M. Obama, nous ne voulons pas de la Turquie

Posté le avril 07, 2009, 12:00
8 mins

Une petite passe d’armes a opposé Nicolas Sarkozy et Barack Obama en fin de semaine dernière. Non pas, comme il avait été annoncé, au G20 de Londres, mais au sommet de l’OTAN à Strasbourg.

À la veille de quitter Strasbourg pour Ankara, le président américain a en effet appelé l’Union européenne à intégrer la Turquie. Au double motif, cent fois rebattu, qu’il faudrait montrer concrètement aux États musulmans que l’Occident ne leur est pas opposé et qu’il faut éviter que la Turquie ne sombre dans l’intégrisme islamiste.

On se doute qu’avec de tels propos, Obama ne sera pas trop mal accueilli par les autorités turques. On se doute aussi qu’il s’est fait d’excellents amis au sein de la Commission européenne, notoirement favorable à l’adhésion turque. En revanche, le président américain a perdu une occasion de montrer qu’il avait appris les règles élémentaires de la courtoisie : critiquer publiquement la position française en France même, et lors d’un sommet sans le moindre rapport avec ce sujet, est d’une indélicatesse rare – pour ne pas dire plus.

Nicolas Sarkozy a répondu à Obama le dimanche soir sur TF1 : « Je travaille main dans la main avec le président Obama, mais s’agissant de l’Union européenne, c’est aux pays membres de l’Union européenne de décider. J’ai toujours été opposé à cette entrée et je le reste. Je crois pouvoir dire qu’une immense majorité des États membres de l’Union européenne est sur la position de la France. »
On ne peut que soutenir le président français lorsqu’il demande aux Américains de se mêler de leurs affaires. En revanche, je crois extrêmement douteux que l’immense majorité des pays de l’UE soit sur la même ligne que nous. Il est probable que l’Allemagne partage notre point de vue. De même que certains pays d’Europe centrale et orientale, qui ont payé le prix fort, au cours de leur histoire, pour savoir que la Turquie n’avait rien d’européen !

En revanche, la plupart des autres pays, soit se contrefichent du sujet, soit sont favorables à l’adhésion turque. Au moins pour obtenir de nouveaux débouchés commerciaux. Et sans doute aussi, pour certains, parce qu’ils partagent l’analyse géopolitique de Barack Obama.
Il convient donc de répondre à ce dernier que son analyse ne tient pas la route.

En premier lieu, la prétendue nécessité de retenir la Turquie sur le seuil de l’islam radical me semble extravagante. Il existe bien d’autres institutions « occidentales » que l’UE. La Turquie est membre de certaines d’entre elles : le Conseil de l’Europe et l’OTAN, par exemple. L’adhésion à l’Union européenne apporterait-elle quelque chose de nouveau sur cet « arrimage » de la Turquie à l’Occident ?

Au demeurant, s’agissant de l’OTAN, le dernier sommet nous a montré à quel point la Turquie s’alignait peu sur les positions de ses alliés : elle a mis jusqu’à la dernière minute son veto formel à la nomination du Premier ministre danois comme secrétaire général, au motif que celui-ci avait trop mollement condamné les caricatures de Mahomet voici deux ou trois ans ! Si c’est cela l’admirable pays « européen » que l’on nous propose comme allié, non merci…

Ensuite, on ne voit pas que la Turquie soit allée beaucoup moins loin que la plupart des autres pays musulmans dans le soutien à l’islam radical. La plupart de ses dirigeants sont ouvertement islamistes. Et la seule institution turque qui résiste à l’islamisme – tout en n’ayant jamais hésité à trucider les non-musulmans en Turquie ! –, c’est l’armée. Nos bons démocrates sont d’ordinaire plus regardants sur les dictatures militaires…
Enfin, et surtout, la seule bonne réponse à faire à Obama, reste : « Mêlez-vous de ce qui vous regarde ! » Nous n’avons pas, que je sache, imposé aux États-Unis d’intégrer la Turquie comme 51e État ; pourquoi devrions-nous être forcés, nous Européens, de l’intégrer dans une Union qui ne se porte déjà pas si bien ?

