islam, de même que les islamistes eux-mêmes n’ont rien à voir avec l’islam..

        Répondre

Répondre

  • (pas publié)