La Turquie n’a pas sa place dans l’Otan

Posté le avril 07, 2009, 12:00
7 mins

Il y a quelque temps, sur le forum Internet de notre journal (www.les4verites.com), j’ai parié 1000 euros que la Turquie n’entrerait jamais dans l’Union européenne. Curieusement, alors que la plupart de nos lecteurs semblent convaincus, la mort dans l’âme, que cela se fera, personne n’a relevé ce pari. On me dit que certains Chefs d’État européens font tout ce qu’ils peuvent pour avancer discrètement les négociations afin que la Turquie adhère à l’Union. Et moi je vous dis qu’ils auront beau faire tout ce qu’ils peuvent, ils n’y parviendront pas, et pour trois raisons essentielles.

La première, c’est que l’immense majorité des Européens, y compris de nombreux élus, ne veut pas entendre parler de cette absurdité géographique, ethnique, historique, culturelle et religieuse. La seconde, c’est que l’immense majorité des Turcs eux-mêmes n’y tient pas davantage. La troisième, c’est que les politiciens turcs multiplient les provocations, les bourdes et les impairs qui empêcheront ce projet d’aboutir.

D’abord, les Turcs n’accepteront jamais de reconnaître le génocide arménien, entêtement rédhibitoire, puisque les Européens ont fait de cette reconnaissance une condition absolue. Sur quantité d’autres sujets, ils refusent les règles européennes ou bien trichent avec elles et ils ne cessent d’attirer l’attention sur leur mauvaise volonté. Ils viennent encore d’en donner un exemple en prétendant écarter le Premier ministre danois Rasmussen du poste de Secrétaire Général de l’OTAN, sous prétexte qu’il ne s’était pas conduit à leur convenance lors de la ridicule affaire des caricatures de Mahomet.
En cette occasion, les Turcs s’étaient clairement rangés du côté des musulmans radicaux et avaient bien montré que la liberté d’opinion et d’expression, valeur fondamentale en Occident, leur était incompréhensible. La liberté de la critique, de la moquerie, de la caricature leur est complètement étrangère. Pourrait-on imaginer les Guignols de l’Info à la télévision d’Ankara ?

Cependant, les Européens n’ont pas cédé, Barak Obama non plus. Et il a bien fallu que les Turcs s’accommodent de Rasmussen. Ils ne peuvent plus compter sur une complicité américaine comme celle de "Deubleiou" Bush. Et d’ailleurs, quel peut bien être le rôle de la Turquie dans le Traité d’Alliance de l’Atlantique Nord ? Ce traité fut signé à l’époque de la guerre froide pour établir une défense commune contre la menace soviétique. Celle-ci n’existe plus. Et si nous avons certainement intérêt à ce que l’OTAN se maintienne, c’est pour faire face à d’autres menaces, notamment islamistes. Et dans ce contexte, la Turquie musulmane n’est pas précisément l’allié idéal.

Mais ce n’est pas tout. Je suis en train de lire un ouvrage très instructif de Daniele Ganser intitulé "Les Armées secrètes de l’OTAN" (Ed. Demi-Lune). On y apprend que, durant la guerre froide, la CIA avait utilisé l’OTAN pour organiser des unités militaires secrètes dans tous les pays de l’Alliance. Leur mission était de préparer des structures de résistance pour le cas où l’Armée rouge aurait envahi l’Europe occidentale. C’était une très bonne idée. Mais il se produisit une dérive scandaleuse : Ces unités, qui devaient rester "dormantes", furent utilisées, notamment en Italie, pour intervenir dans la vie politique contre les partis communistes, considérés comme des "cinquièmes colonnes" de l’URSS. Mais elles furent utilisées aussi en Turquie contre les indépendantistes kurdes, ce qui n’avait vraiment plus rien à voir avec la vocation de l’OTAN. Ces commandos secrets employés à des actions criminelles furent en principe dissous après la chute du mur de Berlin.

Certains disent que si la Turquie n’est pas avec nous, nous risquerions qu’elle soit un jour contre nous. C’est bien possible. Mais la Turquie avec nous pourrait être aussi un gigantesque cheval de Troie. Et Nicolas Sarkozy a réaffirmé ce 5 avril qu’il était résolument opposé à l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne. Dont acte. Les Etats-Unis ont avec la Turquie une très forte alliance militaire. Cela doit suffire. Mais la Turquie n’a aucun besoin d’être dans l’OTAN, et nous n’avons aucun besoin qu’elle soit en Europe.

N.B de la rédaction : cet article sera publié dans la version papier de la semaine prochaine, un incident technique ayant empêché sa reception dans les délais de publication.

67 réponses à l'article : La Turquie n’a pas sa place dans l’Otan

  1. Anonyme

    29/04/2009

    M Lance

    La France avec ses punaises de départements d’ outre mer aurait bien du mal pour encercler les continents pour cela il lui faudrait une marine digne de ce nom et " La Royale " n’est plus que l’ ombre d’ elle même et ce n’ est pas avec un porte avions qui fait des ronds dans en rade de Toulon que cela va changer.

    Pour les satellites qui entourent cette terre ronde, ils sont faciles à aveugler ou à détruire par un autre satellite tueur et puis dans le passé le manque de renseignement " Man to man " a fait gravement défaut à certaine centrale de renseignement.

    Donc même à l’ époque des satellites qui permettent de voir une souris grignoter son fromage, un petit mot dans une boite à lettres discrète est certainement le moyen le plus sûr d’ obtenir des informations qui ne peuvent être piratées. Encercler son ennemi physiquement est plus sûr que de le faire du ciel et cela quelque soit le bout de la lorgnette que vous vous appliquiez sur le nez.

     

    Répondre
  2. sas

    28/04/2009

    A pierre…..

    prépare les talbin pierre, on a ouvert un 10 eme chapitre avec la turquie…..

    sans turquie pas d intégration d israel….donc sa suit son cour, contrairement aux dénégations des uns et des autres….

    SAS qui va gagner 1000 euros facile….

    Répondre
  3. Pierre LANCE

    27/04/2009

    À siniq : Vous semblez avoir oublié que la Terre était ronde. Il en résulte qu’une nation couvrant une importante surface est à la fois encerclante et encerclée de et par toutes les autres. Et bien que la France soit d’une superficie modeste, vous pourriez tout aussi bien soutenir que grâce à ses DOM-TOM elle « encercle » tous les continents. Cela dit, je ne nie pas que les Etats-Unis s’efforcent de surveiller, et avec raison, toutes les grandes puissances, mais prétendre « encercler la Chine » de façon militaire serait, je le répète, utopique. D’ailleurs, avec les satellites qui nous tournent tout autour, aujourd’hui, tout le monde « encercle » tout le monde. Alors, cette lorgnette vous tracasse ? Faites l’effort de visualiser. Dans tous les films de corsaires, on a vu maintes fois le capitaine saisir sa lorgnette et appliquer contre son oeil évidemment le petit bout, seule manière de grossir ce qui est au loin. Donc, si l’on veut dire que quelqu’un inverse le sens du grossissement, on doit dire qu’il regarde « par le gros bout de la lorgnette ». Or, presque tout le monde dit le contraire et la faute se répand par mimétisme. Ce qui prouve que la plupart des gens ne réfléchissent pas à ce qu’ils disent. C’est comme ceux qui disent « vous n’êtes pas sans ignorer » alors qu’ils veulent dire au contraire « vous n’êtes pas sans savoir ».

    Répondre
  4. sxm

    22/04/2009

    Réponse à FRANCO TURC
    C’est toi qui es ridicule ,tu veux le beurre et l’argent du beurre,il faut choisir turc ou français ,mais pas les deux en meme temps !
    Je suis allée en turquie je n’y retournerai jamais…

    Répondre
  5. siniq

    22/04/2009

    Monsieur Lance

    Utopie dîtes vous, je vous ferais remarquer que toute la façade maritime de l’ Empire du milieu est cernée par des pays amis des Etats-Unis que la Chine a très mal vu le rapprochement de la Mongolie et États-Unis. Le soudain intérêt des USA pour l’ Inde qui fut toujours un proche de l’ex URSS.

    La Chine et la Russie faisant terre leur différent frontalier , l’ intervention en Géorgie des forces russes brisant de ce fait une installation d’ un front pro américain dans le Caucase mais tout ceci n’est qu’ utopie.

    Il me semble que lorsqu’ on dit regarder par le petit bout de la lorgnette, veut dire que l’on inverse de le sens de vision de cette dernière

    Répondre
  6. Pierre LANCE

    21/04/2009

    À Barthélémy : Je crains qu’il y ait un malentendu entre nous sur le terme « christo-socialisme ». Ce que vous nommez ainsi, c’est le christianisme moderne, sécularisé, plus préoccupé de société que de divinité, quelque chose que vous considérez comme une décadence du christianisme. Tandis que, pour ma part, considérant que le socialisme est déjà potentiellement présent dans le Nouveau Testament, je le nomme christo-socialisme dès l’origine, ses formes récentes n’étant que les aboutissements logiques de son « programme génétique », si je puis dire. Vous dites que les catholiques progressistes font du protestantisme sans le savoir. Pourquoi « sans le savoir » ? Je crois qu’ils le savent parfaitement et s’ils ne se convertissent pas officiellement, ce n’est sans doute que par attachement sentimental et affectif à leur famille d’origine. Comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire : catholicisme, protestantisme et socialisme ne sont que les trois étapes fatalement successives d’une même entreprise de déstructuration de l’être humain qui prend sa source dans le monothéisme collectiviste. Car ces trois mouvements successifs, vos propos le confirment, condamnent pareillement l’individualisme, et du même coup la civilisation, puisque l’individualisme est son géniteur. Car Dieu et l’Individu sont incompatibles. Et si toute religion met l’homme à genoux, et même à plat ventre, ce n’est évidemment pas un hasard. Les adeptes de Dieu ne tolèrent pas un homme debout. Mais comme l’Occidental, au contraire de l’Oriental, a vocation naturelle à se tenir debout, il y a nécessairement contradiction permamente entre l’Européen et le monothéisme. C’est pourquoi je considère que la disparition progressive du monothéisme judéo-chrétien en Europe, dont nous sommes depuis cinquante ans les témoins privilégiés, n’est autre chose que le retour à la vraie nature de l’homme blanc, qui rejette enfin cette contre-nature moyen-orientale dont la décadence romaine l’avait contaminé. Le malheur est que beaucoup d’hommes de votre intelligence ne peuvent participer à cette résurrection, du fait des implants éducatifs dont ils sont victimes. Contrairement à ce que dit la phrase de Nietzsche que vous nous citez, ce n’est pas la démocratie, mais le socialisme qui est « le christianisme rendu naturel ». L’une des erreurs de Nietzsche, malgré son génie, est d’avoir confondu la démocratie et le socialisme. Il est vrai que les socialistes ont tout fait pour entretenir cette confusion dans tous les esprits autant que dans le leur. Mais la démocratie véritable est individualiste; elle ne peut donc être, par définition, ni chrétienne ni socialiste.

    Répondre
  7. IOSA

    20/04/2009

    [email protected]…..

    " Toutes les civilisations quelque soit le continent ont toujours été des vecteurs de religion, celtes,aztéques,chinoises,hindoues."

    Evidemment, si on s’arrête à celà…….Il n’y a plus d’ascension possible, mais dès que l’on recherche le pourquoi d’une religion, on s’apercoit bien vite qu’il y avait énormément à cette époque et beaucoup maintenant de moutons bêlants.

    L’intelligence tue la religion…CQFD !

    Répondre
  8. Barthélémy

    20/04/2009
    A Pierre Lance
    Vous dites : "Ces gens sont incapables de discerner que le christianisme a engendré le socialisme ("A père avare, fils prodigue") ainsi que tous les dérèglements du monde moderne. En obturant les voies de la spiritualité authentique, le christianisme historique a ouvert lui-même les vannes du matérialisme déshumanisant, qu’il condamne mais qu’il nourrit. C’est pourquoi j’emploie fréquemment le terme de christo-socialisme."
     
    Mais, Pierre Lance, Monseigneur Lefebvre en aurait dit tout autant, et même Philippe Muray dans son livre fabuleux " Le 19ème siècle à travers les âges ". Certains, comme vous le savez probablement, font remonter l’origine du christo-socialisme à la Renaissance.  Des traditionalistes ont appelé Vatican II, qui a porté le "coup de grâce " à la déspiritualisation de l’Eglise catholique, " le gang des Pères conciliaires " ( Marcel De Corte ). 
     
    Le père de Monseigneur Lefebvre (René Charles Joseph Marie, né le 23 février 1879 à Tourcoing), meurt le 4 mars 1944, d’une hémiplégie suite aux coups donnés par son gardien, au camp de Sonnenburg où il était interné pour faits de résistance, ce qui lui avait valu deux condamnations à mort à Berlin le 28 mai 1942, pour intelligence avec l’ennemi et recrutement de jeunes gens pouvant porter les armes contre le Grand Reich allemand. ( Je dis cela parce qu’il est toujours bon de rafraîchir les mémoires conditionnées par l’information déformante ).
     
    La Pape Benoît XVI, qui est un très grand théologien, donc un très grand philosophe parce que très grand théologien, a parfaitement compris tout cela et c’est pourquoi il a levé l’excommunication contre les traditionalistes. Mais le pauvre homme est bien seul et en même temps il est un formidable révélateur de par les réactions qu’il suscite de l’incroyable dérive de type socialo-totalitaire de nos dissociétés. Ce n’est pas Benoît XVI qui est effrayant, mais ce sont ses contempteurs.
     
    C’est d’ailleurs pourquoi les attaques les plus virulentes contre le Pape Benoît XVI viennent surtout des catholiques progressistes qui, en fait, font du protestantisme sans le savoir. Pour les catholiques progressistes l’Eglise devrait devenir protestante.
     
    Le " nouveau clergé progressiste " ne se charge plus depuis longtemps de relier les hommes à la transcendance, mais à leur propre immanence envahie par les constructions utopiques de l’imagination.