Peut-être bien au nom du droit du plus fort. L’Europe n’a pas les moyens de s’opposer aux décisions américaines, tandis que les États-Unis peuvent sans peine balayer nos requêtes d’un revers de main.
C’est en tout cas une bien curieuse conception du droit international. Et tout spécialement du « multilatéralime » qui, paraît-il, s’est installé en janvier à la Maison blanche.
En réalité, le multilatéralisme d’Obama consiste à traiter obséquieusement les puissants et à mépriser les faibles. Et la France fait hélas ! partie de ces derniers…

13 réponses à l'article : M. Obama, nous ne voulons pas de la Turquie

  1. VIKING

    14/04/2009

    @ R. Ed.  Je vous remercie pour votre précision quant aux nombre de musulmans en EUROPE ! Mais, en même temps, tout le monde l’aura compris, pour preuve, je ne cherche pas à gonfler les chiffres pour effrayer les populations quant à l’Islam conquérant ! C’est une bien triste réalité, dont nos politiques ne semblent pas se soucier, à moins que pour la grande majorité d’entre eux, ils aient déjà pris acte (et cause) pour les islamistes ! Les derniers évènements de la guerre " plomb durci " à Gaza nous l’ont prouvé aisément !

    Le problème, avec la grande majorité des musulmans (pas tous) c’est qu’ils veulent quitter leurs pays d’origine (ALGERIE – ou malgré des richesses naturelles, comme le pétrole et le gaz – la grande majorité des jeunes ne trouve pas de travail, et crève de faim, ou encore l’IRAK, où les sunnites et les chiites n’arrêtent pas de s’entretuer depuis des siècles, ou l’AFGHANISTAN, ou la BOSNIE, enfin, je pourrais presque écrire la majorité des pays musulmans qui se vident de leurs populations souvent pauvres, pour venir à la conquête de nos continents (Europe, Amérique, depuis peu l’Australie ! Chez eux, ils crèvent de faim, ou presque, même s’ils ont un travail payé à " coup de lance-pierre", alors que chez nous, ils reçoivent un tas de prestations sociales, sans même travailler ! En France, j’ai pû constater que ceux qui venaient d’Algérie ou du Maroc, par exemple, connaissaient déjà toutes les prestations sociales auxquelles ils avaient droit, aidés dans leurs démarches par une pléthore d’associations (plus ou moins communistes), ceci au nom de la solidarité humanitaire !

    Il y a quelque temps de cela, sur une chaine française, j’ai vu un reportage  sur la Suède, consacré à des immigrants venus du Moyen-Orient. A une femme d’une quarantaine d’années, à qui le journaliste lui posait la question de savoir pourquoi elle ne recherchait pas un travail pour subvenir à ses besoins, le traducteur a traduit la réponse de cette femme à peu près,  en ces termes : " Pourquoi devrais-je travailler, puisque les prestations sociales que je reçois sont aussi importantes que je salaire que je percevrais en travaillant !  Mettez-vous à la place de cette femme ! Elle a raison, stricto-sensu ! Nous réagirions sans doute de la même façon ! Donc, comme je le disais dans un autre post, laissons nous envahir (pacifiquement) par ces hordes de fainéants, et nous pourrions dire tous ensemble : " Adieu, chères prestations, je vous aimais bien , vous savez …!"

    Outre ce problème de la participation à l’activité économique d’un pays, il y a celui du prosélytisme ! Je m’explique : Nous recevons ces populations chez nous, nous essayons de les intégrer ! Nous y arrivons plus ou moins ! Eh bien, au bout de quelque temps, quand ils se sentent bien chez eux (mieux que chez eux, de l’autre côté de la méditerranée, ou d’ailleurs) certains d’entre eux sont manipulés dans des mosquées, par des Imams qui, souvent, ne connaissent pas notre langue, pour pratiquer un prosélytisme, quand ce n’est pas pour grossir les rangs des terroristes islamistes ! Une cinquième colonne, en quelque sorte ! Et tout cela, souvent au nom de la solidarité humaine !

    Attention, cette immigration n’a rien à voir avec celle des populations d’Europe (Espagne Portugal, Italie, Yougoslavie, Pologne) qui partagent notre culture et nos valeurs ! La Oumma (communauté musulmane) ne reconnaît pas l’individu en tant que tel, ce dernier n’ayant aucun droit politique, et en conséquence, cette Oumma, dans ses principes, est diamétralement opposée à notre Démocratie ! Et c’est ces principes de la Oumma, dictés par la Charia que le monde musulman veut nous imposer ! Nous aurons tout à perdre, et rien à gagner !

