La politique étrangère de la France

Posté le octobre 20, 2009, 12:00
16 mins

Le ministre des Affaires étrangères a exposé ce qu’était notre politique extérieure au cours de l’émission de LCI, « Le Grand Jury RTL-Le Monde », le dimanche 5 octobre.

Bernard Kouchner a été précis, clair et éloquent
. Il connaît ses dossiers. A-t-il été convaincant pour autant, alors qu’il était clair que son premier souci était de ne pas déplaire au prince ? Il faut savoir en effet que notre politique étrangère est bicéphale : un ministre in partibus à l’Élysée ayant le dernier mot et un ministre de façade au Quai d’Orsay (qui souvent ne s’entend pas avec le premier). À plusieurs reprises, il a souligné que « maintenant », la diplomatie française marque le monde entier. On comprend d’autant mieux le souci du ministre que sa fonction est enviée et que, parmi d’autres, un candidat au remplacement, ancien ministre socialiste connu, député du Nord, compagnon et grand admirateur de Mitterrand, a toutes ses chances…

Voyons ce qu’il en est en réalité, zone par zone, de cette politique étrangère dont on est si heureux d’avoir à la conduire.
En Europe, le couple franco-allemand, moteur de l’Union européenne, ne tourne pas de façon harmonieuse, malgré les embrassades multiples que Nicolas Sarkozy prodigue à Angela Merkel qui s’en passerait bien ! L’Allemagne après les dernières élections s’orientera franchement à droite ; la France de Sarkozy, elle, s’oriente franchement à gauche. L’Allemagne, qui sait exporter, a une balance commerciale positive ; la France a une balance commerciale négative (-3,4 milliards d’euros pour le seul mois d’août). La fiscalité allemande est pesante ; la fiscalité française écrasante et on nous assure de tous côtés qu’elle va encore augmenter.

L’Irlande vient de voter oui au traité de Lisbonne qui doit rénover et renforcer l’UE, après avoir voté non en 2008, parce que Bruxelles a promis toutes sortes d’avantages aux Irlandais. C’est un peu un vote acheté. De façon générale, d’ailleurs, il semble qu’au sein de l’UE, lorsque le résultat d’un référendum ne plaît pas, on condamne les électeurs à revoter jusqu’à ce que leur vote soit « conforme » (cf. la chronique de Jean Rouxel dans le n° 711 des « 4 Vérités » :  Oui Irlandais : une démocratie à géométrie variable). Il reste que rien n’est définitivement gagné. Si les conservateurs en Grande-Bretagne l’emportent en 2010, ce qui est probable, et qu’ils organisent un référendum sur l’Europe, un non très majoritaire apparaîtra et, cette fois-ci, il ne sera pas question de revoter. Les Anglais sont favorables à l’Union européenne à la condition qu’elle leur rapporte !

Plus à l’est, la hâte avec laquelle on a admis dans l’Union des pays qui, en fait, n’étaient pas prêts pour une telle intégration pose d’onéreux et difficiles problèmes. L’une des spécialités de la Roumanie et de la Bulgarie dont on dit que leur gouvernance est entachée d’inefficacité et de corruption, consiste pour s’en débarrasser, à envoyer certaines de leurs populations inassimilables et délinquantes en Europe de l’ouest, c’est-à-dire en France et en Italie, devenues nations-dépotoirs. Pour autant, tout ceci ne gêne aucunement quelques beaux esprits qui militent non seulement pour l’intégration de la Turquie musulmane et asiatique dans l’UE, mais aussi en faveur d’autres pays de l’Est, comme l’Ukraine, tous quémandeurs de milliards d’euros et dont les populations sous-développées n’aspirent qu’à émigrer en Europe de l’ouest pour y recevoir allocations et soins gratuits.

Quant à l’Union pour la Méditerranée, sortie de la plume inventive du « conseiller spécial » du président de la République, elle est réduite à l’état d’espérance grâce à la lucidité et au bon sens d’Angela Merkel. Un fiasco aisément prévisible (cf. le n° 631 des « 4 Vérités » du 7 mars 2008). Elle est maintenant institutionnellement suspendue.

Avec les États-Unis, il faut reconnaître à Nicolas Sarkozy le mérite d’avoir rétabli des relations normales. Son prédécesseur les avait fortement altérées. Manifestant une sorte d’hostilité contre Washington allant de pair avec la plus grande considération pour l’URSS, Jacques Chirac avait cru bon, avant de terminer son deuxième quinquennat, d’honorer le camarade Vladimir Poutine, ex lieutenant-colonel du KGB, fidèle stalinien, et président de la Russie, de la grand-croix de l’ordre de la Légion d’Honneur. Au nom des droits de l’homme ?