     
    Comment en est-on arrivé là ? Par la sécularisation du christianisme qui, une fois amputé de sa fin surnaturelle ultime, érige infailliblement l’individu en fin. Le christianisme désurnaturalisé, je pense déjà l’avoir dit, est le plus puissant facteur de destruction de la nature de l’homme et de la société. N’est-ce pas Nietzsche qui l’affirmait ? " La démocratie est le christianisme rendu naturel ". Il n’est pas un article du Credo communiste qui ne soit la transposition de l’Ancien et du Nouveau Testament en language apparamment profane. Et que dire de la révolution française comme l’a si génialement analysé Augustin Cochin ? A ce propos, j’invite toutes les  personnes qui sont interessées par la révolution française à lire absolument Augustin Cochin.
     
    Tout cela pour vous dire, qu’ils sont très nombreux les philosophes et historiens catholiques, à avoir vu et dénnoncé l’origine du mal. 
     
    Il y a aujourd’hui une lente mutation des sociétés humaines en dissociétés sous la poussée de l’individualisme, lui-même issu d’un christianisme DESURNATURALISE, laïcisé, amputé de son essentielle relation à Dieu. Et la personne humaine retombée sur son vide intérieur n’a plus d’autre ressource que se livrer à ses songes. Alors, vous allez, je le sais, me dire qu’on juge l’arbre à ses fruits,mais le problème c’est que chez vous un seul arbre cache le verger comme on dit l’arbre qui cache la forêt.
     

    Il existe aussi, encore aujourd’hui et depuis toujours, une immense spiritualité authentique dans le catholicime et le christianisme . 
     
    Moi qui suis un catholique très hétérodoxe, je suis parfaitement à l’aise pour vous parler de tout cela.
    Répondre
  9. Pierre LANCE

    20/04/2009

    À siniq : Vous avez raison, la Turquie avait en effet toute sa place dans l’OTAN durant la guerre froide entre les Occidentaux et les Soviétiques. Mais la guerre froide est heureusement terminée, et même si nous pouvons avoir quelques différends avec la nouvelle Russie, aucune comparaison n’est possible avec l’affrontement d’autrefois. Donc, puisque l’OTAN est une structure de défense des démocraties occidentales contre un ennemi potentiel, il importe avant tout de se demander qui pourrait être cet ennemi. Or, de toute évidence, c’est l’islamisme radical qui tient ce rôle, et de son propre aveu. De ce fait, la Turquie, pays à forte majorité musulmane, n’est plus du tout à sa place dans l’OTAN, même s’il est vrai que les Turcs ne sont pas des Arabes. Quant à imaginer un « plan d’encerclement de la Chine », ce serait verser dans l’utopie. Puisque, à vous entendre, vous savez vous servir d’une lorgnette, je vous signale que c’est en regardant précisément par le petit bout qu’on s’en sert normalement. C’est au contraire en regardant par le gros bout que l’on s’en sert maladroitement. Mais je sais bien que la plupart des gens font cette erreur. À Magny : Merci de citer un de mes livres. Le texte exact est : « Le seul véritable miracle dans le christianisme, c’est qu’il ait réussi à faire des adeptes. » L’ascension individuelle, c’est vrai, est la seule chose qui offre un intérêt. Mais je ne dirai pas vers l’absolu, car l’absolu n’existe pas, puisque l’univers est infini. Toute ascension ne peut viser qu’un niveau supérieur, lui-même surmonté d’une infinité de niveaux supérieurs. Montons, c’est le principal. Il y en a tellement qui descendent…

    Répondre
  10. siniq

    19/04/2009

    A nos deux bouffeurs de curés!

    Toutes les civilisations quelque soit le continent ont toujours été des vecteurs de religion, celtes,aztéques,chinoises,hindoues.

    Mias c’est tellment tendance de cracher son venin sur une croix derriére un clavier en se prenant pour un philosophe, allez donc critiquer l’islam en terre wahabite ou simplement sur des sites islamistes.

    Répondre
  11. Magny

    19/04/2009

    Comme dirait un certain Pierre Lance : le seul véritable miracle dans le christianisme , c’est qu’il ait réussi à s’implanter en Europe ! ( citation de mémoire ) Ce qui vaut pour bien des religions .

    De toute manière on peut faire un comparatif des idéologies et des religions , car elles ne sont pas égales ( rien n’est égal ) , mais prétendre qu’une charpente structurée de paradigmes qui semblent de bon sens puisse améliorer par elle même n’importe quel individu est bien infantile . Chaque être du vaste univers possède ses avantages et ses inconvénients , qui sont complémentaires , et sa transcendance apparaît dans ses actes bien plus que dans ses pensées , ou ses paroles .

    Laissons les étiquettes qui nous catégorisent pousser et tomber comme les feuilles … et travaillons notre ascension intime vers l’absolu .

    Répondre
  12. Pierre LANCE

    19/04/2009

    À grepon le texan : Pour ce qui est de l’ « ânerie monumentale » de l’entrée de la Turquie en Europe que nous dénonçons tous les deux, j’ai parié qu’elle ne se produirait pas. Et je ne suis même pas sûr que Barak Obama la soutienne réellement. Beaucoup se sont irrités de ses propos à ce sujet lors de sa visite en Europe et en Turquie. Mais il me semble que le Président Obama est un homme très prudent, qui ne veut pas rompre brutalement avec la politique américaine qui fut menée avant lui. Il ne procède pas par « ruptures », comme Nicolas Sarkozy disait vouloir le faire chez nous (et ne le fait d’ailleurs qu’à moitié). Obama avance à petits pas et par petites touches, et plutôt par demi-mesures, ce qui n’est pas forcément bon. Il flatte les Turcs dont il a besoin en déclarant qu’il est favorable à leur adhésion à l’Union européenne, mais quelque chose me dit qu’il ne lèvera pas le petit doigt pour que cela se fasse, outre qu’il ne peut pas contraindre les Européens à l’accepter. « Les tyrannies sont à éradiquer », dites-vous. Vaste programme ! Il serait déjà suffisant, je crois, de ne pas les aider. Or, les Etats-Unis en Amérique du Sud, en Asie et au Moyen-Orient, la France en Afrique, ont trop souvent aidé des dictateurs. C’est cela qui doit cesser. Si les tyrans ne bénéficiaient pas trop souvent d’une tolérance internationale, la plupart ne tiendraient pas longtemps. À Barthélémy : Les textes de Yvan Riouffol et de Philippe Muray que vous nous citez sont vraiment des perles du genre. C’est merveilleux de pouvoir écrire ainsi absolument n’importe quoi. Il n’y a pas eu un « retour aux religions » aux Etats-Unis. Les Américains sont depuis toujours abrutis par la religion (tout comme les Russes d’ailleurs, ce qui est curieux), et je crains fort que ce ne soit définitif. Mais il n’y a aucun risque que cela se produise en Europe occidentale. Que l’Eglise ne veuille pas se conformer à la « pensée correcte » de son temps, c’est bien normal. Elle mourra figée dans sa pensée archaïque. D’ailleurs elle est déjà à demi momifiée. Quant à Muray, il bat tous les records d’aveuglement : Le christianisme devenant le refuge du « combat des Lumières » ! On aura vraiment tout entendu. En fait, ces deux auteurs (et bien d’autres) sont prisonniers d’une vision manichéenne de l’Histoire : du moment que l’idéologie « progressiste » est dans l’erreur (ce qui est vrai), le conservatisme chrétien est forcément dans la vérité (ce qui est faux). Ces gens sont incapables de discerner que le christianisme a engendré le socialisme (« A père avare, fils prodigue ») ainsi que tous les dérèglements du monde moderne. En obturant les voies de la spiritualité authentique, le christianisme historique a ouvert lui-même les vannes du matérialisme déshumanisant, qu’il condamne mais qu’il nourrit. C’est pourquoi j’emploie fréquemment le terme de christo-socialisme. Mais comment un Riouffol ou un Muray pourraient-ils comprendre cela ? Cela passe trop loin au-dessus de leurs têtes.

    Répondre
  13. siniq

    18/04/2009

    Du temps de la guerre froide, la Turquie avait toute sa place dans l’ OTAN , elle pouvait servir de base dans une attaque de flanc de l’ ex URSS suite un antagonisme aussi vieux que l’ empire ottoman et le pays des tsars. De nos jours, on peu considérer qu’ elle est toujours sa place si l’ OTAN était elle même une organisation ayant un droit d’ existence et non plus de masquer de nos jours l’ incapacité à une Europe bien incapable de défendre ses propres frontières sans le besoin du grand frère américain.

    Maintenant si cette organisation permet de maintenir des puissances comme la Russie qui montre de nouveau le bout de son nez ou de faire partie d’ un vaste plan d’ encerclement de Chine et là la Turquie a toute sa place, je tiens à rappeler que les turcs sont certes des musulmans sunnites mais en aucun des arabes et que durant toute l’ histoire de son hégémonie, elle n’ eut que très peu confiance en ses sujets arabes, les anglais s’ appuyèrent sur les tribus arabes pour semer le trouble à l’ intérieur de ce dernier.

    Il faut regarder le monde autrement que la petit bout de la lorgnette.

    Répondre
  14. Pierre LANCE

    18/04/2009

    À Daniel : Je vois que j’ai bien fait de vous piqueter un peu. Du coup vous avez fait un double effort de réflexion et de courtoisie. Mes compliments. Ce n’est pas encore parfait, mais le progrès est sensible. Vous me dites :  » Comment voudriez vous savoir ce que signifie le mot sacré ou Dieu puisque vous n’avez jamais accepté d’en faire l’expérience sincère et maîtrisée. » C’est exactement le genre de propos que tenaient les communistes dans les années 80, lorsque leur influence commençait à faiblir, et qui affirmaient sérieusement : « On ne peut pas comprendre et critiquer le communisme tant qu’on n’a pas été soi-même communiste. » À mourir de rire ! On pourrait en dire autant de l’alcoolisme, de la boulimie, de la kleptomanie, de toute espèce de TOC (trouble obsessionnel compulsif) ou de n’importe quel déréglement de l’esprit humain. Bref, seuls les fous peuvent comprendre la folie. Les lucides, les sages et les équilibrés n’ont que le droit de se taire; ils ne savent pas de quoi ils parlent. Rompez ! Désolé, mon cher Daniel, mais personne n’est en mesure de me faire avaler des couleuvres de ce calibre. Les circonvolutions du cerveau humain n’ont plus beaucoup de secrets pour moi. Même si j’en apprends tous les jours sur les acrobaties intellectuelles dont l’homme est capable pour se donner raison contre toute évidence. Malgré tout, vous dites un certain nombre de choses sensées que je ne désavouerai pas. Sauf que je n’ai pas compris en quoi ma courtoisie était loupée. Vous seriez-vous compté parmi les moutons et les veaux ? Si c’est le cas, je n’y suis absolument pour rien. Vous n’étiez nullement visé, je vous l’assure.

    Répondre
  15. Barthélémy

    17/04/2009

    A Daniel

    – L’Intelligence en péril de mort – est devenu en quelques années un des livres "culte" de notre époque. Il est malheureusement épuisé chez l’éditeur mais il est possible de le trouver en bouquinerie sur Internet. Les éditions De Paris viennent de rééditer – L’Homme contre lui-même -.
    Répondre
  16. Barthélémy

    17/04/2009

    La dernière d’Yvan Riouffol dans le Figaro.

    " l’Église n’a pas à se "conformer à la pensée correcte de son temps ".

    " La révolution conservatrice, qui trouve dans la crise l’accélérateur d’un retour aux valeurs et peut-être aux religions (comme ce fut le cas aux États-Unis dans les années 1990), pourrait bien, d’ailleurs, remettre L »Eglise catholique dans l’air du temps, contrairement à ce que les hystéries contre Benoît XVI peuvent laisser croire. Déjà, il est intéressant de noter que Mgr Vingt-Trois, archevêque de Paris, rappelle que l’Église n’a pas à se "conformer à la pensée correcte de son temps". Le porte-parole du Pape, Federico Lombardi, vient même de critiquer Alain Juppé, qui avait mêlé sa voix à celle des procureurs du Souverain Pontife. L’Église se fâcherait-elle aussi ? "

    Il y a environ 10 ans, Philippe Muray qui n’était pourtant pas un philosophe chrétien , en accord parfait avec Yvan Riouffol sur ce point, affirmait :

    ” Le christianisme, si dégradé soit-il, est une arme essentielle de la liberté. Je ne suis pas loin de penser que c’est même en lui, aujourd’hui, et presque en lui seul, par une ruse de la post-Histoire, que se réfugie tout ce que l’on a pu appeler le combat des Lumières ; et que le monde technophile, festivophile et progressiste est au contraire le véritable monde de ténèbres et de réaction qui mène une guerre incessante à la liberté. On en arrive à cette situation paradoxale que c’est sans doute aujourd’hui dans le christianisme que l’on peut puiser les ressources nécessaires à l’élaboration d’une véritable critique radicale de la réalité, tandis que la domination obscurantiste est du côté de la secte immense des avancistes, du côté du Parti du Mouvement et de ces nouveaux prêcheurs effarants de la world philosophy…"

     

    Répondre
  17. grepon le texan

    17/04/2009

    En Reponse a:   " Quel intérêt les US ont-ils à voir la Turquie dans l’UE ? " Je m’étonne que vous posiez la question, tant la réponse est évidente. Les Américains ont une trouille bleue que le peuple turc tombe un jour sous la coupe des islamistes. Ils se disent que si les Turcs deviennent "européens", ce danger sera écarté, ce qui est une ânerie monumentale, car non seulement il ne sera pas écarté mais il sera même aggrav

    Grepon dit:   C’est precisement ca.  Il y a quelque temps sur ces pages, j’ai argumentela position americaine que Pierre Lance ecrit ci dessus.   Aujourdhui je crois qu’il a probablement raison que ce point de vue americaine soit un anerie monumentale. 

    Par aillieurs l’OTAN est devenue une absurdite.  C’est Gulliver et quelque dizaines de pensionnaires miniatures.   Il serait grand temps que les pays democratique et liberataire fondent une alliance militaire et econonomique mondiale des pays veritablement libre.  l’ONU, du meme coup, est pire que rien sous ce point de vue.  C’est une organisation des gouvernments du monde, et aucunement une organisation des "nations" du monde.   La plupart de gouvernments du monde sont des dictatures ou tyrannies anti-humaniste.    Les tyrannies sont a eradiquer.