    VIKING

     

    Répondre
  2. R. Ed.

    13/04/2009

    @ VIKING :

    Petites précisions !!!

    Officiellement, d’après l’ONU il me semble, la population mahométane en Europe serat de 55 millions, dont 5,5 en France, France qui elle annonce 4,5 millions.

    Chiffres de 2004.

    La quantité de viande "hallal" débitée en France permet de "donner" 150 g. par jour à 9 millions de personnes. Je sais que des "de souches" mangent eux aussi cette saleté, souvent à leur corps défendant, mais chez les muzz, tous ne mangent pas cette quantité par jour.

    Exit les nourrissons (ô combien nombreux), les jours poisson, poulet, oeuf, et les jours de grève de la faim des occupants occasionnels de nos églises.

    Quand on sait qu’il doit y avoir environ 4 à 5 millions d’illégaux – ou presque – représentés à peu près uniquement par les mahométans, le chiffre de 4,5 millions, cela doit être celui de ceux qui sont 5 fois par jour à la mosquée.

    Dans n’importe quelle ville de France, et maintenant même dans les villages, on rencontre des Belphégor à chaque coin de rue, deux  moussaillons devant, un dans la charette et un Polichinelle dans le tiroir, avec le barbu en pyjama qui surveille son cheptel.

    Salamiamescouilles, comme on dit là-bas…

    Répondre
  3. VIKING

    12/04/2009

    Monsieur DE THIEULLY Guillaume s’attaque à des sujets brûlants, du fait des derniers développements politiques internationaux, et c’est tant mieux, je l’en félicite !

    J’ai lu avec grand intérêt les posts de MATAMAURE et L’INEDIT, auxquels je n’ai rien à rajouter, et je renvoie donc les internautes à ces derniers, d’un grand intérêt aux plans historique et culturel !

    Dans son introduction, l’auteur écrit que :

    1) l’Occident ne leur est pas opposé (aux pays musulmans) ;

    2) Eviter que la Turquie ne sombre dans l’intégrisme islamiste.

    Comme l’a si bien fait remarquer MATAMAURE (je crois) ce n’est pas l’Occident qui est opposé à l’Islam, mais ce dernier, qui a repris des couleurs depuis quelques déceniies, grâce au pétrole et au gaz, qui commence à montrer des signes combatifs de "va-t’en-guerre", en pensant qu’il pourra imposer la Charia (la loi islamique), à la " maison des infidèles " ! En effet, l’Islam fait une distinction entre la "maison de l’Islam", (dar-el-islam), celle des croyants, et dar-el-rerhb "la maison des infidèles" (à l’Islam) et donc, qu’il faudrait convertir de gré ou de force ! J’espère que le Monde n’arrivera jamais à cette extrémité, mais la liberté, c’est une valeur essentielle, principale, qui mérite que l’on se batte pour elle journellement (c’est à peu près ce qu’a dit JEFFERSON, déjà, en son temps)

    Mais je reviens à ce qui nous précoccupe ! Avez-vous lu, d’Alexandre DEL VALLE : " Islamisme et Etats-Unis, une alliance contre l’Europe, Bosnie, Kosovo, Tchétchénie, Editions des Syrtes (2000) ; ou encore : " Le Totalitarisme islamiste, à l’assaut des démocraties, même éditeur (2002) ;ou encore : " La Turquie dans l’Europe – un cheval de Troie islamiste ? (2004) ; c’est très édifiant, et cela se passe de commentaires !

    Si la Turquie entre dans l’U.E., ce sera la fin de toutes les démocraties européennes, et plus tard de la Démocratie tout court !