Avec l’Asie, nos relations pourraient être meilleures. Elles sont médiocres avec la Chine, malgré les multiples initiatives de Jean-Pierre Raffarin qui, s’étant pris d’affection pour Pékin, s’efforce d’arranger les choses. Avec les Japonais qui ont fait de leur pays la deuxième puissance industrielle du monde, l’un des plus grands peuples de la planète qui a su allier le respect de la tradition et la modernité, c’est la page blanche. Le président de la république paraît ne pas connaître et ne pas s’intéresser au Japon.

De l’Afrique, on est tenté de ne pas parler. Et pourtant, la Françafrique est toujours là, plus que jamais. On sait ce que cela veut dire… Le chaos continue d’y régner : coups d’État, tueries, incurie. Chaque mois apporte une nouvelle catastrophe. La dernière en date en Guinée. Mais il est des États africains qui recèlent du pétrole et autres richesses, ce qui produit beaucoup de dollars… N’insistons pas.
S’ajoute au permanent désordre continental de l’Afrique, la piraterie maritime à partir des côtes de Somalie. On est loin du temps où les pavillons britanniques et français sillonnaient les mers en toute sécurité. Autre nouveauté africaine : les progrès réalisés par Al Qaïda qui s’implante fortement au Sahel, sud de l’Algérie, nord du Mali, Mauritanie. Il va sans dite qu’Al Qaïda, qui ainsi se rapproche de l’Europe, a des antennes en France. L’un de ses agents, un ingénieur du Centre européen de recherche nucléaire (CERN) d’origine algérienne, membre de l’organisation « Al Qaïda au Maghreb islamique » (AQMI) vient d’être arrêté à Vienne dans l’Isère. Il projetait un attentat d’envergure.
Mais arrivons à l’essentiel de l’actualité : le Proche et le Moyen-Orient.

À l’égard de l’Iran, la diplomatie française tient un langage de fermeté. Mais n’ayant aucun moyen dissuasif à elle seule
(je rappelle que l’armée française n’a qu’un seul porte-avions généralement en panne), ces rodomontades n’ont aucun effet, sinon pour le moment « l’aggravation » du cas de la jeune Clotilde Reiss, otage du régime théocratique et dictatorial de Mahmoud Ahmaninejad. Il reste à espérer qu’à l’abri dans notre ambassade à Téhéran, elle ne sera pas condamnée à y séjourner quinze ans, comme ce fut le triste sort de 1956 à 1971 à l’ambassade des États-Unis à Budapest du cardinal Mindszenty, primat de Hongrie, au temps où ce pays était un satellite de Moscou. Tout ceci s’insère dans l’inquiétante politique islamiste de l’Iran dont les objectifs ont le mérite de la clarté : fabriquer la bombe atomique pour rayer Israël de la carte du monde. L’ennui, si j’ose dire, pour les Iraniens est qu’Israël a pour doctrine intangible d’interdire à tout État voisin de posséder l’arme nucléaire. Si donc les services spéciaux israéliens (et américains) ont la certitude que l’Iran est sur le point d’avoir la bombe, il est probable que, prenant les devants, comme en Irak et en Syrie, les Israéliens détruiront par bombardements aériens les sites iraniens de fabrication de la bombe.
Que se passerait-il alors ? L’embrasement de tout le Moyen-Orient et de son pétrole.

En Afghanistan, où les forces occidentales sont engluées, il est impossible de prévoir la fin de la guerre pour cette raison bien connue : le double jeu du Pakistan qui, en fait, procure aux talibans afghans sanctuaire, armement et intendance. Les opinions occidentales supporteront-elles encore longtemps les pertes en vies humaines et les milliards de dollars que coûte cette guerre ?

Mais, pour l’Europe, le danger très actuel dont notre ministre des Affaires étrangères n’a évidemment pas parlé est celui de l’immigration qui l’envahit avec déjà 30 millions de musulmans à l’intérieur de ses frontières et près d’un million de nouveaux immigrés chaque année. À Paris, ce sont des groupes de combat africains, purement racistes, ayant pour objectif de « tuer du blanc », « faire de la dépouille » comme ils disent, qui se sont constitués et qui sont entrés en action. En Italie, le Premier ministre traversant Milan a déclaré : « Il n’y a que des Noirs ici. » Les Allemands disent de leur côté : « Il n’y a que des Turcs ici. » Les Anglais : « Il n’y a que des Pakistanais ici. » Contre ce grave danger que fait notre diplomatie, que fait l’Union européenne ? Pratiquement rien.