    Répondre
  18. Pierre LANCE

    17/04/2009

    Cher Barthélémy, Vous ne me tourmentez pas le moins du monde et la réponse à la question que vous posez est d’une si élémentaire simplicité que je suis très étonné que vous l’ignoriez. D’abord je peux vous confirmer que le succès des écoles privées catholiques françaises n’a rien à envier à leurs cousines belges. Cela fait déjà une bonne dizaine d’années que les Français (toujours une majuscule aux noms de nationalité, s’il vous plaît, sauf lorsqu’ils sont employés comme adjectifs) s’efforcent de placer leurs enfants dans les écoles catholiques, qui peinent à accepter tous les candidats. Heureusement, ces écoles ne sont pas aussi rigoristes que ce que vous nous dites de leurs analogues belges. À ma connaissance, les élèves n’y sont pas en uniforme, la discipline n’y est pas « militaire » et les cours de religion y sont facultatifs. La réponse, donc, tout aussi valable pour les Belges que pour les Français, et sans doute aussi pour d’autres peuples européens, c’est que c’est le seul moyen que trouvent les parents pour épargner à leur progéniture la promiscuité des enfants d’origine immigrée, pour la plupart inintégrables. Certains diront que c’est un réflexe raciste. Mais non; c’est un réflexe identitaire, un réflexe défensif de leur culture et de leur mode de vie, un « communautarisme » européen qui est contraint de se développer pour n’être pas étouffé par les communautarismes d’importation. Car telle est désormais la situation que nos politiciens irresponsables ont laissé s’installer en Europe : les autochtones sont contraints de se regrouper à l’écart pour n’être pas étouffés par les envahisseurs. Ce que j’espère, c’est que nos pauvres enfants ainsi « parqués » échapperont au virus catholique vers lequel on les précipite. Mais comme la plupart des anticléricaux que j’ai rencontrés dans ma vie avaient été éduqués par des prêtres, je ne m’inquiète pas trop. Lorsqu’on a du caractère, rien de tel que de fréquenter la religion de près pour en être vite dégoûté.

    Répondre
  19. Daniel

    16/04/2009

     

    P. Lance:

    " Je trouve que vous illustrez à merveille cette boutade de Coluche : "Ce n’est pas une raison parce qu’on n’a rien à dire pour fermer sa gueule." C’est-à-dire parler pour ne rien dire…

    Vous, "cher ami" il semble que vous illustrez parfaitement la maxime préférée de la religion socialiste:

    "Parler pour ne rien faire…"

     

    Si l’Europe pourrit par la tête, la France la précède par sa "Kulture" de l’illusion intellectuelle et des mots qui sont devenus une fin en soi pour tous ceux qui se bercent de merveilleuses théories isolées de la réalité et trouvent que, finalement ils sont exigeants!!! .

    Ces gentillesses dites selon votre mode d’emploi, vous avez raison sur un point essentiel: " Et moi je vous dis que toute société qui repose sur la crainte est une organisation destructrice de l’être humain." (exact et essentiel). Sauf que les mots « crainte de Dieu, crainte sacrée » sont là réduits par vous-mêmes à la notion de crainte, de peur. Comment voudriez vous savoir ce que signifie le mot sacré ou Dieu puisque vous n’avez jamais accepté d’en faire l’expérience sincère et maîtrisée. Ces mots ont été effectivement détournés, privés comme vous le faites de leur sens, y compris souvent par les religieux pour le pouvoir qu’ils en tiraient. C’est encore le même problème. Les religieux ont fait au sacré ce que nos énarques font à l‘intelligence. Ils se sont crus supérieurs et ont bafoué les uns le sens du sacré (au sens chrétien), les autres le sens de l’intelligence pour disposer du pouvoir sur le peuple qui rame. Ils se sont appuyés sur la même notion: l’irresponsabilité intégrée comme normale et découlant directement du sentiment de supériorité. Ce sentiment établit que ce que fait le supérieur ne peut être mauvais pour l’inférieur. Le supérieur sait ce qui est bon pour l’inférieur et ne peut donc qu‘être récompensé pour ce dont il fait bénéficier l‘inférieur. Priver l’inférieur de liberté est lui faire une vie à sa mesure. Le juge ne peut être jugé. Principe du racisme (principe d’Etat) appliqué à d’autres catégories fondées sur des fausses valeurs, de faux mérites. Etre craint plutôt que respecté.

     

    Pour admettre la responsabilité du mal qui est fait à quelqu’un il faut au minimum le considérer comme un autre soi même. Il faut que le phénomène de compassion (base de la religion chrétienne) ou d’empathie fonctionne pour établir le lien entre le bourreau et sa victime. Et seulement à partir de cette reconnaissance de l‘autre, ses souffrances sont intégrées comme inacceptables pour lui comme elles seraient inacceptables pour soi même.

    La responsabilité n’est pas dissociable de l’intelligence. Ces 2 notions peuvent même répondre à une définition identique: « c’est l’art d’établir des liens ». Mais ça ne fait pas l’affaire de ceux qui pensent avoir tout compris sans l’avoir démontré dans la réalité concrète. Espérer dans l’homme, c’est au minimum donner l’exemple et non geindre sur les injustices qu’on alimente.

    Il y a tout de même une lueur d’espoir pour le monde: Pierre Lance donne des leçons de courtoisie et en vante les bienfaits. Nous en sommes tous très heureux et nous allons pouvoir chercher ensemble, lui dans le rôle de critique, ce que serait l’Homme abouti….       « et que le christo-socialisme n’a pas réussi à transformer en moutons et en veaux. » ajoute  Pierre Lance.
    Zut! Zut! Pour la « courtoisie sans faille« , c’est encore loupé! .

    Barthélémy, encore merci pour les analyses que vous proposez. Je vais me procurer le livre que vous évoquez "l’intelligence en péril de mort",  titre expressif et excellent résumé de notre état.  

      

    Répondre
  20. IOSA

    16/04/2009

    Bart…@….

    " Je veux parler de l’école catholique traditionnelle avec discipline militaire, uniforme et cours de religion. Comment peut-on expliquer cela? "

    On peut tout expliquer, même celà !

    La trouille de l’autre, voilà tout !

    ps: L’autre = l’étranger, le pas comme "nous", l’ arabe, le musulman et éventuellement le "chinois".

    IOSA

    Répondre
  21. Barthélémy

    16/04/2009
    A Pierre Lance
    Je sais que je vais vous tourmenter en disant cela, mais savez-vous qu’en Belgique, les écoles catholiques sont sursaturées à tel point que des parents inscrivent déjà leurs enfants dans ces écoles dès la maternelle 4 à 5 années en avance . Je veux parler de l’école catholique traditionnelle avec discipline militaire, uniforme et cours de religion. Comment peut-on expliquer cela?
    Répondre
  22. nospam4

    16/04/2009

    A Pierre Lance

    J’ai dit : Pour moi l’homme, qui n’est ni ange ni bête, est quelque chose qui doit être " dressé ".

    Peut-être  me suis-je fait mal comprendre en voulant écourter par trop mon message. Je voulais parler de l’engouement des français, et cela n’est pas contestable, pour l’enseignement catholique et traditionnel qui sont, avouons-le,  des extraodinaires écoles de "dressage" . Du moins quand elles n’ont pas été contaminées par le christo -socialsme. Cela existe encore.

    En principe, le christo – socialisme qui n’est d’ailleurs jamais qu’un socialisme sévit surtout dans les écoles laïques.

     

    Répondre
  23. Pierre LANCE

    16/04/2009

    Mon cher Barthélémy, je finirai par vous prendre en affection, tant vous mettez d’élégance dans l’art d’avoir tort. Ah ! Si tous mes contradicteurs savaient faire briller leurs arguments avec autant de lustre et de calme, nos discussions seraient sur ce site toujours empreintes d’un « fair play » de bon aloi. Vous parlez de ma « confiance illimitée en l’homme ». Vous faites erreur. Je n’ai aucune confiance en l’homme d’aujourd’hui, dernier fruit d’une affreuse décadence. Mais j’ai une grande confiance en l’homme potentiel, en l’homme de l’avenir encore enfoui au sein du bipède hagard christo-socialiste et qui, je n’en doute pas, surgira un jour de cette gangue en une formidable mutation. Sans cette confiance-là, j’avoue que l’existence me semblerait très fade. Et cette confiance n’a évidemment rien à voir avec la « fièvre socialiste », qui flatte et encense « l’homme tel qu’il est ». Mais vous m’effrayez vraiment en disant que l’homme est quelque chose qui doit être « dressé ». Quelle horreur ! Et dressé par qui, au fait ? Par d’autres hommes, évidemment, qui se croient supérieurs au commun des mortels et/ou inspirés par quelque divinité improbable. Je comprends mieux votre attrait pour la religion, dont le but a toujours été de transformer l’être humain en animal domestique, et même en vache-à-lait. Franchement, quelque estime que vous m’inspiriez, je suis déçu de voir votre espérance se borner à un « homme bien dressé ». Si c’est là toute l’ambition que vous nourrissez pour notre espèce, je trouve qu’elle manque furieusement de panache. À IOSA : J’approuve tout à fait votre analyse pleine de bon sens, et qui reflète d’ailleurs, me semble-t-il, l’avis général de ceux des Européens qui tiennent encore debout et que le christo-socialisme n’a pas réussi à transformer en moutons et en veaux.

    Répondre
  24. IOSA

    15/04/2009

    La seule chose de vrai dans la religion est qu’elle fut capable de rassembler nombre de guerriers pour combattre ceux qui n’étaient pas de la même conviction.

    En celà, on peut reconnaitre qu’elle fut fédératrice d’une certaine forme de civilisation…..en étouffant toutes les autres.

    La société actuelle a t’ elle besoin d’une bannière pour rassembler les peuples ?….

    Certainement, mais pas d’une bannière religieuse basée sur des promesses utopiques qui ne sont que le reflet des mêmes promesses politiques déversées chaque jour.

    Ne perdurons pas dans cette impasse religieuse et vivons par nous mêmes par notre intelligence et non par obéissance respectueuse qui nous désigne comme une peuplade primitive et non comme un peuple. 

    IOSA

     

    Répondre
  25. Barthélémy

    15/04/2009
    A Monsieur Lance.
    Je vous remercie pour vos multiples réponses.
     
    Vous dites: " C’est pourquoi Nietzsche disait fort justement : " Dieu est une grossière interdiction de penser. C’est une goujaterie à l’égard du penseur."
     
    Je trouve votre confiance illimitée en l’homme très dangereuse. Pour moi l’homme, qui n’est ni ange ni bête, est quelque chose qui doit être " dressé ". Je pense que le grand malheur de notre époque est de glorifier l’homme en tant qu’homme. De nombreux chrétiens emportés par la fièvre socialiste et moderniste en sont aussi arrivé là.
     
    On peut trouver de curieuses analogies entre la philosophie nietzschéenne et l’évolutionnisme marxiste, mais dans les deux cas, c’est le même rêve de " l’humanisme athée" qui projette sur l’avenir le fantôme  ( l’ectoplasme ) de son impossible et irréalisable espérance.
     
    Le mot de Robespierre " l’athéisme est aristocratique " correspond-il encore à la réalité présente ? Pour moi, Nietzsche est le dernier athée aristocratique, le dernier athée de grande classe.
     
    Mais où sont aujourd’hui, mis à part quelques rares personnes comme vous, les hommes véritables qui repoussent Dieu en tant que Dieu ? L’athéisme moderne ,de bas étage comme toujours , repose sur un malentendu il me semble: il attaque Dieu, non comme maître de l’univers, mais comme allié des classes dirigeantes ( et nombreux sont les exemples de ce type sur ce forum ). Il confond en quelque sorte Dieu avec le Bourgeois, et même avec la droite.
     
    L’athéisme aristocratique procède d’une révolte PERSONNELLE, celui de nos socialistes ( et nous sommes hélas à peu près tous devenus socialistes comme Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir) est de nature grégaire. D’où, nous en avons eu dernièrement maintes preuves, ce terrorisme intellectuel du lynchage de mouton de Panurge contre le Pape Benoît XVI. En fait Dieu n’a vraiment rien à voir dans cette histoire, mais ils l’utilisent.
     
    J’aime cet aphorisme de  Gustave Thibon, grand chrétien et connaisseur de Nietzsche. " L’athéiste aristocratique dit " rien au-dessus de moi-même ",  mais l’athéiste socialiste dit " rien au-dessus du troupeau ". Avouez que la différence est assez abyssale. " Où les esclaves des idées modernes et progressistes iraient-ils chercher un droit aux fêtes dionysiennes" ?
     
    Naturellement, l’athéisme aristocratique précède et prépare l’athéisme démocratique, et l’athéisme démocratique emportera inéluctablement la société toute entière dans la dissociété. De cela je suis absolument convaincu.
     
    Voilà, notre conversation est certe passionnante, mais nous n’évacuerons pas le problème.
     