    L’Islam attend sa revanche (suite aux nombreuses colonisations de pays musulmans) ! L’Islam, partout en Europe, mais aussi aux Etats-Unis (mais avec moins d’intensité, du fait du 11 septembre, et de réactions plus violentes des populations américaines) crie haut et fort, par la bouche de ses imams, que le Monde est à eux (l’Islam), que ce n’est qu’une question de temps ! Et la Turquie dans tout cela ? Comme l’a écrit Alexandre DEL VALLE (docteur en géopolitique, spécialiste des pays musulmans), ce grand pays à la démographie galopante(qui serait le premier pays de l’Union de par sa population ! Attention grand DANGER ! servira de cheval de Troie à l’Islam ! L’Europe compte déjà entre trente et cinquante millions de musulmans (personne ne connaît le chiffre exact, à moins que ce dernier ne soit gardé secret pour ne pas affoler les populations européennes) ! L’Europe verra débarquer les turcs d’Anatolie (analphabètes à 90 %) qui viendront rafler la mise de tous nos efforts, depuis plus de soixante ans ! Nos régimes de protection sociale disparaitront en l’espace de quelques années ! Les populations turcophones, qui recevront la nationalité turque y rajouteront une couche !!!… Ceci au plan social, mais aux plans culturel et cultuel, ils voudront imposer leur loi (la charia), leur religion (l’Islam) ! Si seulement, nous avions quelque chose de positif à tirer de tout cela ? Rien ! Tournez vos regards vers les pays arabo-musulmans qui appliquent la Charia ! C’est une loi d’un autre âge, d’un autre temps, créée par des sauvages pour des sauvage s ! Regardez en Iran : Mahmoud AHMADINEJAD crie haut et fort qu’ils n’ont pas d’homoséxuels ! Pourquoi ? Tout simplement parce qu’ils sont pendus en place publique ! Les femmes ou les hommes qui commettent une adultère ? Enterrés jusqu’à la taille, et lapidés par le public avides de ce genre de spectacle ! Un peu comme les Romains du temps des combats de gladiateurs ! Mais là, on assistait à des combats, sans y participer, hors les applaudissements des spectateurs ! C’était il y a deux mille ans ! Depuis, le monde a connu l’époque des Lumières ! Où sont-elles aujourd’hui, dans le monde musulman ! Ces derniers s’entretuent, très sauvagement ! Le sang, toujours le sang ! Est-ce que le Coran nous parle d’Amour ? Cherchez ! Vous ne trouverez rien de cela ! J’ai lu le Coran, en arabe classique ! C’est une religion guerrière qui autorise même le mensonge aux musulmans, pour arriver à la victoire ! Chez les juifs, dans les " dix commandements " il est écrit : " tu ne mentiras point "…" tu aimeras et respecteras tes parents " ! De vrais lois d’Amour ! En face rien ! Sinon les massacres et le désordre ! Si c’est de ce monde là que le Monde rêve, eh bien qu’il y aille seul, mais moi, tant qu’il me restera assez de force, je me battrais, l’arme à la main, s’il le faut !

    Enfin, en ce qui concerne la Turquie qui risque de sombrer dans l’Islamisme, la plupart des dirigeants actuels sont des islamistes ! Leurs épouses à l’intérieur et  à l’étranger portent le voile (de façon ostentatoire, comme pour narguer l’Occident qu’ils maitrisent en même temps qu’ils jalousent !), qui a été interdit par ATATURK, déjà en 1923, en faisant de la Turquie un pays moderne ! Tout ça est balayé ! Vous avez en Turquie de plus en plus de femmes voilées (70 % environs au dernier recensement), y compris dans de grandes villes comme à istambul ! C’est un signe qui ne trompe pas ! La Turquie dans l’Europe, ce sera aussi de plus en plus de fantômes dans les rues, précédés de leurs gros barbus bien en chair et puants ! …

    VIK.VIKING

    Répondre
  4. Magny

    09/04/2009

    Je n’avais aucun préjugé sur Obama , mais plus le temps passe et plus je m’interroge sur lui : est-il un génie du cynisme ( ce qui au moins est très utile et efficace pour le poste qu’il occupe ) ou un parangon de naïveté ?

    D’abord il demande d’emmenager à la maison blanche avant la date officielle , soit disant par commodité pour sa petite famille : franchement … il cherche à humilier Bush ? … ou il croit vraiment que sa requête va être acceptée seulement parce que ça l’arrange ?

