La Turquie ne passera pas!

Posté le septembre 25, 2005, 12:00
6 mins

…………………………………………….
Notre page spéciale Turquie en Europe
………………………………………………..

J’accuse de haute trahison de l’Europe et de la civilisation occidentale les chefs d’États Jacques Chirac, Gerhard Schröder, Tony Blair et leurs comparses, ainsi que George W. Bush qui les y encourage, du fait de leur projet insensé de faire entrer dans l’Europe la Turquie, nation de 70 millions de citoyens non-européens dont 97 % sont musulmans.
C’est ce pays que le dictateur Kemal Atatürk s’appliqua à occidentaliser de force à partir de 1924. Il n’y parvint qu’en apparence, parce que les Turcs étaient obligés de plier devant sa volonté autocratique et devant les jeunes officiers de son armée, tous sélectionnés pour le servir aveuglément. Aujourd’hui encore, l’armée turque est restée laïque par tradition “atatürkienne” et elle est le seul rempart, d’ailleurs fissuré, qui résiste au retour en force de l’Islam en Turquie.
Le Général Mustafa Ali Rheza, qui se faisait surnommer “Kemal” (“la Perfection”) et “Atatürk” (“le Père de tous les Turcs”) n’était qu’un vulgaire tyran mégalomane. Il bénéficiait pourtant de l’indulgence, voire de l’admiration des Occidentaux, parce qu’il favorisait l’expansion de leur civilisation dans une population qui lui était, et lui est toujours, totalement étrangère. Mais ceux qui veulent changer les peuples d’autorité ne peuvent que répandre la discorde, la rancœur et la haine. Car chaque peuple sur la Terre est un projet évolutif particulier des forces de vie terrestres à l’œuvre dans l’espèce humaine. Comme tel, il doit pouvoir choisir librement sa propre voie et doit être respecté dans sa différence expérimentale, tant du moins qu’il respecte lui-même les autres expériences nationales. Il en est ainsi également de chaque civilisation.
Aujourd’hui, les chefs d’État occidentaux susnommés, dont l’inculture et l’aveuglement donnent le vertige, veulent introduire au cœur de l’Europe le plus formidable cheval de Troie de l’islamisme radical, tel que Mahomet lui-même n’aurait osé le rêver. Je ne cherche nullement ici à mettre en accusation le peuple turc lui-même, victime comme tant d’autres de l’impérialisme mégalomaniaque et prétendu “spirituel” de toute religion monothéiste. Mais il faut comprendre que les fanatiques islamistes seront comme poissons dans l’eau au sein de la communauté turque, si nous ouvrons à celle-ci les portes de l’Europe. L’actuel danger du terrorisme en sera multiplié par trois ou par quatre.
La bataille de l’Europe est-elle perdue? Pas encore! Au moment même où j’écris ces lignes, Angela Merkel, représentante de la droite libérale allemande, vient de battre Gerhard Schröder aux élections. De trop peu, hélas ! Mais Mme Merkel a fait campagne pour le rejet de l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne, et son avis comptera. C’est au 3 octobre prochain que les traîtres ont fixé le début des négociations avec la Turquie. Il faut que l’opinion publique européenne se manifeste avec force afin de soutenir la position d’Angela Merkel, qui propose de remplacer l’adhésion de la Turquie par un partenariat privilégié avec ce pays voisin et allié, mais non européen. Ce qui est également, chez nous, la position de Nicolas Sarkozy et de François Bayrou, entre autres.
J’ai proposé la semaine dernière ici même de manifester le 2 octobre à Bruxelles contre l’européanisation de la Turquie. Je remercie tous ceux qui m’ont adressé des messages d’approbation. Toutefois, beaucoup d’entre eux m’ont dit qu’ils ne viendraient pas. Les uns avec de bonnes raisons, étant malades ou trop âgés. D’autres avec une moins bonne : leur éloignement de la capitale belge. (Mais j’irai moi-même tout spécialement de Nice à Bruxelles.) D’autres avec une très mauvaise: ils n’y croient pas! Je n’ai pas très bien compris à quoi ils ne croient pas. S’ils ne croient pas qu’une manifestation importante relayée par les médias n’aurait pas d’effet, ils se trompent. S’ils ne croient pas que les Français se dérangeront, c’est une bonne manière d’y contribuer que de ne pas se déranger eux-mêmes. Se dire : “Je n’y vais que si d’autres y vont” ne traduit que la lâcheté la plus ordinaire. Chacun doit se déterminer en conscience. Je dois avouer que si je me retrouvais seul en cette circonstance, j’en serais attristé pour l’Europe, mais non pour moi. J’y trouverai même le plaisir d’une fierté secrète, car tel est mon vers préféré de Victor Hugo : “S’il n’en reste que mille, je serai le millième, Et s’il n’en reste qu’un, je serai celui-là!”. Néanmoins, par patriotisme européen, ce n’est pas ce que je souhaite. Et j’espère avoir de nombreux compagnons dans le Thalys Paris-Bruxelles de 10 h 55 le dimanche 2 octobre.

…………………………………………….
Notre page spéciale Turquie en Europe
………………………………………………..

15 réponses à l'article : La Turquie ne passera pas!