    Barthélémy
    Répondre
  26. Pierre LANCE

    15/04/2009

    À Daniel : Je trouve que vous illustrez à merveille cette boutade de Coluche : « Ce n’est pas une raison parce qu’on n’a rien à dire pour fermer sa gueule. » À Barthélémy : Ouf ! Quel plaisir de vous lire quand on a subi du Daniel. C’est d’un autre niveau, et d’une courtoisie sans faille. Il a bien fait de vous remercier. Il aurait encore mieux fait de vous prendre pour modèle, et mieux encore de vous laisser parler seul. J’apprécie que vous reconnaissiez l’antériorité de la civilisation européenne sur le christianisme. Un homme cultivé ne saurait faire autrement sans se ridiculiser. Malheureusement, à peine avez-vous reconnu cette réalité, que vous évoquez cette « civilisation judéo-chrétienne » (c’est apparemment plus fort que vous) qui, je le répète, n’existe pas et n’a jamais existé. Ce n’est qu’une sorte de maladie mentale dont les Européens ont été contaminés par l’empire romain. (« Rome, unique objet de mon ressentiment ! ») Vous voulez associer la philosophie et la religion, alors qu’elles sont absolument incompatibles, et pour une raison simple : le philosophe cherche et pense, le religieux croit et prie. C’est pourquoi Nietzsche disait fort justement : « Dieu est une grossière interdiction de penser. C’est une goujaterie à l’égard du penseur. » Ce qui ne signifie nullement que le religieux ne peut pas penser (c’est heureux !), mais il ne peut le faire qu’en trahissant sa foi (éventuellement sans s’en rendre compte). Sur ce point Bossuet a vu juste en affirmant : « Quiconque pense est hérétique ! ». C’est une évidence. Vous dites :  » La religion a été considérée par tous les temps et par tous les hommes jusqu’il y a peu comme le fondement indestructible des sociétés humaines. » Voilà qui est rigoureusement faux ! Jamais par tous les hommes ! Toujours et en tous temps les hommes les plus lucides et les plus évolués ont rejeté les religions, du moins en leur for intérieur, car en le manifestant ils auraient risqué leur vie, comme Socrate à qui l’on fit boire la cigüe (et je ne crois pas un mot de ce que dit votre citation de Xénophon, qui ne s’est pas privé d’attribuer à Socrate des idées qui n’étaient que les siennes.) Je m’en tiens à ce sujet au jugement de Sénèque, selon qui  » La religion est considérée par les gens ordinaires comme vraie, par les sages comme fausse, par les dirigeants comme utile.  » Cela résume parfaitement toute l’histoire des religions. Tout votre discours le démontre : vous croyez la religion utile, et même indispensable à l’élaboration d’une société. Ce qui n’est vrai que si l’on se contente de sociétés pourries.  » Toutes les législations des peuples anciens reposent sur la crainte des dieux. » Exact ! Ce qui explique l’état lamentable de l’humanité actuelle, qui est l’aboutissement séculaire de ce processus d’abrutissement généralisé. Et moi je vous dis que toute société qui repose sur la crainte est une organisation destructrice de l’être humain. Vous commettez une erreur fondamentale, mais elle vous est si bien enfoncée dans la tête que votre intelligence n’a pas la force de l’en extraire. Je ne saurais faire ce travail à votre place. Je vous ai donné quelques pistes; vous les emprunterez ou non. Probablement non. Tant pis. Je vous salue bien, Cher Barthélémy, et m’en vais fouetter d’autres chats… xxxxxxxxxxxx

    Répondre
  27. SAS

    14/04/2009

    DESOLE PIERRE  j AI RIEN TROUVE NI DE MIEUX NI DE PLUS PRECIS….. et c’est grace à eux que j arrive encore à anticiper un peu et triompher…..sans gloire je te l avoue… et pourtant en vainquant avec péril.

     

    sas

    si tu es équipé d’autre lunettes en bois…dit moi bien qu’elles sont elles….

    Répondre
  28. anita

    14/04/2009

    Reconnaître l’utilité des religions, je veux bien, tout est affaire de goût et dans ce domaine, je ne généraliserais pas, mais canoniser l’église catholique, Barthélémy, relisez votre histoire ! et essayez de vous mettre à la place des victimes, et il y en a eu … beaucoup. Rien n’est parfait !

    Répondre
  29. Barthélémy

    14/04/2009
    A Pierre Lance:
    Vous dites:
    " L’architecture, la peinture, la littérature, la science, toutes ces richesses dont nous avons l’habitude de disposer sont nées dans le sein du christianisme. " Et vous croyez sérieusement une aussi monumentale ineptie ? Tout cela est né au sein des grands peuples européens avec les Grecs, les Celtes, les Etrusques et le christianisme n’y a tenu par la suite que le rôle de la "mouche du coche".
     
    Tout à fait d’accord avec vous,vous ne pensez quand même pas que je vais nier une telle évidence ? Toute civilisation repose sur différents pilliers fondamentaux, fort heureusement. Pour simplifier,on peut affirmer que la civilisation judéo-chrétienne ( excusez-moi du terme ) repose sur trois pilliers fondamentaux qui se sont interfécondés à différentes époques . Rome, Athènes et Jérusalem. Comme je l’ai déjà dit dans de précédentes interventions, si vous enlevez un de ces pilliers vous fragilisez ou ébranlez l’édifice entier.
     
    Pour ce qui est de" la mouche du coche" chrétienne là vous y allez un peu fort. Je ne vais pas ici vous infliger une démonstration qui prouve le contraire par des faits réels. Je dirais simplement que le christianisme a quelque chose de tout à fait particulier qui le distingue fondamentalement des autres religions, c’est que depuis toujours, la philosophie a été la servante de la théologie. Quelques scolastiques considéraient même la philosophie comme une activité divine à tel point qu’on peut se demander dans certains cas, si ce n’est pas la théologie qui fut le plus souvent la servante de la philosophie. En cela, le christianisme-catholique est tout à fait spécifique et unique dans l’histoire des religions de l’humanité. Platon et saint Augustin, Aristote et Saint Thomas d’Aquin  Et aussi l’enrichissement de la philosophie chrétienne par les stoïciens.
     
    La religion a été  considérée par tous les temps et par tous les hommes jusqu’il y a peu comme le fondement indestructible des sociétés humaines. Je dis bien société et non pas société idéale ou parfaite, entendons-nous bien. " Mon royaume n’est pas de ce monde ".
     
    " Les cités et les nations les plus pieuses ont toujours été les plus durables et les plus sages " Selon Xénophon ( de Socrate ).
    " Il est plus facile de bâtir une ville dans les airs que de constituer une société sans croyance aux dieux " ( Je pense que c’est Aristote qui a dit cela ) Autrement dit, sans Dieu ou les dieux ,il n’est pas possible de constituer une société, c’est pourquoi nous entrons dès à présent manifestement dans une dissociété.
     
    " Jamais aucun état n’a été fondé sans que le religieux lui servît de fondement " ( Rousseau, Contrat Social, liv.4 chap. 8 )
     
    " Que partout où il y a société, la religion est de tout point nécessaire" ( Voltaire, traité de la souverainté, chp.20 )
     
    Toute les législations des peuples anciens reposent sur la crainte des dieux. Et Polybe déclare que cette crainte sacrée est plus nécessaire encore chez les peuples libres que chez les autres. C’est l’admirable et courageux Jean Cau, qui fut un des hommes les plus haï de son temps qui disait un peu abruptement " Moins vous aurez de curés, plus vous aurez besoin de policiers " N’en sommes nous pas déjà arrivés là " L’ensauvagement du monde ".
     
    Voilà pourquoi, je pense qu’il n’y a pas d’espoir pour ces sociétés qui abandonnent le culte de Dieu pour l’idolâtrie du Moi et du Sujet et encore moins pour l’idolâtrie du peuple, de l’humanité ou de l’homme majusculaire . Je dirais aux apprentis sorciers de tout bord qui veulent détruire la cité réelle, aussi imparfaite soit-elle, pour y construire l’hypothétique cité de leurs rêves que cela n’ira pas sans quelques dégats collatéraux d’une extrême gravité.
     
    La désacralisation du monde est la rançon de la fétichisation du sujet, le sujet majusculaire le veut, qui désormais seul sur terre, peut régner sur son vide intérieur. L’homme de la dissociété est devenu à lui-même son seul et propre principe en quelque sorte.Ce sera Hannah Arendt qui discernera, à travers la disparition d’un monde commun, les prémices du totalitarisme. " Les hommes du commun ne trouvent point de différence entre les  hommes " ( Pascal ) Le regard jeté par l’homme du commun sur ses semblables méconnaît désormais ce que chacun a en propre d’où  " Pape nazi, Pape réac, Sarko Fasco, Darco,si tu savais ta réforme où on sl’à met, etc…" car le barbare méconnait toute distance avec l’autre qui n’est qu’un égal à lui-même.
     
    Je remercie aussi le Pape bouc-émissaire des réactions qu’il suscite car il est un formidable révélateur de la déliquescence totalitaire de notre dissociété qui ne supporte plus d’autres opinions que celles qu’on lui inflige à coups d’odieuses propagandes. Ce panurgisme des terroristes intellectuels a atteint les limites du grotesque .
     
    Puisse nos hommes politiques, je devrais dire politiciens ou particrates ,car LE POLITIQUE n’existe plus, retrouver les vertus cardinales et ses corrélatifs les vertus théologales. Mais peut être est-il déjà trop tard tant la dissociété est déjà par trop avancée.
     
    Qui dit civilisation dit religion, qui dit religion dit identité. Qui détruit la religion détruit la civilisation et par la même l’identité. Voilà ce que veulent les partisans de l’internationale sera le genre humain, voilà ce que veut la gauche et l’extrême gauche détruire l"identité en détruisant la religion civilisatrice y compris en pactisant avec ce nouveau communisme qu’est l’Islam.
     
    Plus il y aura de métissage et de multicturallté, moins il y aura de civilisation et de société. Et qu’est-ce qu’un monde sans civilisation et sans société sinon le pire systhème totalitaire "soft" que le monde ait jamais connu.
      
    Le monde des villes n’est déjà plus un monde civilisé, car la civilisation a été remplacée par la culture . En quelque sorte la culture et son avatar misérable le multiculturalisme métissé a trouvé son refuge complaisant et terriblement décadent dans les grandes villes.  

     
    A notre époque de relativisme et d’égalitarisme absolu je soutiens mordicus, que non, le christianisme catholique n’est pas une religion comme une autre. Il faut remarquer une imposture de plus, cette grotesquerie devrais-je dire, qui consiste à nous faire croire que nous pourrions être à la fois libre et égaux. Si nous sommes libres, nous ne pouvons pas être égaux et si nous sommes égaux nous ne pouvons plus être libre. Alors, entre liberté et égalité il faut choisir, je crois que les français et la plupart des peuples d’Europe ont abdiqué leur véritable liberté au non de la confortable et rassurante aliénation égalitaire. Comment ne pas être effrayé quand on constate à quel point toute les métastases du socialisme ont gagné toutes les couches de cette dissociété.
     
    Mais comme le savait prophétiquement le grand Soljénistisne " Pour qu’un mal puisse se développer complètement, il faut qu’il puisse passer pour un bien ". C’est le tragique de notre époque,.cette incapacité de ditinguer le véritable mal du bien commun.
     
    Plus vite nous toucherons le fond, plus vite nous remonterons, en cela, je suis encore un peu optimiste.

    Répondre
  30. Pierre LANCE

    14/04/2009

    À sas : Si vous en êtes encore aux Protocoles des Sages de Sion, je commence à comprendre votre incompréhension. Quant aux quatrains de Nostradamus, qui relèvent de la science astrologique la plus poussée, leurs prédictions ne sont pleinement accessibles que lorsque les évènements se sont produits, ce qui est d’ailleurs le trait commun de tous les « horoscopes ». Certains en déduisent que l’astrologie est une foutaise, ce en quoi ils ont tort. Ils croient que l’astrologie annonce des évènements, alors qu’elle annonce seulement des prédispositions psychologiques parfaitement résistibles, et d’autant plus résistibles qu’elles sont clairement annoncées. C’est le fameux paradoxe de Cassandre : si on ne croit pas ce qu’elle dit, l’avenir lui donne raison; mais si l’on prête foi à ce qu’elle prédit, alors on s’en préserve et l’avenir lui donne tort. Fantastique, non ? L’invasion musulmane ne peut faire aucun doute, vous avez raison, puisqu’elle se déroule sous nos yeux. Mais ce n’est pas l’invasion qui compte, c’est son triomphe ou son échec final. On a beaucoup ri du slogan de 1939 : « Nous vaincrons parce que nous sommes les plus forts. » Mais ont le mieux ri ceux qui ont ri les derniers. Malheureusement, entre les deux, il y eut des flots de souffrance. Et c’est cela qu’il vaudrait mieux éviter. À Barthélémy :  » L’architecture, la peinture, la littérature, la science, toutes ces richesses dont nous avons l’habitude de disposer sont nées dans le sein du christianisme.  » Et vous croyez sérieusement une aussi monumentale ineptie ? Tout cela est né au sein des grands peuples européens avec les Grecs, les Celtes, les Etrusques et le christianisme n’y a tenu par la suite que le rôle de la « mouche du coche ». (Il faut toujours relire La Fontaine, ce grand connaisseur de l’âme humaine). La manière dont la religion a dévoyé votre belle intelligence, mon cher Barthélémy, me consterne absolument. Votre connaissance de l’Histoire a été complètement truquée. Quel malheur ! Vous ne savez même plus faire la différence entre des racines et un greffon. Il n’existe pas plus de civilisation chrétienne que de civilisation musulmane. Le choc des civilisations que nous vivons se produit entre la civilisation européenne et la civilisation arabe (la première étant d’ailleurs dix fois supérieure à la seconde – et je constate ici une simple évidence sans vouloir mépriser personne). Les religions NE SONT PAS des civilisations, mais seulement des tentatives parasitaires de subjuguer celles-ci. La civilisation est le chêne et la religion est le lierre. Et il peut arriver, hélas, que le lierre parvienne à tuer le chêne sur lequel il s’appuie. Mais je crois que nous échapperons à ce sort funeste…

    Répondre
  31. Daniel

    13/04/2009

    P. Lance:  

     "Tout ce que vous dites à mon sujet est tellement mesquin, fielleux et ridicule que j’en ai honte pour vous. Mais, bien sûr, quand on n’a aucun argument solide à présenter, il ne reste plus que la hargne et l’invective. Navrant spectacle."    

    Je cherche dans cette réponse des arguments solides ?… mais ne trouve que hargne et invective.

    Je comprends qu’il vous soit habituel et agréable de salir en toutes occasions ce que vous ne comprenez pas mais que vous prétendez « avoir compris avant tout le monde » …(fallait l’écrire!) et qu’il vous soit fort désagréable de voir se retourner les arguments contre vous pour cause d’incohérence entre vos arguments accusateurs et vos choix de vie.
    Si « Benoît nous a donné benêt » constitue un argument, Pierre lance qui donne lance pierres est du même niveau! « Et ça ne s’invente pas! » précisez-vous fier de votre trouvaille, de votre « argument » .

    Pierre Lance, les scrupules et l’élégance doivent-ils rester chrétiens afin que puissent se défouler les porteurs de toutes théories pourvu qu’elles soient antichrétiennes?

    Vous avez le mérite réel et apprécié de ne pas avoir choisi une voie professionnelle qui vous aurait procuré le pouvoir politique d’imposer vos idées. Mais comme la hiérarchie religieuse, vous vous êtes contenté du domaine des idées. Comme les dignitaires religieux mais aussi comme les socialistes… Que reste-il alors pour démontrer d’une façon concrète la valeur de vos idées ? Globalement:

    – l’exemplarité dans la façon de les exprimer avec le respect dû aux non professionnels de ces théories qui n’ont pas pris comme objectif d’être rémunérés pour vous manquer de respect. En cela, l’exemple de l’élégance revient au professionnel que vous êtes envers tout intervenant dans ce forum dont la plupart ont des expériences de vie qui ont dépassé de loin dans le concrêt de leur vie professionnelle le niveau de l’idée ou de la belle théorie. Idée trop fréquemment simpliste puisque la responsabilité personnelle de nos prétendus intellectuels n‘est jamais engagée au niveau des conséquences de leurs idées dans le concrêt. Je maintiens donc "intellectuels à bon marché".