    Ensuite il déclare que l’Amérique n’est pas en guerre contre l’Islam . Oui , merci , on le savait , sinon on aurait déjà parqué tous les islamistes dans les prisons ou dans des camps . Pourquoi ëtre autant démonstratif dans son apaisement ? Cynisme ou naïveté potentiellement catastrophique ? Les pacifiques authentiques voient sur pièce , eux ; mais les intégristes opportunistes par contre risquent de prendre ça pour un chèque en blanc . 

    Et voici le dernier tout frais arrivé : l’Europe doit accepter la Turquie dans ses rangs . Il nous prend pour des valets mythifiés par son incomparable maîtrise des relations internationales ou il dit ce qu’il s’efforcera de torpiller en sous-main ?

    Si c’est la naïveté qui est son moteur ( comme l’autosuffisance est celui de notre cher président ) l’Occident est foutu … bonjour le crash … accrochez vos ceintures et priez bien fort !

    Répondre
  5. Barthélémy

    09/04/2009
    La Turquie entrera tôt ou tard dans l’Europe parce que Bruxelles le veut.
    Voici ce qu’on peut lire sur le Site du ministère Belge des "Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au Développement" http://www.diplomatie.be/fr/policy/policynotedetail.asp?TEXTID=43663
     
    Les relations entre la Belgique et la Turquie procèdent d’une complicité et d’une fidélité exemplaires.
    Depuis quarante ans, une communauté immigrée turque paisible contribue à la prospérité de la Belgique ; son intégration se poursuit avec la présence d’élus d’origine turque à diverses assemblées législatives et responsabilités politiques.

    L’engagement de la Belgique envers la candidature turque à l’Union européenne s’est traduit par son appui au Sommet de Laeken en 1999, afin d’approuver la vocation de la Turquie à rejoindre l’UE et à participer à la Convention chargée de rédiger un projet de Constitution européenne.

    Depuis la Belgique n’a cessé de plaider, au sein des forums européens pour le projet d’intégration de ce grand pays, qui a commencé les négociations d’adhésion le 3 octobre 2005. Elle suit avec attention les réformes spectaculaires accomplies par Ankara et tient à s’assurer de leur pleine mise en oeuvre; elle veille au respect des libertés fondamentales, à celui de toutes les minorités et à l’instauration et au renforcement d’une culture démocratique.

     
    Les enjeux de cette adhésion sont exceptionnels, de par la géographie et l’histoire de ce pays : un peuple de tradition musulmane de 70 millions de personnes sur une terre qui fait le trait d’union entre l’Europe et l’Orient. La constitution de la République turque garantit le caractère laïque de l’Etat par une stricte séparation entre la vie publique et la législation d’un côté et la religion de l’autre côté, ce qui a contribué à la modernisation rapide de la Turquie.
     
    La Turquie est appelée à une vocation particulière dans le dialogue des civilisations que nous impose la globalisation. Son adhésion à l’Europe repose actuellement sur la ratification du Protocole d’Ankara, élargissant l’Union douanière entre l’UE et la Turquie, conclue en 1995, aux 10 nouveaux Etats membres, dont Chypre. Face à la perspective européenne, il faut espérer que la Turquie ne va pas se dérober à un tel défi et se priver d’un tel atout.

    Les relations sont aussi intenses sur le plan bilatéral; la Belgique entretient deux postes diplomatiques en Turquie: notre Ambassade à Ankara, capitale politique et centre administratif et le Consulat-général à Istanbul, centre économique et première ville du pays. A ces postes de carrière s’ajoutent des consulats honoraires à Izmir et Antalya.

    Nos relations d’amitié ont récemment été rehaussées par une importante Mission économique présidée par SAR le Prince Philippe en 2004, ainsi que par les visites du Président de la Chambre, et du Ministre des Affaires étrangères à Ankara en décembre 2004. Une visite à Ankara du Ministre des Affaires étrangères Karel De Gucht est prévue très prochainement.

    Une exposition remarquable sur la Turquie s’était tenue au Palais des Beaux-Arts en décembre 2004, illustrant la pérennité et la diversité d’une civilisation pluri-millénaire.