  1. grandpas

    05/10/2005

    Pour deesse rimell, Vous devriez lire mes autres interventions et vous verrez que ma réponse à ketur était ironique. Les ottomans ont montraient dans le passé leur grand savoir en matiére de génocide. Bien à vous

    Répondre
  2. grepon

    01/10/2005

    GANDALF, vu que la reponse des francais a propos de l’adhesion de la Turquie est connue d’avance, et vu que les elites vous gouvernent preferent l’adhesion de la Turquie, croyez vous vraiement qu’il y aura un referendum tranchant sur cette question? Bien sur que non. Il suffira de mettre des delais jusqu a ce que les francais soient prets a laisser faire. Avec les tendances demographiques qui y regnent, dans dix ans ou vingt au pire, il y aura de la marge pour faire entrez tout le maghreb en plus. Cheers, -votre humble serviteur texan

    Répondre
  3. GANDALF

    01/10/2005

    Les français seront consultés par référendum à propos de la Turquie.On verra bien ce qu’ils diront.Ne liez pas le non à la constitution et le non à la Turquie.

    Répondre
  4. TL

    30/09/2005

    Merci à la Turquie, grâce à elle nous avons une conscience européenne qui s’éveille en dehors de tous ces « démocrates » de l’Europe d’en haut. Vive l’Europe libre!

    Répondre
  5. européen

    29/09/2005

    On dit souvent  » le problème ce n’est pas les Turcs mais l’islam « , qu’on me permette de rétablir la vérité : le problème ce n’est pas l’islam, mais simplement les Turcs….

    Répondre
  6. merle des isles

    29/09/2005

    pour « rutek » et « sapdnarg », on vous attend , comme en 14, et là ça va péter grave! (Signé l’Arménien)

    Répondre
  7. grandpas

    28/09/2005

    Pour ketur, Complétement d’accord,je propose même un retour aux anciennes frontiéres del’empire ottoman

    Répondre
  8. ketur

    28/09/2005

    oui a la turquie en europe pour les 70 millilons d’habitant un GROS OUI OUI ! je dis haut et fortt OUIIIIIIII !! VIVE LES TURCS ET LA TURQUIE !

    Répondre
  9. sas

    28/09/2005

    C’est comme au rugby , la TURQUIE a déjà passé ses bras et ses épaules derrière notre ligne de défense….et intègrera l’EUROPE…sans les peuples…sans les nations…et sans autre referendum… bref sans nous…le roi est nu et nos fausses démocraties poupulaires aussi… SAS l’antidémocrate

    Répondre
  10. sas

    28/09/2005

    C’est comme au rugby , la TURQUIE a déjà passé ses épaules derrière notre ligne de défense….et intègrera l’EUROPE…sans les peuples…sans les nations…et sans autre referendum…le roi est nu et nos fausses démocratie poupulaires aussi… SAS l’antidémocrate

    Répondre
  11. Ensembles

    28/09/2005

    Bonne initiative mais qu’il faut multiplier partout. Je ne serais pas du voyage du 2 octobre à Bruxelles par manque de moyens financiers. Mais les discussions ne font que commencer et, en tout état de cause l’adhésion devra être ratifiée par les peuples. Les pays qui ont choisi la voie parlementaire ratifierons certainement mais pas les pays, comme la France qui a choisi la ratification par voie référendaire. Le NON des français et des françaises n’a pas été compris par les politiques de droite comme de gauche : ce n’est pas un NON au projet, c’est un NON à l’entrée de la Turquie qui prétend ne pas reconnaître l’un de ses membres ! Faut être tordu !

    Répondre
  12. VEGA Thierry

    28/09/2005

    Je lis souvent les articles de Monsieur Lance, que je retranscris sur mon Forum http://france-interieure.forumactif.com. Il est vrai qu’il faut combattre à tout prix le fait de l’adhésion de la Turquie à l’Europe, car ce que j’ai vu ce midi en live sur Euronews, laisse présager que le 3 octobre prochain rien n’empécheras le debut des pourparlers ! Comment s’employer à faire échouer ces pourparlers, c’est la question que je me pose ? Thierry

    Répondre
  13. TL

    28/09/2005

    ne vous impatientez pas M. Lance, j’ai comme l’impression que le referendum sur la Turquie, repoussé aux calendes grecques, se réinvitera inévitablement à chaque échéance electorale, ce qui compliquera un peu plus les choses de nos bobos qui pensent et aimeraient voter pour nous. Les mouvements de fond sont peu perceptibles au début…

    Répondre
  14. grepon

    28/09/2005

    Ce serait mieux d’agir POUR un autre Europe qui fait sense, c’est a dire democratique, au lieu de protester comme le ferait Pierre LANCE, tres inefficacement CONTRE un agissement entres autres de l’Europe technocratique qui existe. Mais bon, la position de Pierre LANCE sur l’Europe antidemocratique decrit dans la « constitution » defunte etait tellement turcocentrique qu’il etait POUR du fait d’une phrase ou deux dans les centaines de pages qui permettrait au citoyen de faire des suggestions au parlement. C’etait risible. Pourtant, on peut dire qu’il est persistant, car il va tout de meme monter sa Rocinante et manifester a Bruxelles comme si cette affaire pouvait se regler a la democratique. C’est le manque meme de democratie qui est le probleme a Bruxelle. La question de la Turquie serait regle deja dans un Europe democratique, comme le sait tres bien les elites et technocrates qui reigne sur l’Europe actuel. Cheers, votre humble serviteur texan

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)