    Triturer des idées est à la portée de tout irresponsable et tout irresponsable tente d’exister par ce moyen où aucune conséquence dans la réalité ne viendra démonter ses belles théories et casser le jouet, le paraître, la bonne intention: toutes caractéristiques profondément socialistes… Non?. Toutes caractéristiques antichrétiennes que Jésus a amplement condamné par ses paroles et par son exemple… lui!.

    C’est une des raisons pour lesquelles vous n’accrochez pas politiquement et philosophiquement aux notions de responsabilité personnelle et de l’intelligence ainsi démontrée, comme les socialistes. Trompez donc ceux qui ont envie d’être trompés et qui cherchent un bouc émissaire pour évacuer des remontées cycliques de fiel qui ne sont dues ni aux estrogènes ni à la testostérone.  Mais si vous vous imaginez que vous pouvez tromper l’Intelligence suprême avec de tels artifices, c’est moi qui vous dit « navrant spectacle »!.   Orgueil quand tu nous tiens!. 

    Mon opposition sur ce thème n’empêchant nullement mon adhésion  ou mon admiration sur d’autres.  

    Un grand merci à Barthélémy.   

     

    Répondre
  32. Anonyme

    13/04/2009

    A Pierre Lance,
    Obama, c’est sûr, sous ses dehors charmeurs, "on ne prend pas les mouches avec du vinaigre" nous réserve  bien des surprises et pas forcément des bonnes ! Plus de lucidité et moins de "tout le monde, il est beau, tout le monde, il est gentil" et je pense qu’on éviterait beaucoup de conneries liées souvent à des jugements hâtifs, superficiels avec tout ce qui suit.

    Répondre
  33. Barthélémy

    13/04/2009

    Grâce aux 4 vérités, j’apprends pour la toute première fois l’existence de ce livre d’Elena Tchoudinova " LA MOSQUEE NOTRE-DAME DE PARIS " publié aux éditions Tatamis.

    Ce Best seller Russe de 2005 est enfin traduit et distribué en France par les éditions Tatamis

    Que dit Elena Tchoudinova de son livre ?

    « Mon livre parle du choc des civilisations dont les prémices sont puisées dans l’actualité et projetées dans l’avenir. Il est très important de souligner que, lorsqu’on parle de l’affrontement entre civilisation chrétienne et musulmane, les croyants chrétiens ne sont pas les seuls concernés. Oriana Fallaci, qui se déclare athée, rappelle que tous les européens, croyants ou non, sont détenteur des fruits de la civilisation chrétienne. L’architecture, la peinture, la littérature, la science, toutes ces richesses dont nous avons l’habitude de disposer sont nées dans le sein du christianisme.

    C’est cette réalité que l’on tente aujourd’hui de nous contester. Dans le texte de la constitution européenne sera exclue la mention des racines chrétiennes de la civilisation du continent.

    Or, la civilisation européenne mourra dès qu’on la détachera de ses racines chrétiennes. »

    Ce dont je suis personnellement convaincu depuis longtemps.

     

    Répondre
  34. Lambda

    13/04/2009

    Il n’y a rien d’extraordinaire à ce que plusieurs personnes qui réfléchissent – ou s’y essaient, arrivent aux mêmes conclusions, et pratiquement au même moment. De même, il n’est pas rare de voir des découvertes révélées au même moment, par des personnes différentes, et qui ne se connaissaient par forcément. Maintenant qu’on veuille revendiquer à tout prix être l’inventeur et bénéficier des droits y afférents, est certainement une démarche fort louable. Pour ma part, je suis handicapé, quand j’ai connu la vie, le fil à couper le beurre et l’eau tiède étaient déjà inventés, ce qui fait que j’ai toujours été très prudent par la suite quant aux révélations sur mes "trouvailles" aussi bien physiques qu’intellectuelles. Bien m’en a pris du reste, et la dérogation que je viens de me permettre dernièrement me cingle d’une réprobation supérieure qui remet à ma juste place….
    Cette parenthèse aussi stupide qu’inutile étant refermée, je prends aussi bonne note de ma confusion entre fonction et titre. Là encore, je ne savais pas, et effectivement, je n’ai pas d’exemple concret où le fonctionnaire serait accompagné d’un titre. On appelle le président (fonction – responsable ??? Ah Ah – élu ? Ah Ah) "Monsieur", tout comme moi, on appelle le juge (fonction – responsable ??? Ah Ah – nommé) "Monsieur", tout comme moi, et donc, je constate que je me suis encore mélangé les crayons ! Mais comme dit plus haut, j’ai appris à vivre avec mes handicaps ! Ce qui me perment de goûter pleinement la science des autres !

    Bon, tout cela est assez rigolo, un peu dommage que l’heure soit si grave. Mais ça nous met un petit éclair dans un ciel triste !
    Désolé, je n’ai li la force ni l’envie de développer plus ici pour l’instant, et je le regrette car j’avais encore des choses à dire… Dans quelques jours peut-être…

    Répondre
  35. sas

    13/04/2009

    A pierre…

    Si seulement l invasion finale de l europe…..ne pouvait QUE me côuter un casse croute à 1000 euros….ce serait moindre mal…je crains fort que la notre qui nous sera colectivement présentée ne soit plus salée….

    ….et là il n y aura pas de débit différé…ce sera cash, sur place , au comptoire et dans le sang…

    Inch allha…

    sas

    nb je n’aurais aucun mérite à gagner un pari ……qui est déjà écrit dans les protocoles des sages de sion….confirmé par les quatrin du cabbalistique initié jean de notre dame.L invasion des muslim ne fait plus naucun doute maintenant….

    Répondre
  36. Pierre LANCE

    13/04/2009

    À L’Inédit : Merci de cet « extrait de presse », mais vous devriez donner le titre du journal. On se demande en effet en quoi les musulmans ont bien pu participer au « façonnement » des Etats-Unis. Mais bravo pour votre humour à propos des tours new-yorkaises. Cela dit, il ne faut jamais attacher d’importance à ce que raconte un Chef d’Etat en visite à l’étranger. Ce n’est que de « l’eau benite de cour », des politesses diplomatiques à usage local et éphémère et cela n’engage strictement à rien. Personnellement, je crois que le Président Obama est très américain. Et je crois même que certains seront dans quelque temps très surpris de constater à quel point il l’est. À grutjack : Je crois que vous faites erreur : quelle que soit l’issue de la crise, la mondialisation ne sera jamais remise en question. C’est un phénomène irréversible qui est dans le droit fil de l’évolution scientifique, technologique, médiatique et économique mondiale. Ce processus inévitable a d’ailleurs été retardé par la seconde guerre mondiale, la guerre froide et la révolution communiste chinoise. Sans ces trois évènements, la mondialisation se serait développée 50 ans plus tôt. Elle devra évidemment donner lieu à des aménagements, à des adaptations, à des régulations, mais personne ne reviendra au protectionnisme national de nature administrative et douanière. En revanche, les excès de la mondialisation seront tempérés et amendés par les nécessités écologiques. Quant au déclin de l’empire américain, il n’est pas pour demain. Et ce n’est pas non plus demain que l’Europe ne sera plus un eldorado pour les Africains. Elle le sera au contraire de plus en plus et la Méditerranée sera bientôt couverte de « boat-people », jusqu’à ce que la pression migratoire devienne si insupportable que les politiciens européens soient contraints de la stopper, faute de quoi ils rateraient toutes leurs élections. « Que peut faire l’Européen moyen face à ces sombres perspectives ? » Pas grand’chose pour le moment, sinon exprimer son « ras-le-bol » et secouer son député.

    Répondre
  37. grutjack

    12/04/2009

        L’avenir de la candidature turque à l’Union européenne dépendra en grande partie de l’issue de la crise économique actuelle. Si nous sommes entrés dans une nouvelle grande dépression, tous les thèmes qui ont dominé le capitalisme des dernières décennies du vingtième siècle (mondialisation, déréglementation, immigration sauvage, croissance indéfinie…) seront progressivement remis en question.. Pour combattre le chômage envahissant, on n’aura d’autre choix que d’abandonner les rêves d’immenses espaces de circulation des hommes et des marchandises, en revenant au protectionnisme et aux Etats. L’Union Européenne subsistera peut-être sur le papier, mais on ne songera plus à  l’élargir. Le problème de l’immigration perdra de son acuité. Les "autochtones" se réserveront les rares emplois disponibles ; quant aux Africains, ils seront nettement moins attirés par une Europe qui ne sera plus du tout un Eldorado. On assistera au déclin accéléré de l’Empire américain et à l’accession de la Chine, premier créancier du monde, au rang de super-puissance.
         Par contre, si la crise est temporaire, comme au début des années 1980 et 1990, la mondialisation écorchée prendra sa revanche et ne fera plus de quartier. Dès lors, on ne voit pas pourquoi les "décideurs" européens renonceraient à leur chère Turquie, dont l’adhésion va tout à fait dans le sens de leurs voeux de destruction de la vieille Europe et de son islamisation galopante.
         Que peut faire l’Européen moyen face à ces sombres perspectives ? Ça fait longtemps qu’il se demande à quelle sauce il sera bouffé. Dans les années cinquante, beaucoup de gens craignaient une expansion irrésistible du communisme. Il y avait alors une plaisanteire qui circulait selon laquelle "les optimistes apprennent le russe, les pessimistes le chinois". On pourrait adapter cette plaisanterie à l’époque actuelle en disant qu’aujourd’hui "les optimistes apprennent le chinois, les pessimistes se convertissent à l’Islam".

    Répondre
  38. sas

    12/04/2009

    A pierre lance….cochon qui s’en dédit…..la parole de l homme vaut l homme….

    sas

    Répondre
  39. L' Inédit

    12/04/2009

    Erreur sur la date de parution de l’ article çi-dessus: Il s’ agit du 11 Avril 2009.

    Répondre
  40. L' Inedit

    12/04/2009

    Obama connaît-il l’Histoire des Etats-Unis?

    Une phrase insolite a été passée sous silence par les médias après le discours du Président Barack (Hussein) Obama devant le Parlement turc. S’évertuant à vouloir “plaire” au monde musulman, Obama a déclaré: “Je rends hommage à l’Islam qui a tant contribué pendant des siècles au façonnement du monde en général, et des Etats-Unis en particulier”!! On cherche vainement des personnalités musulmanes qui ont accompagné les pères fondateurs de la nation américaine. Peut-être faisait-il allusion à l’architecture américaine, où l’Islam a mis son empreinte en supprimant deux immenses tours qui assombrissaient le paysage new-yorkais…

                                                     (Extrait de presse paru le 24 Mars 2009)

    Avec un tel homme, notre avenir est assuré! …

    Répondre
  41. Pierre LANCE

    12/04/2009

    À Barthelémy : Je tiens d’abord à vous remercier très sincèrement de la peine que vous avez prise de développer une argumentation bien charpentée, logique et cohérente avec elle-même. C’est assez rare pour mériter d’être salué. Certes, tout ce que vous dites est faux d’un bout à l’autre, mais s’enchaîne remarquablement bien pour donner à l’erreur originelle toutes les apparences d’une solide vérité. Ce qui prouve une fois de plus que l’intelligence sert bien plus à défendre qu’à comprendre et à attaquer qu’à éclairer. Prendrai-je la peine de vous réfuter ? Je le ferai volontiers si je croyais un instant que cela puisse être utile, mais je ne puis nourrir cette illusion. Vos opinions se sont faites chair (et pareillement les miennes). L’avenir pourra seul nous départager. Cependant, et par simple courtoisie, je ferai quelques remarques : Vous avez sûrement raison de dire que si on a enlevé les christs en Belgique, c’est seulement pour ne pas choquer les musulmans (ce qui est d’ailleurs complètement idiot, puisque le Coran reconnaît en Jésus un prophète). Mais cela montre qu’on peut faire des actes justes pour des raisons injustes, ce qui est somme toute assez rassurant. C’est ce que j’appelle la loi des compensations, qui participe à l’équilibre de l’univers. Je ne lirai pas les livres de Benoît XVI, fussent-ils magnifiques, et même par curiosité. Ses déclarations publiques me suffisent largement pour savoir que cet homme n’a strictement rien compris à l’état du monde et aux menaces qui pèsent sur nous tous. Lui et tous les chefs religieux du monde, de quelque croyance qu’ils se réclament, auraient un immense devoir à accomplir pour sauver l’humanité. Aucun n’est capable de le discerner. Ils ont des yeux et ils ne voient pas. Leurs oeillères sont trop épaisses. Et leur aveuglement est la preuve la plus éclatante qui soit de l’inexistence de Dieu. Vous considérez, en vous appuyant sur quelques citations, que le chaos du monde s’explique par des idées chrétiennes devenues folles (cette formulation est de Chesterton, si je ne me trompe). Parce que vous ne pouvez pas voir que les idées chrétiennes sont folles dès leur naissance et qu’elles ne pouvaient aboutir qu’à rendre le monde fou. On reconnaît l’arbre à ses fruits, n’est-ce pas ? Nous avons effectivement aujourd’hui une « dissociété », dont tous les ingrédients figurent dans les Evangiles et les Epîtres de Saül. Ce n’est pas le christianisme qui est « abâtardi », c’est le monde qui a été abâtardi par le christianisme. Vous confondez la cause et l’effet. Sur ce point, la Nouvelle Droite a raison. Mais elle a tort sur tant d’autres qu’elle n’apporte finalement rien. En schématisant, je dirai que la Nouvelle Droite est « antéchrétienne » et fait un grand bond en arrière vers l’empire romain, alors que nous avons besoin d’un bond en avant vers le post-christianisme. La Grande Russie titube entre la vodka et l’opium du peuple. Ce que vous appelez un renouveau spirituel n’est que l’apothéose de la décadence. Que la désacralisation du rôle du Père aboutisse à la société maternante est évidemment logique. J’avais développé cette idée il y a fort longtemps dans un article intitulé « Papa la droite, Maman la gauche ». Car le fait d’être de droite ou de gauche n’a rien à voir avec l’intelligence. C’est une question d’hormones. Il y a seulement plus de testostérone à droite et plus d’oestrogènes à gauche. Ce que confirme merveilleusement la célèbre chanson de gauche « La femme est l’avenir de l’homme ». (Et comme les pesticides diffusés en abondance répandent des oestrogènes dans notre alimentation quotidienne, nous filons tout droit, avec les poissons, vers la féminisation accélérée !) Mais de ce fait, l’alternance droite/gauche (ou si l’on veut l’alternance christianisme/socialisme) maintient les peuples dans l’infantilisme. L’avenir que je souhaite (et que vous devriez souhaiter), c’est la disparition du christianisme patriarcal et du socialisme matriarcal et l’entrée des peuples dans l’âge adulte. J’espère que la grande crise actuelle va nous y aider, car l’heure est venue des révisions déchirantes. Et pour commencer : Halte aux pesticides !!! À sas : Enfin un courageux qui relève le pari ! Bravo et merci. Et ce qui est chouette dans ce pari, c’est que, lorsque je l’aurai gagné, nous serons deux à nous réjouir. C’est un pari gagnant-gagnant. Mais nous n’aurons certainement pas le résultat fin 2010. C’est trop proche.