    Envoyé par Barthélémy


    Répondre
  6. Frank

    09/04/2009

    En réalité, le multilatéralisme d’Obama consiste à traiter obséquieusement les puissants et à mépriser les faibles. Et la France fait hélas ! partie de ces derniers…

    Obama a suivi les conseils de ses amis europeens qui voulaient du multilateralisme c’est a dire en fait l’apaisement des nazislamistes, des russes et des chinois. Il mene exactement la meme politique etrangere que les europeens, et plus specifiquement les francais, en apaisant les puissants et en ecrasant les faibles.

    Concernant la Turquie, il a parfaitement raison. Les europeens se pretendent les grands amis des musulmans et pretendent aussi que l’islam n’est pas un danger, donc ils doivent montrer l’exemple en les faisant rentrer en Europe.

    Répondre
  7. L' Inedit

    08/04/2009

    France-Israel: Un saisissant parallèle

    Il est stupéfiant de voir le déchainement de haine aveugle contre Israel, et plus ou moins sous-entendu contre les Juifs, qui s’ exprime dans le courrier des lecteurs de la presse en général. Heureusement, il existe parmi nos compatriotes beaucoup d’ opinions différentes, mais le climat malsain et les médias complices font que les gens intègres, lucides et clairvoyants, en arrivent à craindre de s’ exprimer. Il est navrant que des foules entières se déchainent dans les rues des grandes villes, en insultes et en voies de faits, face à une police bien trop passive.
    Il y a dans ces évènements un parallèle saisissant entre la situation de la France et celle d’ Israel:
    De même que l’ Etat Hébreu est implanté dans une petite partie de la terre ancestrale du judaisme, le but non dissimulé de l’ Islam est de chasser ou d’ éliminer tous les Israeliens de leur Patrie dans le même esprit de complicité avec les nazis que pendant la dernière guerre mondiale, proclamé par le grand mufti de Jérusalem.
    De même que la France existe depuis deux millénaires sur la terre chrétienne de ses ancêtres où elle a bati une civilisation d’ une richesse incomparable, l’ Islam, grand destructeur devant l’ Eternel, par une tactique appropriée et planifiée, travaille à persécuter et à en chasser son peuple, ou à défaut le convertir, eventuellement en se substituant à lui.
    Si en 732, Charles Martel a réussi à défaire les Arabes à Poitiers, aujourd’ hui le panarabisme, riche, puissant et cruel, ne cache pas ses intentions.
    Si les Français ne réagissent pas comme il se doit, ils seront chassés de leur propre pays, comme les Israeliens risquent d’ être chassés du Moyen Orient. Ce sera alors les cinq continents qui seront en danger de mort spirituelle et corporelle. Bien sûr, il se trouvera toujours des naifs, des lâches, des traîtres ou des arrivistes pour collaborer avec l’ ennemi commun.
    C est pouquoi, si des dispositions drastiques ne sont pas prises, la situation deviendra vite irréversible et ce sera la fin du monde civilisé.

    Répondre
  8. R. Ed.

    08/04/2009

    A ne jamais oublier !!!

    De Georges Bush, on disait (surtout les Français) Georges Deubeliou Bush.

    Ici, s’agissant de son successeur, c’est Baraque Obama, son deuxième prénom, tout le monde est fort discret dessus, tiens comme c’est drôle ?

    Parce que cela "sonne" peut-être un peu trop " musulman" sans doute ?

    Hussein, comme Saddam, tiens tiens !!!

    Anecdote, à son intronisation comme président, on l’a appelé Baraque  "Haitch" (le H prononcé à l’anglaise) Obama.

    Bizzarre non, car pour Bush, ce n"était pas Georges "Deubeliou" Bush, mais bien   Georges Walker Bush.

    Etrange, non, cette occultation du prénom mahométan ?

    En tout cas, son comportement vis à vis des Arabo-musulmans, lui, ne l’est pas, c’est plutôt copain-copain – comme cochon oserais-je dire