Ancien Ambassadeur de France

7 réponses à l'article : La politique étrangère de la France

  1. HOMERE

    04/12/2009

    Tout celà est bien dit mais hélas la rhétorique ne sert que d’exutoire et les mots restent  immobiles lorsqu’ils ne s’accompagnent pas d’actes.

    Les paroles vraies ne sont pas agréables,les paroles agréables ne sont pas vraies disait Lao-Tseu…

    L’anesthésie administrée à nos concitoyens,par toutes les formes possibles de propagande a déjà rendu notre peuple inconscient;il a démissionné de toute attitude reflexive et,ennivré de confrontations sportives aussi inutile qu’abêtissantes,il sommeille devant une télévision lobotomisante…

    Nos adversaires ont compris que le temps était venu de porter l’estocade finale après la pose des banderilles….

    S’il reste un soupçon de dignité aux français,alors il sera grand temps qu’ils le fassent savoir avec les moyens utilisés par ceux là même qui les instrumentent à merveille.

    Peut être aussi que le moment n’est pas encore venu et que la capacité d’absoption de turpitudes en tous genres n’est pas à la limite élastique.

    Nous avons également l’impérative nécessit,é d’expliquer à nos enfants et à nos proches la véritable nature du danger qui les guettent,aussi de faire savoir que des groupes violents peuvent,sans risques,mettre en danger leur propre vie seulement parce qu’ils n’acceptent pas nos moeurs et nos coutumes ancestrales qu’ils veulent remplacer par les leurs.

    Domota,le "leader" de Guadeloupe,ne dit rien d’autre en affirmant haut et fort que lui même et ses compatriotes iliens sont chez eux dans les îles et que les autres n’y sont pas.Mais voilà,notre matière grise autoproclamée pardonne aux "opprimés" pour bien faire admettre que nous sommes les résidus chancreux de cette "cochonnerie" coloniale.

    Payer les "méfaits" de la colonisation et rien d’autre…expier les "crimes" pratiqués au nom d’une France conquérante et oppressive…voilà le sort que nous prédisent les pays du maghreb tout en encourageant leurs compatriotes à s’expatrier dans ce pays de cochons (pardon de blasphémer) pour y démontrer que les lois coraniques sont bien au dessus que celles de la République.

    Nous y sommes dans l’indifférence totale…

    Répondre
  2. vik

    28/10/2009

    Monsieur Christian LAMBERT,

    Monsieur l’Ambassadeur,

    permettez-moi de vous féliciter ! Oui, car quels sont les diplomates, même à la retraite, qui osent s’exprimer ainsi, aussi ouverterment ? Sinon, en privé, en sourdine, lorsqu’il s’agit d’un sujet aussi sensible que le nucléaiare iranien, aujourd’hui ! Oui, qui ? Personne ! Et surtout pas notre ministre des affaires étrangères ! Un beau parleur, mais qui n’a rien dans le ventre ! Pour le vote à l’ONU sur le rapport de Richard GOLDSTONE, par exemple, le fauteuil de la France était vide, comme celui de l’Angleterre du reste, deux lâchetés ! A qui ces lâchetés profitent-elles ? Aux extrémistes islamistes ! En baissant à chaque fois la culotte, on les encourage dans leur determination à nous détruire, à nous " djhimmihiser ", à nous traiter en êtres inférieurs, comme à l’époque de leurs conquêtes (arabes) ou de celle de l’empire ottoman !

    A Nice, il y a très peu de temps de cela, ces gens venant du désert, pour la plupart, sont descendus dans la rue, ont cassé du " blanc ", des vitrines de magasins, renversé des étals, renversé ou saccagé des voitures ! Est-ce qu’une chaîne de télévision, nationale ou privée a rapporté l’évènement ? Avons nous vu des images de ces scènes atroces ? Aucune, black-out complet sur ce type d’évènement ! Les politiques français ne sont que des lâches, depuis le haut, jusqu’en bas ! Et pendant ce temps là, c’est le petit peuple qui trinque ! Mais jusqu’à quand ? Est-ce que les jeunes français n’ont plus de couilles entre les jambes, ou s’agit-il de couilles molles ? Le résultat de notre patience, voire de notre lâcheté, sera inversement proportionnel aux évènements futurs, terribles ! C’est la guerre civile qui nous guette, et plus nous attendrons, et plus elle sera féroce et impitoyable !