    Répondre
  42. sas

    11/04/2009

    Pari tennu Mr lance…..

    je vous ferais suivre les coordonnées de mon compte bancaire afin d’effectuer un virement de 1000 euros …..sous peu…

    fenêtre douverture :

    avant fin 2010

    sas

    Répondre
  43. Barthélémy

    11/04/2009

    Petite rectification à

    " Désormais au pays des Vikings, les hommes sont devenus des hommes à poussettes, à layettes , à trotinettes et prennent des congés de maternité."

    Je voulais dire " de paternité ". quoi que, sait-on jamais un jour…

    Répondre
  44. Barthélémy

    11/04/2009

    Monsieur Lance dit " En Belgique, on enlève les christs des administrations publiques et des palais de Justice, dites-vous. Je l’espère bien, car ils n’avaient rien à y faire ".

    Oui mais on ne les a pas enlevés au nom de la seule laïcité mais pour ne pas choquer les musulmans.

    Monsieur Lance dit " Ils y sont aidés en cela par l’invraisemblable nullité de Benoît XVI. (Il est vrai que Benoît nous a donné "benêt"; ça ne s’invente pas ".

    Benoît XVI à écrit des livres magnifiques et extraordinairement passionnants . Mais qui souhaite lire Benoît XVI à notre époque du tout télévisuel et de la  "démocratie d’opinion" mise en commun ? On préfère porter des jugements à l’emporte pièce comme toujours sans rien connaître de la personne. C’est pourquoi nous entrons dans la dissociété du lynchage et des boucs émissaires. D’ailleurs connaissez -vous les personnes les plus détestées des médias belges donc des belges puisque ce sont les médias qui font désormais l’opinion ? En 1, Benoît XVI, en 2, votre cher président Sarkosy et en 3, Berlusconi. Je pense que ce beau trio parfait de la détestation serait aussi le même en France.

    Monsieur Lance, je vous remercie pour votre longue réponse . Au sujet du christianisme.

    M. Proudon a écrit, dans ses confessions d’un révolutionnaire, ces remarquables paroles: " Il est surprenant qu’au fond de notre politique nous trouvions toujours la théologie ". Une autre personne dont j’ai oublié le nom affirmait que les idées révolutionnaires n’étaient rien d’autre que des idées chrétiennes devenues folles.C’est un grand athée qui l’a écrit : « Quoi qu’on en dise, le catholicisme est la forme la plus acceptable de l’indifférence religieuse » (Anatole France).

    Alors, ne nous y  trompons pas, le monde dans lequel nous vivons actuellement n’est rien d’autre qu’un monde aux idées chrétiennes désacralisées ( despiritualisées ) devenues complètement folles. Par la même on ne peut échapper au christianisme même quand on se prétend athée. Toutes les idéologies, tous les systèmes, toutes les structures, tous les régimes politiques sont depuis des siècles, à des degrés divers des produits de la DECOMPOSITION du christianisme.

    Il n’est évidement pas contestable qu’un " nouveau christianisme " s’est insinué dans l’Eglise.  Alors oui, ce nouveau clergé d’assistants sociaux post vatican II ne se charge plus de relier des hommes à la transcendance, mais à leur propre immanence envahie par les construction UTOPIQUE de l’imagination. Mais le mal est universel et particulièrement en France " Partout les prothèses du socialisme ont remplacé les organes vivant de l’ancienne société. Il n’y a plus de société, mais une dissociété grouillante ou stagnante selon les cas, recouverte du rêve de l’Utopie. L’avidité du MOI consommateur ou du MOI qui sera le seul dieu du nouvel Eden déchristianisé est une construction mentale, car elle se projette sans cesse dans un avenir qui n’existe que dans l’esprit.

    Il n’est pas étonnant de constater que le collectif, sous quelque forme que ce soit: peuple, prolétariat, classe, race, humanité… dont les religions socialistes de notre temps ont hérité d’un christianisme abâtardi, soit devenu l’objet de la vénération de l’homme moderne. Voilà ce que la nouvelle droite antichrétienne n’a pas vu, mais probablement n’a t-elle pas bien lu les philosophes catholiques comme Marcel De Corte auteur de quelques uns des livres les plus prohétiques du Vingtième siècle dont l’extraordinaire " Intelligence en péril de mort " . Selon l’admirable sentence de Maurras " Il n’y a pas de société nouvelle, il n’y a qu’un état d’esprit qui l’empêche de naître", Marcel De Corte appelait cette situation anormale la dissociété. Société déchristianisée équivaut à dissociété, la dissociété est un monde de citoyens déracinés et réduits eux-mêmes à leur MOI ou cette foule d’individus sans visage et sans nom que nos cyniques osent encore appeler aujourd’hui peuple. Certaines nous affirment même qu’ils croient à l’intelligence collective !!! Le processus de déchristianisation déclenche inéluctablement le processus de décivilisation, car toute religion est civilisatrice. Jusqu’a présent, on n’a pas encore connu de civilisation non religieuse ou athée. Civilisation et athéisme sont d’ailleurs des temes complètement contradictoires.

    C’est ce que la Nouvelle Droite, pourtant composée d’homme remarquablement intelligent, trop peut-être ,mais aussi de clercs antichrétiens est INCAPABLE DE COMPRENDRE: elle inculpe le christianisme de tous les maux, alors que la source de ces maux est un christianisme inversé. C’est pourquoi la Nouvelle Droite partage bien des idées de la gauche et ne peut pas ne pas les partager.

    Le mot civilisation est remplacé par KULTUUUR. Les civilisations, comme l’indique l’étymologie sont liées aux cités. La culture n’implique que l’exercice de la faculté intellectuelle, universelle par définition, qui déracine celui qui la cultive exclusivement, elle n’a cure de la raison pratique finalisée par le bien commun respectif des cités.

    La Gande Russie, après la chute du communisme a retrouvé son identité autour du christianisme ortodoxe. Il fut même question à l’époque de restaurer la Sainte Russie des Tzars. Je mets beaucoup d’espoir dans un renouveau spirituel venu des pays de l’Est. Les églises ne sont pas que pleines en Russie,  mais aussi dans les pays baltes et surtout en Pologne ( l’église fut résistante contre le communisme athée) .

    Ne l’avez vous pas vu, l’islamisation est inversement proportionnelle à la déchristianisation, plus on déchristianise, plus on islamise. Je voudrais dire aux anticléricaux et aux antichrétiens: faites attention, le christianisme est votre allié objectif, votre antidote qui vous protégera de tous les égarements, de tous les délires que vous propose les socialo-communistes et autres apôtres de la révolution. Si vous perdez votre religion, que vous soyez croyant ou pas, vous perdrez votre âme et votre identité et vous laisserez la porte ouverte à toutes les barbaries . Pourquoi la gauche et particulièrement l’extrême gauche ont-ils autant de complaisance envers l’islam? Parce que pour eux l’islam reste la religion des pauvres et des opprimés alors que le christianisme représente la religion des riches, des colonisateurs et des esclavagistes. Comme si l’islam n’avait jamais été colonisateur et esclavagiste…

    On dirait, c’est pour cela  que je faisais référence à la Belgique, que la décadence commence par la tête (et ou par le nord ). Cette décadence contaminera fatalement le reste du corps.

    La déchristianisation entraîne aussi fatalement la désacralisation du rôle du Père.Toute société décadente par la désacralisation du rôle du père devient une société maternante. Désormais au pays des Vikings, les hommes sont devenus des hommes à poussettes, à layettes , à trotinettes et prennent des congés de maternité.

    Qui pouvait penser que dans l’Espagne catholique on marierait un jour les homosexuels grâce au socialiste Zapatero ?  Le Portugal du pieux Salazar s’apprête à suivre le même chemin.
     
    UN remarquable professeur de philosophie médiévale a l’Université nous disait lors d’une récente conférence. " Quand je retourne dans ma famille en Grèce, moi qui ne suis pourtant pas croyant, je vais à l’église avec ma famille . Pourquoi? est-ce de l’hypocrisie? Non, parce que ma famille ne comprendrait pas que je ne l’accompagne pas à l’église, car l’église c’est ce qui nous rassemble, ce qui nous unit, ce qui nous relie les uns aux autres. De plus, je le fais aussi par simple respect  pour mes parents."
    Barthélémy
    Répondre
  45. Pierre LANCE

    11/04/2009

    À Barthelémy : Merci de nous citer le texte du Ministère belge des Affaires étrangères. C’est en effet assez affligeant, mais ce n’est que de la diplomatie, qui est le nom flatteur de l’hypocrisie. Les diplomates européens, et les Belges en particulier, se contorsionnent pour flatter les Turcs et les entretenir dans l’illusion qu’ils puissent devenir européens. C’est une attitude très coupable, car elle ne sera jamais suivie d’effet, mais elle a deux inconvénient majeurs, le premier, c’est de faire croire aux résistants que les jeux sont faits (comme vous le croyez vous-même), d’où colère, indignation et stress. Le deuxième, ce sera de rendre les Turcs furieux quand ils s’apercevront qu’on les a roulés dans la farine avec de fausses promesses. Cela dit, il n’y a aucune raison de considérer a priori les Turcs comme des adversaires. Comme l’a fort bien dit Nicolas Sarkozy, ce sont des alliés, des amis, des partenaires privilégiés de l’Occident. Mais toutes sortes de liens économiques, culturels et militaires peuvent s’établir avec la Turquie (sont déjà établis d’ailleurs) sans aucun besoin qu’elle soit intégrée à l’Europe. Là se trouve la limite. Il suffit de ne pas la franchir. Et on ne la franchira pas. À Magny : Je suis assez de votre avis, mais je préfère tout de même qu’on ne prenne pas le risque. Et il vaudrait mieux que les Européens se réveillent avant d’entrer dans un vrai conflit contre l’invasion islamiste. Car, au fond, là est seulement le vrai problème. Les Européens se réveilleront, je n’en doute pas un instant, mais plus ils se réveilleront tard et plus cela leur coûtera cher en vies humaines. Exactement comme cela s’est produit avec les nazis d’ailleurs. Plus on cède aux fanatiques, plus ils se gonflent, et plus il est coûteux de les mettre à la raison. On peut citer à ce propos Winston Churchill, disant après les accords de Münich :  » Ils ont préféré la honte et le déshonneur pour, disent-ils, avoir la paix. Ils auront la honte, le déshonneur et la guerre. » Mais il paraît que l’Histoire est un éternel recommencement… Quoi qu’il en soit, je demeure optimiste, en grande partie grâce aux commentateurs de ce site. Car malgré les propos défaitistes qui fleurissent dans ce forum, je remarque que pas un seul de ceux qui disent « Tout est joué, la Turquie sera dans l’Europe » n’a osé relever mon pari de 1000 euros qu’elle n’y serait jamais. Ils nous font du cinéma, mais au fond ils n’y croient pas. Tant mieux. À Lambda :  » Qui oserait dire à l’heure actuelle qu’il est contre l’Europe ? Le malheureux serait aussitôt lynché, dépecé et brûlé vif en place publique, sous les applaudissements véhémentement nourris d’une foule altruiste, solidaire et généreuse, mais en délire devant pareil sacrilège !  » Heu… n’y aurait-il pas dans vos propos un léger soupçon d’exagération ?  » J’ai beaucoup trop de respect pour l’HOMME pour accorder un quelconque intérêt aux titres qu’il a eu la vanité, la prétention et l’imbécilité de se fabriquer ». Vous avez dû copier cela dans l’un de mes textes, à peu de chose près ? Mais en ce qui concerne Sarkozy, je ne vous ai pas parlé de titre, mais de FONCTION. Si vous prenez un mot pour un autre, votre argumentation s’écroule. Président de la République, ce n’est pas un titre honorifique, c’est un poste de responsabilité qui vous est confié par le suffrage universel. À Daniel : Tout ce que vous dites à mon sujet est tellement mesquin, fielleux et ridicule que j’en ai honte pour vous. Mais, bien sûr, quand on n’a aucun argument solide à présenter, il ne reste plus que la hargne et l’invective. Navrant spectacle.

    Répondre
  46. SAS

    10/04/2009

    COMMENT  OSER PENSER QUE L ETAT DE L HONNORABLE  FRANGIN  MUSTAFA KEMAL ATATURK ….prétendu ilsmaique modéré et même laique…..ne sera pas intégré dans cette europe des frères MONET et SCHUMAN ?????

      depuis le début c’est dans les tuyaux……alotrs arrêtez de tergiverser sur ce sujet déjà tranché "en loge" ou atelier……….comme de nombreux d’ailleurs….y compris les états généraux de l outre mer

    sas le lucide

    Répondre
  47. Anonyme

    10/04/2009

    """"
    Car alors l’électrochoc serait tel que les peuples se réveilleraient en bloc du sortilège technocrate qui pèse sur eux
    """"

    que c’est beau l’optimisme!

    Répondre
  48. Daniel

    10/04/2009

    P. Lance:   "Il (Sarkosy) a donc modifié son attitude. Est-il sincère ou pas quand il nous dit qu’il ne veut pas de la Turquie en Europe ? Je n’en sais rien et je m’en moque."   :   P. Lance se moque des faits:  les mots, les rêves et les intentions suffisent puisque c’est le président. Papa a dit.  