    Répondre
  9. matamaure

    08/04/2009

    Les E.U font tojours preuve du même impérialisme qui consiste à vouloir imposer leur propre intérêt aux autres pays. Obama peut dire qu’il n’est pas en guerre contre l’islam, mais c’est l’islam qui est en guerre avec l’occident car le fondement de cette religion est d’imposer au monde entier son idéologie religieuse totalitaire. Elle ne cache d’ailleurs pas ses intention "Nous vous appellerons à marcher contre les nations, vous les combatterez juqu’à ce qu’elles embrassent l’islam" (sourate XLVIII la victoire). Quant à son prophète il a mené toute sa vie  à partir  de sons installation  à  Médine une guerre offensive à l’encontre de tous ceux qui refusaient de se soumettre à sa dictature religieuse et a réussi à éradiquer toute autre religion de la péninsule arabique. "Faites la guerre à tous ceux qui ne croient point en Dieu ni au jour dernier, qui ne regardent pas comme interdit ce que Dieu et son apôtre ont défendu et à ceux des gens du livre qui ne professent pas la vraie religion" (Qui en juge?)(sourate IX)
    Quant aux sectateurs de cette "religion"  ils ne veulent pas mettre en cause ni le coran ni leur prophète. Ceux qui se disent "modérés" parlent d’une mauvaise interprétation des textes qui pourtant en matière de guerre sont des plus explicites. Et qui est le plus qualifié pour interpréter les textes que leur prophète qui a montré l’exemple en commençant à piller les "riches" caravanes mecquoises pour les piller et cela en dehors de toute provocation, faisant dire à ses compagnons : "Alors que nous étions persécutés à la Mecque, tu nous disais de patienter et de ne pas répondre aux provocations des idolâtres et maintenant (à Médine) tu nous demandes d’attaquer, certains ajoutant même qu’il était plus intéressé par le butin que par la religion. Le butin a été le moteur de l’expansion musulmane et la seule source d’enrichissement de Médine. Il constitue le titre de la sourate VIII qui fait de la guerre un véritable commandement et précise comment combattre "Si tu parviens à les saisir au combat, disperse par leur supplice ceux qui les suivent afin qu’ils y pensent"…"Il n’a pas été donné aux prophètes de faire des prisonniers (otages) sans commettre de grands massacres sur la terre" "Quiconque tournera le dos au jour du combat sera chargé de la colère de Dieu , sa demeure sera l’enfer". Ce ne sont pas des paroles en l’air, toutes les attaques étaient suivies de pillage et de viols collectifs comme à Hunayn  "Le messager de Dieu ordonna qu »on assemblât tout le butin et fit dire à son crieur – Que personne ne touche au butin – Les captifs et le bétail furent réunis dans un même enclos. les musulmans se ruèrent sur les femmes. Ne voulant  pas de celles qui étaient mariés, ils demandèrent au prophète comment procéder. Il répondit ne prenez pas de femme enceinte avant qu’elle ait enfanté ni d’autre femme avant qu’elle ait eu le sang menstruel  (12 ans?). (Al-Sîra-tome II 9° partie) Il s’agit d’un texte fondamental qui relate la vie du prophète rapportée par ses compagnons et dont la traduction est approuvée par le conseil du culte musulman.
    A partir de leur conversion à l’islam, les turcs ont mené un combat incessant contre l’occident, pratiquant des massacres et des prises d’otages pour alimenter leurs marchés aux esclaves et leurs troupes en mercenaires. Ils ne pratiquent pas la repentance et punissent de peine d’emprisonnement ceux qui osent parler du génocide arméniens.
    Ils obtiendront grace à Obama le but qu’ils n’ont pas pu atteindre par la guerre, la soumission de l’europe de l’ouest par l’immigration légalisée.

    Répondre
  10. Anonyme

    08/04/2009

      Tout à fait d’accord.

    Notons que les européens, après avoir porté Obama en triomphe, commencent déjà à s’en mordre les doigts, seulement 3 mois après son intronisation.

    On voit, une fois de plus, qu’Obama n’a aucune expérience en matière de politique étrangère et que ca peut se révéler extrêmement dangereux, plus encore qu’avec les républicains…

    Nathaniel.

    Répondre
  11. next

    08/04/2009

    tout a fait. et curieusement, c’est pas les pays riches qui veulent intégrer l’union… le smig turc est  a 240 euros. en hongrie, par exemple, il est a 92 euros. etc. et on va pas niveler par le haut mais par le bas. tant pis, on se consolera dans des mosquées, tous a genoux devant la photo d’un obama issue de la diversité mais arrivé en ascenseur a la tete du pays. une chose est certaine, c’est que chez eux, ca se passe pas comme chez mcdonald.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)