    A bons entendeurs, salut ! Et méditez ceci : les islamistes ne connaissent et ne respectent qu’une seule chose : la force ! Il faudra certainement y passer par là pour recouvrer notre souveraineté nationale mise à mal par cette immigration qui ne partage pas nos valeurs, et qui est prête à nous le démontrer à chaque occasion, bonne ou mauvaise ! …

    Aaux armes citoyens, formez vos bataillons, marchons, marchons, tous en avant, et vive la République française et le peuple français !!!… Vive l’Europe judéo-chrétienne, démocratique, mais pas jusqu’au suicide !

    J’ai dit !

    VIK

    N.B. : Certains mots peuvent choquer le lecteur, mais j’ai pour habitude d’appeler un chat, un chat !

    Répondre
  3. Gérard Pierre

    27/10/2009
    La France n’a plus de politique étrangère, …… elle n’a qu’une politique étrange !
     
    Avec un président de la république plus « nationaliste » que le front national, …… (dans le discours) …… plus « socialiste » que la gauche …… (du moins ce qui en reste) …… plus « écolo » que les verts …… (j’ai failli écrire ‘’ les vers ‘’) …… plus « tout ce qu’on veux » que n’importe qui, …… comment aurions nous vis-à-vis des affaires étrangères une autre démarche chaotique, improvisée quasiment au jour le jour, que celle dont monsieur Christian Lambert établit ici le triste constat ?
     
    Tout se passe comme si le dénouement inéluctable, conséquence de nos démissions répétées, pouvait être repoussé par chaque lâcheté diplomatique concédée, rajoutée à la précédente. Nos gouvernants semblent jouer la montre et accessoirement le repli financièrement assuré ! …… Encore un instant monsieur le bourreau !
     
    Pendant ce temps les actes d’incivilité se multiplient. Ils sont pensés, organisés, chronométrés. Une guérilla urbaine se déroule sur notre sol national avec des phases actives et des phases de sommeil « réparateur ». Elle reçoit jour après jour le renfort de l’invasion « immigratoire ».  L’idéologie qui anime cette guérilla a pris naissance dans les sables d’un désert. Elle est relayée par tout ce que le monde prophétisant compte de « théologiens » dont les instruments du culte sont essentiellement la bombe, la kalachnikov, le couteau, …… et accessoirement certains versets empreints « d’amour, de tolérance et de paix » contenus dans bon nombre des 114 sourates de leur « sincoran » .
     
    A la grande différence de la période de 1940 à 1944, ce n’est pas aujourd’hui l’occupation qui entraîne la collaboration, ……. mais la collaboration qui favorise l’occupation ! …… sans doute pour mieux justifier ensuite l’une et l’autre, …… un jour devant l’histoire !
     
    L’Histoire ne tiendra aucun compte des soit disant « vies épargnées » ! …… Elle ne retiendra que le bilan des errements et des renoncements ! …… et je ne voudrais être, dans les livres de nos descendants, l’un de ceux qui passe aujourd’hui pour un diplomate alors qu’il n’est qu’un piètre fuyard.
     
    Dans le monde occidental, …… dans le monde des nations libres, …… démocratiques, …… A PART ISRAËL, …… qui a aujourd’hui une VRAIE politique étrangère lisible et cohérente ?
    Répondre
  4. La Roumaine

    25/10/2009

    La Roumanie et la Bulgarie ne peuvent pas resoudre le probleme des populations inassimilables pour 2 raisons : a) la religion « antiraciste » de l’UE (mort aux blancs); b) les populations respectives ont été communistes et le sont resté : savoir alliées du gauchisme occidental, depotoir de 1793, la Terreur

    Répondre
  5. ozone

    24/10/2009

    Aucune volonté,aucun courage,que de la frime au gout de rapacité

    Répondre
  6. Anonyme

    24/10/2009

    salam. et comme toujours il y en a qui confondent religion, nationalité et terrorisme….

    Répondre
  7. Anonyme

    21/10/2009

    Comme  toujours, M. Christian Lambert écrit  des articles justes, précis et que l’on ne peut qu’approuver.

    Cela, malheureusement, ne nous empèche pas d’être très inquiet de la situation internationnale qu’il nous  décrit !  Il est temps, grand temps, de revenir à une diplomatie non pas  "réaliste " mais éxacte et précise, qui , appelant les choses par  leurs noms, puissent être utile à la conduite des affaires du  pays.

    Le " bonapartisme " de M.Sarkozy ne suffira pas à conjurer  les dangers qui nous cernent.

    La lutte  contr "AL QUAIDA " doit passer d’abord par le recouvrement de la souveraineté nationnale  sur tout le territoire du pays, pour ne citer que ce danger imminent  et très sérieux.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)