    Lambda  "" J’ai beaucoup trop de respect pour l’HOMME pour accorder un quelconque intérêt aux titres qu’il a eu la vanité, la prétention et l’imbécilité de se fabriquer".    Excellente formule et remerciements pour vos interventions pleines de bon sens.

    L’article:   doit-on parler de vulgaire pari sur la braderie des citoyens par de vulgaires irresponsables ? ou de pari vulgaire si on pense aux hommes qui en feront , qui en font les frais chaque jour.   L »article de Francis Choisel est autrement pertinent et réaliste comme grille de lecture de l’avenir de la France!.

    Il est assez contradictoire chez vous, Pierre Lance, que vous soyez fasciné par la fonction. Puis découlant de la fonction, fasciné par la roublardise plus ou moins consciente de ceux qui n’ont de choix qu’adaptés au pouvoir personnel permis par cette fonction plutôt que vigilant sur la valeur morale indispensable  à la fonction…

    Contradictoire également que vous soyez toujours prêt à critiquer l’autorité religieuse qui n’en est plus une (Dieu merci),  mais que l’autorité attachée à la fonction laïque mérite le respect. Jusqu’à ne pas avoir à répondre à la justice grace à un Droit sur mesure: que de points communs déjà utilisés par les religieux!. Si c’était pour refaire la même chose…

    Vous êtes toujours prompt à rappeler les crimes passés et dépassés que vous pouvez mettre sur le compte de la religion chrétienne mais pour les souffrances et les crimes qui sont sous votre nez, dans votre pays, il faut faire allégeance à "l’élite"!… : Tout simplement parce que vous  étes profondément convaincu d’en être!.    Vos mémoires ont de l’avenir: "Pierre Lance, un prélat qui s’ignore".   Complexe personnel qui a besoin de la caste et de ses titres laïques ronflants.

    C’est assez socialiste comme ligne de pensée … souple!…  et religieux comme croyance!. Il faut croire que le couple socialisme/religion qui vous est cher a trouvé en vous un terrain favorable.

    Un crime est un crime sauf racisme (non reconnu mais implicitement revendiqué) par ceux qui font ces curieuses hiérarchies entre les victimes.  Et tout mensonge individuel participe à la destruction globale de l’avenir humain mais aussi de son présent qui sent actuellement l’intellectuel à bon marché. 

    Problème de conscience, toujours. Religieux ou laïc, s’èlever,  c’est seulement quand l’humilité se développe parallèlement.   

    Répondre
  49. Pierre LANCE

    10/04/2009

    À Gwyon : « Tel qui rit vendredi dimanche pleurera. » (vieux proverbe français) À Barthelemy : « …la Turquie EST déjà dans l’Europe car Bruxelles prépare le mauvais coup depuis longtemps. » Vous dites vrai, mais vous oubliez un léger détail : la Belgique n’existe pas et n’a jamais existé. C’est un Etat totalement artificiel dans lequel on a essayé de ficeler ensemble deux peuples très différents : les Flamands et les Gallons (Wallons en prononciation germanique). L’Etat belge vacille en permanence et disparaîtra tôt ou tard. Il aurait d’ailleurs disparu depuis longtemps si les politiciens belges ne s’étaient précipités sur l’Europe, cette aubaine dont ils ont fait leurs choux gras. C’est un joli coup tordu de l’Histoire : Bruxelles, capitale d’un pays factice, devenu capitale factice de tout un continent. Mais Bruxelles ne commande absolument pas à l’Europe. Tous les reproches que l’on peut faire aux bureaucrates bruxellois ne s’adressent pas aux Belges. Ces bureaucrates trop technocrates viennent de tous les pays européens et beaucoup sont français. D’ailleurs, quand l’Etat français veut faire passer une règle mal acceptée par les Français, il la fait passer par Bruxelles, comme ça il peut dire : « C’est pas nous, c’est Bruxelles. » Et les autres Etats font de même. Bruxelles a bon dos; c’est très pratique. Mais en réalité, Bruxelles n’est rien. C’est juste un sac à malices. Vous opposez la déchristianisation à l’islamisation. Mais vous oubliez l’essentiel : la déchristianisation concerne les Européens et l’islamisation ne concerne que les immigrés (et encore, une partie seulement des immigrés, car beaucoup profitent de leur présence en Europe pour se débarrasser de la religion, mais personne n’en parle). En Belgique, on enlève les christs des administrations publiques et des palais de Justice, dites-vous. Je l’espère bien, car ils n’avaient rien à y faire. Si les Français voyaient des christs chez eux dans les bâtiments officiels, ils sauteraient en l’air, même les catholiques, pour la plupart. Les Européens se libèrent peu à peu de la religion et c’est absolument magnifique. Ils y sont aidés en cela par l’invraisemblable nullité de Benoît XVI. (Il est vrai que Benoît nous a donné « benêt »; ça ne s’invente pas.) Tenez, puisque vous êtes croyant, je vous propose une hypothèse : Dieu en avait marre de l’Eglise catholique, alors il a placé Ratzinger sur le trône de St-Pierre pour liquider plus rapidement la boutique. Et ça, c’est une divine réussite ! Où vous m’amusez vraiment, c’est lorsque vous dites, à propos de l’immigration :  » Quelques pays très catholiques comme la Pologne, l’Espagne, le Portugal ou l’Italie feront probablement de la résistance… » Mais mon cher ami, vous n’avez rien compris. Ignorez-vous donc que ce sont les prêtres et les associations catholiques qui aident les sans-papiers et favorisent de toutes leurs forces l’implantation des immigrés clandestins, et plus encore en Espagne et en Italie qu’en France ? Ce qui est d’ailleurs tout-à-fait logique puisque « catholique » signifie « universel » et que, si l’on en croit les théologiens, tous les hommes sont les enfants de Dieu. (Sauf moi. Moi, je suis un fils de l’Homme… Moi et quelques autres, tout de même) Des naïfs s’imaginent encore que les Eglises sont patriotes. Mais c’est faux, elles ne l’ont jamais été. Elles ont seulement fait semblant de l’être à certaines époques, pour mieux rassembler leurs ouailles, parce que la patrie (le pays des pères) est la seule vraie valeur indéracinable au coeur de l’homme. Mais aucune religion n’aime les patries, car toute religion est impérialiste par essence et rêve de posséder le monde entier. Pour ne pas comprendre ça, il faut vraiment le faire exprès.

    Répondre
  50. Lambda

    09/04/2009

    Non, je ne connais rien de la Turquie, et je n’y suis jamais allé, et je ne pense même pas y mettre les pieds un jour ! J’ai vu des turcs travailler en France, dans la maçonnerie par exemple, et j’ai même trouvé qu’ils s’en tiraient drôlement bien ! Boulot propre et vite fait bien fait.
    Maintenant,   si je ne connais rien de la Turquie, je connais (un peu quand même) l’islam. J’ai vécu en terre d’islam – et je serais tenté de dire que j’y vis encore, car à l’époque où j’étais là-bas, il y avait moins de bâchées au km2 qu’en France aujourd’hui. Et ce que je connais de l’islam n’a rien d’engageant pour un occidental (pour les autres non plus d’ailleurs, mais c’est leur affaire). Déjà que l’UE à 27 est une absurdité totale, y rajouter encore du monde – et surtout un monde avec qui nous n’avons RIEN  à voir, RIEN en commun, c’est foncer tête baissée dans les problèmes, mais nos "dirigeants" en sont fort coutumiers… Et l’absurde est chez eux une seconde nature…
    Je ne crois pas qu’il y ait besoin de la Belgique pour nous précipiter vers notre calvaire : la lâcheté naturelle et l’apathie d’une bonne partie des européens seront largement suffisantes ! Qui oserait dire à l’heure actuelle qu’il est contre l’Europe ? Le malheureux serait aussitôt lynché, dépecé et brûlé vif en place publique, sous les applaudissements véhémentement nourris d’une foule altruiste, solidaire et généreuse, mais en délire devant pareil sacrilège !
    Ce simple fait donne une légitimité à la construction européenne, voire même à son extension jusqu’à Venus ou Jupiter, qui sait….

    Répondre
  51. Magny

    09/04/2009

    Peut être au contraire faut-il que la Turquie rentre dans l’Union européenne , et cela grâce aux ruses politiques dont nos élites sont seules capables . Car alors l’électrochoc serait tel que les peuples se réveilleraient en bloc du sortilège technocrate qui pèse sur eux depuis maintenant bien trop longtemps .

    Mieux vaut un coup de fièvre salvateur qui fait flirter le corps avec la mort qu’une agonie interminable sous contrôle de drogues publiques aux doux noms de subventions .

    Répondre
  52. Barthélémy

    09/04/2009
    …Suite à mon intervention précédente
    N’oublions pas que Monsieur le Président Sarkosy n’est pas éternel. Je suis convaincu que toute les gauches européennes de la trahison de l’Occident sont favorables à l’entrée de la Turquie dans l’Union.  En Belgique la chose est déjà considérée comme acquise. Avec un peu de patience, les autres nations suivront.
    La Turquie entrera tôt ou tard dans l’Europe parce que Bruxelles le veut.

    Voici ce qu’on peut lire sur le Site du ministère Belge des "Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au Développement" http://www.diplomatie.be/fr/policy/policynotedetail.asp?TEXTID=43663

     

    Les relations entre la Belgique et la Turquie procèdent d’une complicité et d’une fidélité exemplaires.

    Depuis quarante ans, une communauté immigrée turque paisible contribue à la prospérité de la Belgique ; son intégration se poursuit avec la présence d’élus d’origine turque à diverses assemblées législatives et responsabilités politiques.

    L’engagement de la Belgique envers la candidature turque à l’Union européenne s’est traduit par son appui au Sommet de Laeken en 1999, afin d’approuver la vocation de la Turquie à rejoindre l’UE et à participer à la Convention chargée de rédiger un projet de Constitution européenne.

    Depuis la Belgique n’a cessé de plaider, au sein des forums européens pour le projet d’intégration de ce grand pays, qui a commencé les négociations d’adhésion le 3 octobre 2005. Elle suit avec attention les réformes spectaculaires accomplies par Ankara et tient à s’assurer de leur pleine mise en oeuvre; elle veille au respect des libertés fondamentales, à celui de toutes les minorités et à l’instauration et au renforcement d’une culture démocratique.

     

    Les enjeux de cette adhésion sont exceptionnels, de par la géographie et l’histoire de ce pays : un peuple de tradition musulmane de 70 millions de personnes sur une terre qui fait le trait d’union entre l’Europe et l’Orient. La constitution de la République turque garantit le caractère laïque de l’Etat par une stricte séparation entre la vie publique et la législation d’un côté et la religion de l’autre côté, ce qui a contribué à la modernisation rapide de la Turquie.

     

    La Turquie est appelée à une vocation particulière dans le dialogue des civilisations que nous impose la globalisation. Son adhésion à l’Europe repose actuellement sur la ratification du Protocole d’Ankara, élargissant l’Union douanière entre l’UE et la Turquie, conclue en 1995, aux 10 nouveaux Etats membres, dont Chypre. Face à la perspective européenne, il faut espérer que la Turquie ne va pas se dérober à un tel défi et se priver d’un tel atout.

    Les relations sont aussi intenses sur le plan bilatéral; la Belgique entretient deux postes diplomatiques en Turquie: notre Ambassade à Ankara, capitale politique et centre administratif et le Consulat-général à Istanbul, centre économique et première ville du pays. A ces postes de carrière s’ajoutent des consulats honoraires à Izmir et Antalya.

    Nos relations d’amitié ont récemment été rehaussées par une importante Mission économique présidée par SAR le Prince Philippe en 2004, ainsi que par les visites du Président de la Chambre, et du Ministre des Affaires étrangères à Ankara en décembre 2004. Une visite à Ankara du Ministre des Affaires étrangères Karel De Gucht est prévue très prochainement.

    Une exposition remarquable sur la Turquie s’était tenue au Palais des Beaux-Arts en décembre 2004, illustrant la pérennité et la diversité d’une civilisation pluri-millénaire.

    Envoyé par Barthélémy

    Répondre
  53. Lambda

    09/04/2009

    <<Les Américains ont une trouille bleue que le peuple turc tombe un jour sous la coupe des islamistes>>

    Ah bon… Parce que, ce n’est pas encore le cas ?… Heureusement que j’étais assis…
    Le discours de Ergodan à l’université allemande de je ne sais plus quand n’a pas été assez clair ?…
    Le nombre de voilées turques diminuent comme un bloc de glace posé sur un radiateur allumé plein pot ?…
    La religion officielle turque  n’est plus l’islam ?
    Bonnes nouvelles tout ça, et vive la Turque dans l’UE ! Bienvenue au club mélangiste, c’est à la mode…

    <<Alors respectez au moins la fonction.>>

    Respecter la fonction : Diantre….
    Allez, comme je vous trouve sympathique, je vous livre l’axiome que j’ai mis des années à cogiter :
    "" J’ai beaucoup trop de respect pour l’HOMME pour accorder un quelconque intérêt aux titres qu’il a eu la vanité, la prétention et l’imbécilité de se fabriquer".

    Vous n’êtes pas obligé de "partager"…
    Respecter, tout à fait d’accord, et je respecte ce qui me semble respectable.
    Une fonction n’a rien de respectable en tant que telle, une fonction occupe un fonctionnaire, et donc, tout dépend de l’attitude et de la moralité de cette personne. Et pour étayer mes dires, j’ajouterais que quand ladite fonction est régulièrement occupée par des individus qui la bafouent de plus en plus, je me demande si véritablement, il n’y aurait pas lieu de mieux disposer de mon respect…
    Des gens occupent des "fonctions" respectables, en se sens que leur avis va peser sur le sort et même la vie de d’autres personnes. Et quand on voit leur partialité, on reste confondu par le petitesse vers laquelle ils ont si dramatiquement abaissé cette fonction que certains se croient obligés de respecter.
    Justement, ce midi, sur E1, la stupidité du jour était la question de savoir si il fallait limiter le temps d’intervention du président de la république. Dans cette émission – que beaucoup de gens connaissent, et suivent probablement, les auditeurs interviennent, tout au moins ceux qui ont l’intelligence d’apporter un témoignage qui souffle bien fort dans le sens du vent, car autrement, ils sont purement et simplement éjectés ! Ce qui est quand même intéressant dans cette grande fourberie, ce sont les opinions émises, et les gesticulations verbales démesurés quand un aspirant à l’expression dévie quelque peu de la ligne tracée… C’est vrai qu’après ça, on comprend mieux pourquoi on ne pouvait pas avoir de candidats plus représentatifs des français que lors de la dernière présidentielle. Je me répète, chaque pays a, finalement, les dirigeants qu’il mérite, ce qui est logique, puisque les gens votent….
    A propos, des discours présidentiels, je ne comprends pas comment ça pourrait en gêner certains, quant à moi, ils ne m’ont jamais indisposé pour la raison simple et bonne que je ne les ai jamais écouté. J’ai suivi les élucubrations du personnage en campagne – histoire de voir par qui je serai mangé, et j’ai donc acquis suffisament de connaissance,  pour connaître, nous pas le discours qui me serait servi, mais sa teneur et surtout son vide : en vertu du principe que les mêmes causes produisent toujours les mêmes effets. Et j’ajouterais pour les âmes sensibles que si la prose présidentielle leur déplaît, ils peuvent toujours éteindre le poste ou plier leur journal, personne ne leur en voudra pour autant. Mais beaucoup sont masochistes : ça fait mal, mais je continue ! Tant pis pour eux.
    Le président est le président de tous les français, il est "au-dessus de ça" ! Merveilleux…
    Dans ce cas, que ne travaille-t-il en silence et dans son antre, de manière à trouver les moins mauvaises solutions, plutôt que de parader dans les médias ? En fait, si on le voit et l’entend tant, c’est qu’il n’a rien à dire, rien à faire, rien a créer, rien a concevoir, rien à gérer, rien à diriger : il occupe l’espace….

    Répondre
  54. sas

    09/04/2009

    A pierre….

    LE RESPECT SE GAGNE……CE N EST PAS UN DU….

    sas

    Répondre
  55. attilla

    09/04/2009

    Dans tous les commentaires que j’ai pu lire, tout ce dont j’ai pu m’apercevoir c’est la méconnaissance de tous les sujets dont vous osez aborder.

    C’est bien beau de citer des ouvrages (qui sont super objectifs (lol) ).

    C’est aussi bien beau de parler d’un pays que vous ne connaissez pas.

    Je vous invite tous  à rester dans votre carcan auquel je n’ajouterai aucun adjectif qualificatif tellement je n’en trouve pas et qu’il n’en mérite pas.

    Je vous salue tous

    Répondre
  56. Barthélémy

    09/04/2009
    Mais enfin, Monsieur Lance, la Turquie EST déjà dans l’Europe car Bruxelles prépare le mauvais coup depuis longtemps.
     
    Maurice Dantec dans son " Théatre des opérations " dit " Le pays le plus gangrené par l’expansion islamiste est incontestablement la Belgique. Qui s’étonnera que le cadavre pourisse par la tête " ?  Maurice Dantec dit vrai.
     
    Méfiez – vous de ce pays qui sous des allures bon enfant " les Belges ne se prennent pas au sérieux, ils ont le sens de l’humour et de l’autodérision etc…" vous prépare très sournoisement les pires mauvais coups politiques.
     
    J’ajoute que le cadavre commence à pourrir par la tête mais que le reste du corps suivra aussi. Bruxelles entraînera toute l’Europe dans sa décadence. Décadence sociétale, spirituelle, culturelle et identitaire. Ne voyez-vous pas que cela a déjà commencé? Toute les gauches européennes, car la gauche est trahison de l’Occident, s’associeront à cette décadence.
     
    Ici on enlève les christs des administrations publiques, mais on accepte les filles voilées dans les écoles. Ici on enlève les christs des Palais de Justice , mais on sert de la nourriture allal dans les écoles et des bassins de natations sont ouvert exclusivement aux femmes musulmanes une demi-journée par semaine. D’ici dix ans, 49 mosquées seront construites.
     
    A Bruxelles, on impose et on parachute des musulmans sur les têtes de listes électorales. Ici, la déchristianisation a déjà commencé et le lynchage ignoble du Pape Benoît XVI atteint pratiquement tous les jours l’hystérie .La haine des catholiques conservateurs est devenue la nouvelle névrose obsessionnelle de la plupart des médias; Les élus du FN sont interdits de parole absolument dans tous les médias ( télévisés, écrits et parlés ) Cela s’appele en Belgique " le cordon sanitaire ". 
     
    Pendant l’intervention israelienne  à Gaza, le drapeau du Hamas flottait un peu partout dans Bruxelles jusque sur la Place de la Nation sans que la police n’intervienne, ou n’ose intervenir. Récemment, une manifestation contre l’islamisation de l’Europe a été interdite pour cause de menace à l’ordre public.
     
    Les théatres subventionnés, les maisons de la culture sont entièrement acquis à la cause des palestiniens, des sans-papiers, des immigrés. Partout on peut aller voir des expositions sur les beautés et les "grandeurs" de la civilisation musulmane.
     
    Voilà ce qui se prépare, voilà le totalitarisme " soft " qui menace l’Europe toute entière et la France en particulier.
     
    La Turquie rentrera dans l’Europe parce que Bruxelles le veut.
     
    Inutile de vouloir résister, Bruxelles entrainera inéluctablement la France dans sa chute. Quelques pays très catholiques comme la Pologne, l’Espagne, le Portugal ou l’Italie feront probablement de la résistance mais les choses s’arrangeront avec le temps, un peu d’argent et quelques " compromis".  
    Répondre
  57. Ahmed1

    09/04/2009

    Deux Réflexions:

    1) Bernard est très choqué : Bernard Kouchner est déçu et choqué de l’attitude de la Turquie sur Rasmussen. Bernard dit qu’il était contre d’abord, était pour après, et contre maintenant. Que ce qu’on pouvait dire et faire si la Turquie islamiste  crée des déceptions après qu’il se trouve dans l’UE. Est-ce qu’on peut lui montrer la porte de sortie. Peut être il faut prévoir des conditions pour la  candidature Turc.

    2) Barak Chrétien en Asie Mineure: En traversant la Turquie de l’Ouest à l’Est, l’Asie Mineure, Barak va trouver des milliers et des milliers des églises millénaire en ruines. Il faut qu’il demande à Gul et Erdogan, où sont ces peuples qui ont construit et vécu dans ces lieus, depuis des millénaires. Peut être leurs réponse sera "construit par nos ancêtres Turc". Et après, Barak doit leur donner un cour d’histoire pour qu’ils font face à leur histoire.

    Répondre
  58. Pierre LANCE

    09/04/2009

    À Lamda : Vous écrivez :  » quand vous dites que les « peuples » sont contre, y compris le peuple turc, on ne peut pas vous prendre au sérieux. Notre président à montré clairement qu’il se souciait comme d’une guigne ce que le peuple pouvait penser !  » – Aucun Chef d’Etat ne peut faire fi de ce que le peuple pense. Aucun. Il en tient compte plus ou moins et il essaie de ruser, d’accord, mais il lui est impossible, surtout à notre époque, de passer l’opinion publique à la trappe, ou bien il va droit dans le mur. Et je vous rappelle que Nicolas Sarkozy était plutôt favorable, avant son élection, à l’adhésion de la Turquie. Mais il a très bien senti qu’il n’était pas suivi, notamment par ses propres troupes de l’UMP. Il a donc modifié son attitude. Est-il sincère ou pas quand il nous dit qu’il ne veut pas de la Turquie en Europe ? Je n’en sais rien et je m’en moque. Ce qui m’intéresse chez un Chef d’Etat, ce n’est pas sa sincérité (dont on peut discuter à perte de vue), c’est son pragmatisme. Vous demandez :  » Quel intérêt les US ont-ils à voir la Turquie dans l’UE ?  » Je m’étonne que vous posiez la question, tant la réponse est évidente. Les Américains ont une trouille bleue que le peuple turc tombe un jour sous la coupe des islamistes. Ils se disent que si les Turcs deviennent « européens », ce danger sera écarté, ce qui est une ânerie monumentale, car non seulement il ne sera pas écarté mais il sera même aggravé. Mais quand cette idée les effleure, ils se disent que ce sera à nous de nous dépatouiller avec eux, et l’establishment américain ne voit pas d’un mauvais oeil tout ce qui pourrait affaiblir l’Europe. À Kamarad : Quelqu’un qui traite le Président de la République française de « nain politique » et d’ « homme de paille » ne mérite pas qu’on s’intéresse à ce qu’il dit. Que ça vous plaise ou non, Nicolas Sarkozy représente la France pour cinq ans. Alors respectez au moins la fonction.

    Répondre
  59. Gwyon

    08/04/2009

    J’aime beaucoup votre journal. Chaque jour, quand je commence à fatiguer, je viens lire un article… et là : miracle! Je retrouve le sourire (voire l’hilarité) devant autant d’absurdités!
    J’ignore si les participants sont sérieux ou s’ils font dans le comique (la frontière de l’ironie est parfois subtile), mais c’est trop… énorme!

    Bref, continuez, surtout ne changez rien! Il faut toujours qu’il y ait des gens pour en divertir d’autres. 😉

    Répondre
  60. sas

    08/04/2009

    Pourquoi la turquie rentrera dans l europe…pour son malheur et contre l avis les peuples d europe…???

    1° les enclumes qui nous gouvernent et marchent en arrière(l’art du smurff) et sur la tête ont ouvert collegialement un 2 eme chapitre pour l itégration de la turquie….

    2° et plus grave ,c’est le seul moyen de sauver le soldat israel…..menacé économiquement et démographiquement….L europe ne peut s étendre au fils d israel que par le Bosphore…..

    3° c’est donc exactement pour cela que les yankees et les britihs créateurs de létat croupion sont pour…..

    4° la  nouvelle popsition actuelle du nouveau gouverment de nethanyaou….avec un lieberman qui chie sur les accord d oslo….et nie même au palestinien le droit à une nation…..va précipiter ce plan B

    c’est déjà acté….et je veux bien prendre un pari avec vous Mr lance…..

    sas

    nb ainsi n auront ils pas a modifier les conditions pour les coupes d europe de foot et pour l eurovision…ils font tous comme si c’etaient déjà acquit….juste une question de temps.

    Répondre
  61. Kamarad

    08/04/2009

    "Je suis en train de lire un ouvrage très instructif de Daniele Ganser intitulé "Les Armées secrètes de l’OTAN" (Ed. Demi-Lune)"

    Continuez à vous documenter, Pierre Lance, vous allez découvrir que la plupart des dirigeants "démocratiquement élus" des pays européens ne sont pas américanophiles par hasard.

    Et ne vous fiez pas aux déclarations tonitruantes du nain politique Nicolas Sarkozy, homme de paille du stay-behind : ce ne serait pas la première fois qu’il avalerait son chapeau.

    Répondre
  62. R. Ed.

    08/04/2009

    Encore la "DOUBLE" nationalité, comme moi, moi aussi j’ai la double nationalité, je suis belgo-belge !!!

    La Turquie, l’empire ottoman, je n’y suis jamais allé, mais par contre, eux sont déjà venus chez nous, pour nous asservir.

    Heureusement, nous les avons foutu dehors, alors les faire entrer de nouveau par la "petite" porte, laisser entrer chez nous cet énorme cheval de Troie, non merci.

    Répondre
  63. Lambda

    08/04/2009

    Ah monsieur Lance, j’admire votre conviction !
    Et tant pis pour le pari, je vous ai déjà dit pourquoi je ne pariais jamais. Et l’idée de vous faire perdre 1000€ me contrarierait vivement, quant à les perdre moi, ce serais une cause de divorce…
    Bon, quand vous dites que les "peuples" sont contre, y compris le peuple turc, on n ne peut pas vous prendre au sérieux. Notre président à montré clairement qu’il se souciait comme d’une guigne ce que le peuple pouvait penser ! Pour les turcs, j’ignore si ils sont contre, mais le fait qu’ils "obéissent" aux injonctions de leur caste islamiste fait que si la chose peut favoriser le jhiad, ils ne s’en priveront certes pas. Et là où je suis bien d’accord avec vous, c’est que la Turquie n’a rien à faire dans l’OTAN.
    Obama a été parachuté à la tête des US avec des moyens considérables : cela ne peut pas être par hasard. Quel intérêt les US ont-ils à voir la Turquie dans l’UE ? Pour l’OTAN, ils sont déjà dedans (hélas), pour le commerce, les accords d’échanges Turquie / Europe sont largement suffisants. Il ne reste donc plus qu’une seule réponse : plaire aux islamistes ! Et si il y a bien un chemin où le métissé s’engage tête baissée, c’est bien celui de plaire aux islamistes, sisons mêmle qu’il en rajoute… Je ne vois du reste pas trop pourquoi, dans une dizaine d’années, le pétrole sera un produit périmé, et sans pétrole, les états islamistes n’ont plus aucun moyen de chantage : on pourrait donc déjà agir, "comme si" le pétrole allait manquer dès demain…. Oui bon, je sais : les marchands d’armes feraient la gueule… Et alors ?…

    Répondre
  64. Anonyme

    08/04/2009

      Mr Lance, je vous renvoie à l’excellent livre d’Alexandre del Valle: "La Turquie dans l’Europe, un Cheval de Troie islamiste?". Nous sommes tous d’accord sur ce point: la Turquie n’a pas sa place en Europe!

    Au Franco-Turc:

    Cet article ne montre aucune opposition entre occidentaux et musulmans. L’Europe n’a aucune vocation a accueillir des pays musulmans rien que par son nom : "Europe". Ca ne veut pas dire qu’on déteste les musulmans. Il s’agit juste de préserver une organisation, une communauté, et de sauvegarder son identité…

    Si nous cherchions l’opposition, la Turquie ne serait pas dans l’OTAN, l’Union pour la Méditerranée n’existerait pas et l’Afrique serait un champ de ruines (car nous ne y enverrions pas d’argent).

     Bush était pour la Turquie en Europe, Monsieur.

    Si les Européens ne sont jamais allés en Turquie, la Turquie, elle, est bien venue en Europe, et ceci avec d’assez mauvaises intentions…

    Nathaniel.

    Répondre
  65. Franco Turc

    08/04/2009

    Article ridicule qui met en opposition 2 blocs: Occident vs Monde musulman, idéologie destructrice…

    Cela resemble beaucoup à du Bush! Juste une petite question à l’auteur qui tire ses sources d’un "polar", êtes-vous déjà allé en Turquie??

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)